Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Geoffroy Canivet : Sports au barreau au service des avocats

le - - Actualité

Geoffroy Canivet : Sports au barreau au service des avocats
© DR - Geoffroy Canivet, 32 ans, est avocat au barreau de Paris depuis 2009 et associé du cabinet 186 Rivoli.

Le bâtonnier Frédéric Sicard a souhaité la création d'un service consacré aux Sports au sein du barreau de Paris (SPAB). L'avocat Geoffroy Canivet en assure la coordination et souhaite, à travers ce projet, mettre en valeur les richesses du barreau.

Affiches Parisiennes : Quelle est votre feuille de route ?

Geoffroy Canivet : La naissance de Sports au barreau, ou Sport avocats barreau Paris (SPAB) part du constat que la pratique du sport au sein de notre barreau, notamment celle que propose le réseau associatif, évolue depuis des décennies au rythme des initiatives et des performances de nos consœurs et confrères. Toutes ces activités permettent à ces derniers de se réunir autour d’une passion commune et ainsi de favoriser les échanges, voire des opportunités professionnelles. Ces rencontres sont aussi l’occasion de mettre en valeur l’image et la richesse de notre barreau, notamment à l’occasion de compétitions, qu’elles soient internes, interbarreaux, interprofessions, nationales ou internationales.

Le soutien à ces activités nécessite aujourd’hui la création d’un service dédié. La gestion d’un club sportif d’avocats et l’organisation de voyages, de rencontres sportives engagent une charge de travail conséquente pour les confrères qui en prennent la responsabilité. Et l’Ordre dispose de compétences et de moyens pour les assister dans toutes ces tâches et ces défis.

C’est pourquoi Sports au barreau a pour mission de valoriser l’ensemble des initiatives sportives au sein du barreau de Paris et de se faire le meilleur relais entre les confrères, les groupements sportifs, l’Ordre, les collectivités et les fédérations.

A.P. : Comment valoriser les initiatives sportives des avocats de Paris ?

G.C. : L’objet de Sports au barreau est multiple. D’abord, il doit fédérer les clubs du Palais déjà existants (football, golf, rugby, tennis, courses automobiles, équitation, Moto club, Avokart…) en communiquant sur leurs activités, leurs conditions d’adhésion, leurs résultats. Il doit ensuite soutenir les associations sportives qui étaient jusqu’alors restées en sommeil quand ceux qui les animent nous sollicitent afin de promouvoir et développer de nouvelles activités comme le tennis de table, le cyclisme ou encore le fitness.

Pour valoriser toutes initiatives, nous collaborons étroitement avec la direction de la communication de l’Ordre. Nous bénéficions d’une page internet dédiée sur avocatparis.org, de profils sur les réseaux sociaux, et de pages consacrées aux
annonces et résultats sur le bulletin du barreau.

A.P. : Comment le SPAB va organiser les relations avec les nombreuses associations sportives du barreau de Paris ?

G.C. : Pour compléter ce qui a été présenté sur l’objectif de fédérer les clubs et associations sportives du Palais, Sports au barreau a pour ambition de constituer une véritable structure omnisports au service de tous. Le soutien administratif est proposé par le bureau des associations. Celui-ci prend également en charge l’assistance et le suivi de la traditionnelle demande de subvention, du dépôt du dossier au vote par le conseil de l’Ordre, après la soutenance d’un rapport devant la commission des finances. Un dossier de sponsoring commun est en cours de conception.

A.P. : Quelle sera votre action à l’égard des institutions et fédérations sportives ?

G.C. : Nous avons d’ores et déjà pris attache avec de nombreux interlocuteurs auprès de la mairie de Paris, chargés des sports ou d’événements sportifs tels que l’Euro 2016 ou la candidature de Paris aux jeux Olympiques 2024. Le but est d’étudier avec eux la question d’un accès privilégié – ponctuellement ou régulièrement – à des infrastructures sportives de la Ville. La même démarche est en cours auprès de la Ville d’Issy-les-Moulineaux et du Département des Hauts-de-Seine.

Nous avons également rencontré Frédéric Delannoy, directeur technique national de la Fédération française des sports en entreprise (FFSE), pour travailler sur l’adhésion du barreau de Paris à cette formidable structure. Elle offre non seulement une licence – donc une assurance – à ses adhérents mais propose surtout de nombreuses activités et rencontres sportives tout au long de l’année et des compétitions à l’échelle nationale, européenne ou mondiale. C’est aussi l’opportunité, pour les confrères de se mesurer et de rencontrer d’autres professionnels, et pourquoi pas des clients. C’est également un moyen de montrer que le barreau de Paris est présent dans le milieu du sport en entreprise.

A.P. : Avez-vous prévu des événements sportifs entre confrères de barreaux étrangers ?

G.C. : Oui, il en existe déjà. L’équipe de golf rencontre tous les ans, en France et en Angleterre, la Law Society de Londres, il en est de même avec Madrid. L’équipe de football vient de recevoir le barreau de Bruxelles (victoire 6-2) et s’est engagée dans le Mundiavocat 2016, en Espagne, la coupe du monde des avocats qui rassemble environ 80 équipes et presque autant de barreaux. Les tennismen remportent régulièrement, et encore l’an dernier, la coupe Henri Robert, qui les oppose aux barreaux de Bruxelles, d’Amsterdam et de Lausanne. Quant au XV du Palais, il participe tous les ans au tournoi des 6 barreaux. Depuis plus de dix ans, les confrères de l’ovalie partent en tournée à travers le monde. La dernière a eu lieu en Afrique du Sud en 2014 et cette année, destination Géorgie. Enfin, la Skilex internationale rassemble, à la montagne, des barreaux venus du monde entier pour participer à des épreuves de descente en ski alpin.

