AccueilActualitéGestion difficile

Gestion difficile

Actualité Publié le ,

A des degrés divers, tous les secteurs de l'économie affrontent actuellement les affres de la mutation. Les restaurateurs ne sont pas épargnés, confrontés à la diminution du pouvoir d'achat de Français qui comptent de plus en plus au moment de passer à table. Déjà en danger sous le second mandat de Jacques Chirac, ils se sont vu accorder un taux de TVA réduit à 5,5 %, assorti d'engagements sociaux, notamment la revalorisation des salaires, la baisse des prix et l'investissement. Déjà réévaluée à 7 % le 1er janvier dernier, cette TVA risque une nouvelle fois d'être revue à la hausse par le gouvernement Ayrault, dans les mois ou l'année qui viennent, vibrant comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête de cette corporation qui, selon une étude d'Eurogroup Consulting, a pourtant rempli sa part du contrat fixé par Jacques Chirac. Cette incertitude permanente porte gravement atteinte à la gestion de ces chefs d'entreprises qui ont avant tout besoin de stabilité. Difficile, en effet, de planifier sereinement l'avenir à quelque 10 % près, avec des marges qui fondent comme peau de chagrin… Pour recouvrer les quelque 2,4 milliards d'euros correspondant à la perte nette pour les finances publiques, le gouvernement risque, par ailleurs, de porter atteinte à la pérennité de 110 000 emplois, créés ou sauvés -selon la profession- depuis le 1er juillet 2009. Le «plan social» qui suivrait immédiatement le passage de la TVA de 7 à 19,6 % serait sans aucun doute d'une grande ampleur.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?