AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisHacking de l’Hôtel de Ville 2022 : la grande démission, un enjeu de taille pour les entreprises

Hacking de l’Hôtel de Ville 2022 : la grande démission, un enjeu de taille pour les entreprises

Le Hacking de l’Hôtel de Ville 2022 a organisé des tables rondes sur les grands thèmes qui occupent les entrepreneurs français. Cette année, quatre d’entre eux ont planché sur le phénomène de la grande démission dans les entreprises.
Hacking de l’Hôtel de Ville 2022 : la grande démission, un enjeu de taille pour les entreprises
© AP

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

En 2021, plus de 35 % des salariés envisageaient de quitter leur poste et plus de 14 % démissionnaient. Crise sanitaire, remise en question des compétences, et de l’utilité des métiers… La rétention des équipes est au cœur des grands enjeux RH de demain.

Pour se pencher sur la question, quatre entrepreneurs français étaient présents : Jasmine Manet, directrice générale de Youth Forever, Laurent de la Clergerie, président du directoire du groupe LDLC, Thierry Cosme, cofondateur de RoadMate et Niels Roland, cofondateur de Paatch. Tous ont une expérience en lien avec la grande démission et dressent un bilan pessimiste pour l’avenir. « La grande démission est un phénomène qui vient des États-Unis avec des démissions massives depuis de début de l’été en écho au Covid-19. Ce phénomène est là pour durer et remue les tripes des entreprises avec un turn-over qui a été multiplié par deux ces dernières année », note Jasmine Manet. Elle estime également que le modèle social français peu flexible. « Il faut aussi prendre en compte l’effet de génération, avec des jeunes qui n’ont plus les mêmes attentes et qui sont dans l’incapacité de se projeter. ».

Plusieurs solutions ont été mises en avant durant la table ronde. Parmi eux, les quatre entrepreneurs ont avancé le bien-être au travail. « Il faut prendre soin des employés et ainsi créer une réelle confiance entre les équipes et les employés. Des meilleures conditions de travail entre les générations doivent être aussi prises en compte et améliorer, en se retrouvant autour d’un projet commun par exemple », précise Niels Roland, coofondateur de Paatch.

L’option de la flexibilité au travail

La flexibilité au travail par la semaine de quatre jours peut être un des leviers pour lutter contre la grande démission. C’est la solution choisie par Laurent de la Clergerie, président du directoire du groupe LDLC. Mise en place depuis janvier 2021, la semaine de quatre jours permet aux employés de travailler 32 heures par semaine. « A l’annonce de la mise en place de la semaine de quatre jours, nous avons eu un très bon accueil des salariés et des syndicats. Après quelques mois de mise en place, nous avons réalisé un sondage interne. Il a montré que 90 % des employés se disaient très contents de leur situation, seulement 1 % des salariés voulaient revenir en arrière », explique Laurent de la Clergerie.

Thierry Cosme a quant à lui soulevé le fait que « le temps de travail impacte le turn-over des PME ». Raison pour laquelle, chez RoadMate, un forfait/crédit de mobilité durable a été mis en place, permettant aux salariés de bénéficier d’une certaine flexibilité et de trouver une alternative aux transports bondés.

Partager :
Articles similaires
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 décembre 2022

Journal du02 décembre 2022

Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 11 novembre 2022

Journal du11 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?