Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Fusions-acquisitions : recul de 8 % de la valeur des opérations en 2020 mais nette reprise au seco

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Fusions-acquisitions : recul de 8 %  de la valeur des opérations en 2020  mais nette reprise au seco
© Adobe Stock

Le rapport « M&A Insights : Q4 2020 » du cabinet Allen & Overy récemment paru dévoile que les opérations de fusions-acquisitions ont enregistré un recul de 8 % en valeur et de 9 % en volume au niveau international, par rapport à 2019, mais note néanmoins une reprise des opérations transfrontalières au second semestre.

Le caractère inédit de l'année 2020 et l'impossible visibilité à moyen terme ont incité les entreprises à conserver leur liquidité tout en protégeant leurs sources de revenu plutôt qu'à investir. C'est pourquoi les chiffres en valeur comme en volume ont chuté de près de 10 % par rapport à 2019. Les transactions de plus de 10 milliards de dollars connaissent quant à elles, une baisse de près de 21 % par rapport à 2019, laissant la place à un plus grand nombre de petites transactions. Néanmoins, le rebond constaté au second semestre et le retour des négociations posent la question d'une reprise durable pour 2021.

Une année inédite boostée par un deuxième semestre dynamique

Conséquence de l'arrêt net des transactions M&A au début de l'année 2020, ces opérations ont diminué de 8 % en valeur et de 9 % en volume par rapport à 2019. Un recul qui reste pourtant dans la continuité de la courbe décroissante amorcée en 2019 grâce à la reprise extraordinairement forte de l'activité des transactions à partir de la fin de l'été dernier encouragée notamment par les fonds de Private Equity, les mécanismes de prêts étatiques et la multiplication des liquidités.

Les États-Unis, qui restent à la fois l'investisseur le plus actif et le pays le plus ciblé par ce type de transactions, ne représentent plus que
38 % des transactions mondiales, qui reculent alors de 10 % par rapport à 2019. A contrario, l'Europe de l'Ouest se démarque avec une augmentation de 8 % par rapport à l'année dernière. S'agissant de la France, des deals d'envergure comme l'OPA de Worldline sur Ingenico ou le rachat par Veolia de 29,9 % du capital de Suez, lui ont permis de connaitre une augmentation de 7 % en valeur de ces opérations par rapport à 2019. Toutefois, l'arrivée de Joe Biden à la présidence des États-Unis, pourrait, en recréant un climat politique plus prévisible, participer au retour de l'hégémonie américaine sur le marché des M&A.

L'ultra numérisation favorise les investissements dans les data centers

La numérisation et l'activité de stockage des données exponentielles, décuplées par les confinements successifs et les nouveaux modes de travail à distance, ont eu des retombées dans les opérations de M&A : 15 transactions en lien avec des centres de données d'une valeur d'environ 15 milliards de dollars ont été effectuées au premier semestre 2020, soit plus que l'ensemble des transactions du secteur en 2019. La plus importante transaction jamais enregistrée pour un centre de donnée est celle de l'acquisition d'Interxion par Digital Reality pour 8,4 milliards de dollars, courant 2020. Le secteur du numérique reste en pleine expansion. De la numérisation des pourparlers à la signature électronique, l'évolution des pratiques révèle un nouveau paradigme dans la création, le développement et la conclusion des transactions M&A au niveau mondial.

« Les opérations M&A en 2020 ont bien entendu été touchées par la crise sanitaire, mais nous distinguons deux périodes : le premier semestre, où l'incertitude a grandement participé au ralentissement des transactions M&A, la priorité pour les groupes étant de préserver leur trésorerie, et le deuxième semestre, où la confiance a semblé revenir, avec une forte reprise à partir de juillet qui ne semble pas s'essouffler pour l'instant. La vaccination à grande échelle pourrait rassurer le marché courant 2021, même si le renforcement global du cadre règlementaire sur les opérations de fusions-acquisitions cross-borders risque de complexifier la signature de certains deals », conclut Frédéric Jungels, avocat associé au sein du département Fusions et Acquisitions du cabinet Allen & Overy. n




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer