AccueilActualitéFuyons le « burn-out »

Fuyons le « burn-out »

Il n'est pas rare de constater un fléau grandissant auprès des actifs, qui, dans leur course éffrenée à la recherche de performances professionnelles, se retrouvent trop souvent sur la ligne de l'épuisement personnel.

Actualité Publié le ,

Le « burn-out », véritable fléau du 21e siècle, apparaît comme une réaction affective au stress permanent, encouragé par des objectifs de production en augmentation constante, face à un contexte peu propice à l'expansion des capacités productives.

Trop impliqué émotionnellement dans ses activités -en particulier celles qui demandent de fortes sollicitations mentales - empreint de responsabilités et, comptant également un fort déséquilibre entre les tâches à accomplir et les moyens mis en œuvre, le sujet finirait indubitablement par se retrouver sur la ligne rouge.

Les symptômes, perceptibles par l’entourage, mettent en évidence le manque d’attention, les insomnies, une irritabilité excessive, une impatience, le tout associé à un manque de motivation qui freine toute ardeur dès le réveil.

La suite n’est point glorieuse, dévalorisation et diminution de l’estime de soi, sentiment d’échec, perte des capacités et, pour les cas les plus graves, des envies de suicide.

L’une des solutions à ce fléau, selon Philip Zimbardo, théoricien social, auteur du concept « d’objectivation comme autodéfense », résiderait dans l’attitude idéale combinant compassion et détachement émotionnel.

Pour se prémunir de cette maladie, il est conseillé de garder son objectivité et une certaine distance avec le quotidien...pour éviter tout débordement excessif.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?