AccueilImmobilierGilles Ricour de Bourgies : « nous n'avons pas attendu les Pouvoirs publics pour agir »

Gilles Ricour de Bourgies : « nous n'avons pas attendu les Pouvoirs publics pour agir »

La signature d'une convention avec EDF a été l'occasion pour le président de la FNAIM Paris Ile de France de préciser les priorités de la fédération sur cette question essentielle de la rénovation thermique des logements en Ile-de-France.
Gilles Ricour de Bourgies : « nous n'avons pas attendu les Pouvoirs publics pour agir »
FNAIM

Immobilier Publié le ,

"La question énergétique est centrale pour nous, professionnels de l’immobilier, et ce depuis longtemps. On semble le découvrir aujourd’hui, depuis le Grenelle de l’environnement. Pourtant, c’est le cas depuis 1973, date du premier choc pétrolier. Lorsque j’ai pris la présidence de la chambre FNAIM Paris Ile-de-France, j’ai défini quatre grands piliers qui constituent nos priorités. Le développement durable en fait bien évidemment partie. La raison en est simple.
D’abord, cela tient au constat suivant : une large part de la consommation d’énergie est destinée au chauffage des logements et au déplacement. C’est-à-dire à la vie urbaine telle qu’elle se développe dans le monde entier. On estime qu’en France, plus de 70% de la consommation d’énergie finale sont ainsi liés au bâtiment – résidentiel et tertiaire – et au transport, avec une proportion croissante dans nos villes et agglomérations. Le Grand Paris est donc concerné au premier plan. Ensuite, la FNAIM Paris Ile-de-France se doit de rappeler l’impératif écologique et social de toute action en lien avec le logement. Le défaut de maîtrise de la consommation d’énergie de son logement contribue à l’émergence d’une France à deux vitesses car la précarité énergétique frappe plus durement les populations les plus fragiles. Ceux qui ont un logement vétuste auront une consommation énergétique accrue et devront faire face à des frais plus élevés pour améliorer l’efficacité énergétique de leur logement.
Aujourd’hui, il y a urgence et le défi est immense. Rappelons que le gouvernement entend diminuer d’ici à 2020 les consommations d’énergie de 38 % et les émissions de gaz à effet de serre de 50 % pour le seul logement. Et 2020, à l’échelle de l’immobilier, c’est demain !

En tant que professionnels de l’immobilier impliqués sur le territoire du Grand Paris, nous nous devons donc d’être acteurs du changement.

Or le changement, ce n’est pas pour demain. Car nous n’avons pas attendu les Pouvoirs publics pour agir. Le fait est que la FNAIM Paris Ile-de-France est mobilisée sur le sujet depuis de nombreuses années. Je ne citerai que trois exemples :
- La participation de notre chambre au programme de 100 000 logements éco-rénovés, lancé par la Fédération nationale en 2012 et auquel la chambre de Paris Ile-de-France a fortement contribué.
- L’intégration en 2011 de la FNAIM Paris Ile-de-France au conseil d’administration de l’Agence parisienne du climat.
La création le 12 novembre 2012 de l’Agence francilienne des certificats d’économie d’énergie, en partenariat avec Economie d’Energie ici présent.
Ces actions sont la preuve de notre engagement. Elles devraient être de plus en plus nombreuses dans les prochaines années, la tendance étant à l’accélération."

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?