AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisHaro sur les vols de nuit à Paris: impact économique "surestimé"

Haro sur les vols de nuit à Paris: impact économique "surestimé"

Les vols nocturnes en région parisienne ont augmenté ces dernières années, causant des nuisances graves aux riverains des trois aéroports franciliens alors que leurs impacts économiques sont à la fois "surestimés" et "trompeurs", selon une étude.

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

"En face de nous, il y a des professionnels qui raisonnent en termes économiques (...) qui montrent un impact des créations d'emplois et des richesses des aéroports parisiens sur la région", a déploré Alain Péri, vice-président de l'Association de défense contre les nuisances aériennes lors de la présentation d'une étude réalisée par CE Delft, un cabinet spécialisé. "Le domaine sanitaire est complètement ignoré des compagnies aériennes, des aéroports et des gestionnaires", a fustigé le responsable associatif, estimant que "beaucoup d'études épidémiologiques ont montré que les vols de nuit impactaient beaucoup la santé des riverains".

Cette étude fait apparaître que ses plateformes concurrentes se sont mieux adaptées aux restrictions de vols nocturnes. A London Heathrow, les vols nocturnes sont estimés à 27.400 en 2011 contre 59 210 à Roissy alors qu'ils sont interdits à Francfort, relève l'expertise de CE Delft. Cette étude a été commandée au lendemain de la publication en février des conclusions d'une autre étude émanant du BIPE (conseil en stratégie spécialisé dans la prévision économique et la prospective) pour le compte d'Aéroports de Paris (ADP). Selon cette étude, l'activité économique des aéroports parisiens génère plus de 340 000 emplois et a représenté 5,8% du Produit intérieur brut (PIB) de l'Île-de-France en 2010, soit 1,7 % du PIB français et une croissance des emplois sept fois plus dynamique que dans l'ensemble de la région parisienne. Le BIPE "surestime grossièrement l'importance économique des aéroports de Paris (...) les impacts économiques du trafic aérien sont généralement surestimés" et sont donc "trompeurs", a estimé Jasper Faber, coauteur de l'étude du CE Delft.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?