A.P. : Et un rapprochement avec d’autres professions du droit et du chiffre ?

G.C. : Le Golf Club du Palais en est un exemple, puisqu’il joue la Coupe du périmètre, une rencontre par équipe l’opposant – vous l’aurez deviné – aux experts-comptables. La Skilex, projet du barreau de Paris et fondateur de la Skilex internationale évoquée ci-dessus, regroupe, depuis de nombreuses années, des compétiteurs représentant toutes les professions du droit. Autre événement incontournable, la Juriscup, événement à dimension interprofessionnelle, pendant lequel se déroulent une régate, de nombreuses animations et des formations autour du yachting.

Le devoir de Sports au barreau est aujourd’hui d’en faire la promotion et d’assister les équipes dans l’organisation de leurs compétitions, tant en logistique qu’en recherche de dotations financières. De tels projets se renouvellent en majorité tous les ans et requièrent de l’énergie, du temps et beaucoup d’autres ressources chez les confrères et consœurs qui les encadrent. Notre mission est de les alléger.

Enfin, l’adhésion par le barreau de Paris à la FFSE intègre aussi cet objectif de développement des rencontres interprofessionnelles. À ce titre, Sports au barreau ne veut pas limiter son offre aux avocats parisiens et souhaite l’ouvrir aux confrères d’Île de France, aux personnels de l’Ordre et du Palais, magistrats et greffiers inclus.

Le sport à cette valeur de pouvoir développer des liens, dans un état d’esprit similaire aux valeurs du Palais, avec la décontraction et la convivialité en plus.

 

A.P. : Quels sont les événements sportifs importants à venir cette année ?

G.C. : Nous avons créé cette année des événements de différents types et dimensions, en fonction de l’actualité sportive en France et afin de tester les attentes des confrères et consœurs, ce qui reste notre priorité.

Ainsi, sur le plan sportif, le 2 avril est organisé le premier tournoi de Printemps du SPAB, autour du thème de l’Euro 2016, accueilli par la France. Lyon et Paris étant des villes hôtes, des avocats de ces deux barreaux s'affronteront avec la participation de l’équipe du personnel de l’Élysée et de l’équipe comptant parmi ses membres Thierry Braillard, secrétaire d’État aux sports, qui apporte son soutien officiel à l’événement.

Sur le même plan, avec plus de convivialité, nous avons pour projet d’organiser, au début de l’été, une grande journée des Sports et des associations, permettant de réunir le barreau et les sympathisants du SPAB autour d’activités sportives diverses, à commencer par la course du Barreau de Paris Solidarité, puis toutes sortes d’animations et de démonstrations (mini-tournoi de foot, match de gala de rugby, olympiades…).

De plus, chaque dernier mercredi du mois, Sports au barreau organise sa soirée Club House au bistrot Les Voyelles, place Dauphine. La première édition s’est déroulée avec succès.

Dans un registre plus formateur, une conférence doit être prochainement organisée à la Maison du barreau, pour débattre d’un sujet d’actualité liant le sport et les métiers du droit, autour de grands sportifs et personnalités du monde du sport.

Enfin, le 8 novembre prochain, se dérouleront les Trophées de Sports au barreau, un grand dîner de gala, rassemblant les confrères amateurs de sports et destiné à récompenser ceux qui se sont distingués tout au long de la saison.

A.P. : Comment appréhendez-vous l’image de ce nouveau service ?

G.C. : Sur le fond, en apportant une véritable offre derrière la création du logo SPAB selon la charte du barreau de Paris – une meilleure promotion de ce qui existe, de nouvelles activités, une assistance administrative et des finances aux clubs existants. J’ai l’espoir que chacun adhérera à ce projet qui, rappelons-le, est créé dans leur strict intérêt.

Aussi, l’enjeu de la mission qui m’a été confiée réside dans la nécessité de dynamiser l’image de l’avocat, en faisant notamment la promotion des valeurs communes entre le sport et l’exercice du métier, l’énergie de l’avocat et son ouverture aux autres au sein de la Cité. N’oublions pas également l’ambition de développer au sein du barreau ces opportunités de cultiver le bien-être, la santé, la convivialité et un peu de décontraction !

Enfin, dans quelques semaines naîtra la boutique des Sports au barreau, offrant pour au départ une collection de vêtements aux couleurs du barreau et de ses clubs (polo, pull de golf, polo-rugby, sac, cravates, sweater…).

Geoffroy Canivet, 32 ans, est avocat au barreau de Paris depuis 2009 et associé du cabinet 186 Rivoli. Joueur de tennis régulier (15/4) et amateur de course à pieds (dont 4 marathons), il est aussi membre actif du Rugby Club du Palais (trois quart ou à l’ouverture). Depuis le mois de janvier, il conduit la mission Sports au barreau, au sein de l’Ordre des avocats de Paris.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer