AccueilEntrepriseHandicafé : des rencontres conviviales entre candidats et entreprises

Handicafé : des rencontres conviviales entre candidats et entreprises

Chaque année, la CCI Essonne en partenariat avec l'Adapt 91 organise deux sessions annuelles des rencontres Handicafé. L'objectif de ces rencontres est de permettre à des personnes handicapées de rencontrer des entreprises à la recherche de compétences et de mise en conformité avec la loi. En cette période de crise, la difficulté de ce combat s'amplifie.

Entreprise Publié le ,

« On peut dire que globalement, si les résultats sont plutôt positifs puisque environ 10% des participants décrochent un contrat, la mise en relation de ces deux mondes demeure un combat de tous les jours. D’autant plus en cette période de crise où le taux de chômage chez les handicapés a augmenté plus fortement que dans le reste de la population », explique Stéphane Bruyère, responsable du département Emploi-Formation à la CCI Essonne.

Organisée avec des partenaires associatifs et le créateur du concept, l'Adapt , association pour l'insertion professionnelle des handicapés, depuis 2008 à raison de deux sessions par an, cette manifestation se définit comme un espace d'échanges entre les entreprises et les personnes handicapées à la recherche d'emploi.

En 2011, elles étaient 2 500 en Essonne. Cette année leur nombre est passé à 3 000. Cette situation conjoncturelle difficile ne doit pas cacher le fait que l'emploi des personnes handicapées (10,8 % de la population) constitue un problème récurrent. En effet, il existe une réticence réelle des employeurs à leur encontre. Le taux d'emploi des personnes handicapées reste inférieur aux 6 % imposés par la loi (2,5 % dans le secteur privé en 2008 ; 4 % dans le secteur public au 1er janvier 2009).

Selon l'OCDE, le taux de chômage des personnes handicapées est en moyenne supérieur de 80 %, à celui des personnes non-handicapées et, passé 50 ans, la situation ne fait qu'empirer.

Les raisons sont multiples. Pour autant, l'une d'entre elles domine : le préjugé quant à l'efficacité d'un salarié handicapé. « Au cours des années, notre approche du Handicafé a évolué, confie Stéphane Bruyère. Aujourd'hui, la rencontre entre employeurs et handicapés s'organise uniquement sur la base de leurs compétences et non à partir du handicap ».

Depuis 2007, l'Agefiph collecte chaque année, auprès des employeurs, des sommes importantes (environ 600 millions d’euros par an, légèrement en baisse en 2009 avec 574 millions d’euros). « La loi est souple, souligne Stéphane Bruyère. Il existe plusieurs façons d'être en conformité avec cette obligation. Par exemple, par un contrat de sous-traitance avec une entreprise employant des handicapés, ou l'intégration d'un stagiaire. D'ailleurs, chaque année, une réunion d'information à ce sujet est organisée à la CCI. En particulier, il faut savoir que des exonérations fiscales sont également prévues par la loi pour l'emploi des handicapés ».

Lors de cette session d'hiver, une quinzaine d'entreprises, soit environ 50 % de grandes enseignes qui recrutent régulièrement et une soixantaine de chercheurs d'emploi sont attendus.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?