AccueilActualitéGestion difficile

Gestion difficile

Actualité Publié le ,

A des degrés divers, tous les secteurs de l'économie affrontent actuellement les affres de la mutation. Les restaurateurs ne sont pas épargnés, confrontés à la diminution du pouvoir d'achat de Français qui comptent de plus en plus au moment de passer à table. Déjà en danger sous le second mandat de Jacques Chirac, ils se sont vu accorder un taux de TVA réduit à 5,5 %, assorti d'engagements sociaux, notamment la revalorisation des salaires, la baisse des prix et l'investissement. Déjà réévaluée à 7 % le 1er janvier dernier, cette TVA risque une nouvelle fois d'être revue à la hausse par le gouvernement Ayrault, dans les mois ou l'année qui viennent, vibrant comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête de cette corporation qui, selon une étude d'Eurogroup Consulting, a pourtant rempli sa part du contrat fixé par Jacques Chirac. Cette incertitude permanente porte gravement atteinte à la gestion de ces chefs d'entreprises qui ont avant tout besoin de stabilité. Difficile, en effet, de planifier sereinement l'avenir à quelque 10 % près, avec des marges qui fondent comme peau de chagrin… Pour recouvrer les quelque 2,4 milliards d'euros correspondant à la perte nette pour les finances publiques, le gouvernement risque, par ailleurs, de porter atteinte à la pérennité de 110 000 emplois, créés ou sauvés -selon la profession- depuis le 1er juillet 2009. Le «plan social» qui suivrait immédiatement le passage de la TVA de 7 à 19,6 % serait sans aucun doute d'une grande ampleur.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 juin 2022

Journal du24 juin 2022

Journal du 17 juin 2022

Journal du17 juin 2022

Journal du 10 juin 2022

Journal du10 juin 2022

Journal du 03 juin 2022

Journal du03 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?