Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Francis Palombi : « Arrêtons de nous infantiliser ! »

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Francis Palombi : « Arrêtons de nous infantiliser ! »
@ DR

Comme tous les autres acteurs du secteur du commerce, Francis Palombi, le président de la Confédération des commerçants de France (CDF) est très remonté contre l'un des articles du projet de loi Climat actuellement examiné à l'Assemblée nationale. Il nous fait part de sa colère.

Que vous inspire cet article 7 de la loi Climat que votre collectif conteste ?

Francis Palombi : Arrêtons de nous infantiliser ! Cet article n'apporte rien de concret, n'a aucune consistance et n'a aucun fondement d'intérêt général. Il faut donc le supprimer. Surtout que nous sommes à l'ère du numérique. Les commerçants font vivre les cœurs de ville et renforcent les liens sociaux. Jusqu'où ce lobbying peut-il aller et est-ce de l'habillage politique ? Je ne sais pas.

Les promoteurs de cette mesure se trompent-ils d'adversaires ?

F. P. : Bien sûr. Les vitrines sont l'attractivité des commerces qui souffrent depuis plus de deux années entre les Gilets jaunes, les manifestations et la crise sanitaire. Il est inimaginable de soumettre à autorisation, voire à une taxation toute communication des commerces, y compris leurs offres commerciales, et ce d'autant plus dans un contexte économique précaire et une volonté de simplification. Le dogmatisme ne doit pas prendre le pas sur la réalité économique.

Que préconisez-vous ?

F. P. : Il faut surtout faire reculer le e-commerce qui constitue une concurrence déloyale. Malheureusement, je ne vois rien dans cette loi qui pourrait cadrer son activité. Il y a vraiment mieux à faire.

Avez-vous un retour des maires ?

F. P. : Oui, je me suis entretenu avec les maires de Nevers, Toulouse et Sceaux. Ils m'ont rassuré en se montrant d'une grande sagesse. On peut faire confiance à nos maires, nos départements et nos régions et compter aussi sur le bon sens inné de nos sénateurs. J'en appelle vraiment à la sagesse de tous les élus de la République.

Les vitrines des commerçants ne génèrent-elles pas quand même des nuisances ?

F. P. : Il faut bien sûr respecter les règles et les vitrines peuvent être éteintes à 21 heures, mais de manière générale, il n'y a aucun effet nocif. Une étude du cabinet KPMG l'a montré récemment. Il faut avoir une consommation raisonnée. Un client est là pour servir ses clients et non pas pour les perturber avec des publicités lumineuses tapageuses.

Restez-vous, malgré tout, optimiste ?

F. P. : La règle doit évoluer. Il y a un besoin de bien-être et de mieux-vivre et les commerçants sont aussi les acteurs de cette évolution. Nous allons donc continuer le combat et il est loin d'être terminé. L'union fait la force !




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer