AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisGrand Paris : AC Le Feu veut que les communes enclavées soient prioritaires

Grand Paris : AC Le Feu veut que les communes enclavées soient prioritaires

Le collectif AC Le Feu, créé après les émeutes à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) en 2005, a demandé que "la priorité soit donnée aux collectivités enclavées" dans la réalisation du supermétro francilien, qui pourrait être retardée à 2030.
Grand Paris : AC Le Feu veut que les communes enclavées soient prioritaires

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Dernièrement, un rapport commandé par le gouvernement a révisé à la hausse le coût du projet (30 milliards au lieu de 20,5) et esquissé plusieurs scénarios dont le plus convainquant conclut à un report de la fin des travaux à 2030, au lieu de 2025, et à une révision du plan de financement. Ce rapport, qui "aura au moins le mérite d'être en phase avec à la fois la réalité mais aussi la vérité (...) n'est pas de bon augure pour les territoires de Seine-Saint-Denis et plus particulièrement pour les collectivités enclavées telles que Clichy-sous-Bois et Montfermeil", constate le collectif. Ces deux villes à l'habitat dégradé et à la forte proportion de population pauvre et immigrée avaient beaucoup fait parler d'elles au moment des émeutes. Elles ne sont desservies par aucun transport en commun autre que le bus alors qu'elles se trouvent à 20 kilomètres de Paris.

Le rapport préconise de réaliser le Grand Paris Express par étapes, évoquant même un scénario de clôture des travaux en 2040. "Si phasage il devait y avoir, (il faut que) la priorité soit donnée aux collectivités enclavées. Il ne peut plus y avoir deux poids deux mesures et aujourd'hui plus que jamais le changement promis et annoncé à ces populations doit se concrétiser", a souligné le collectif. "Il n'est plus nécessaire de rappeler les réalités liées aux inégalités territoriales et à l'enclavement des populations qui ont des conséquences désastreuses, que ce soit en termes de développements économiques, structurels et pire encore dans le quotidien des habitants, qui au final semblent demeurer les éternels otages et oubliés des arbitrages politiques nationaux", affirme AC Le Feu. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault doit annoncer le 15 février quel schéma sera retenu pour ce projet d'aménagement crucial pour la région parisienne, et au sujet duquel des élus de tous bords se sont inquiétés.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?