AccueilVie des entreprisesFrance Relance au chevet du secteur aéronautique

France Relance au chevet du secteur aéronautique

Suite à la crise économique et sanitaire, l'État a mis en place le plan France Relance destiné à soutenir l'économie en cette période difficile. Le secteur de l'aéronautique en Ile-de-France est particulièrement aidé.
France Relance au chevet du secteur aéronautique

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

L'entreprise Cobham Avionics, basée dans le dixième arrondissement de Paris, est spécialisée dans la confection d'éclairages d'aéronefs ainsi que de faces avant de cockpits d'avions. Elle fournit aussi bien l'aviation civile que militaire et de grands groupes tels qu'Airbus, Boeing ou encore Dassault Aviations. Durant la crise sanitaire, elle a vu son carnet de commande fortement diminuer tout comme son chiffre d'affaires : « Nous avons perdu plus de 20 % de notre chiffre d'affaires durant la crise sanitaire », se désole Vincent Poulin, directeur de Cobham.

Si aujourd'hui, les vols reprennent peu à peu, l'heure n'est pas encore à un retour à la normale pour le monde de l'aviation et donc pour l'aéronautique. Selon des estimations, le trafic aérien a diminué de plus de 65 % sur les deux dernières années et le retour à un trafic normal est prévu pour la fin de l'année 2024. De plus, la concurrence au niveau national et international dans le domaine de la fabrication d'éléments aéronautiques se fait de plus en plus importante.

Dans ce contexte, il était difficile pour Cobham de continuer le développement de son activité. L'entreprise avait cependant de nombreuses idées d'innovation afin d'optimiser le temps de travail et de proposer aux fournisseurs un travail toujours plus précis. Cette évolution passait notamment par l'achat de matériel technologique de pointe, tels qu'une imprimante 3D ou un laser CO2, très utiles pour l'entreprise Cobham mais également pour ses fournisseurs qui obtiendront un prototype beaucoup plus rapidement qu'aujourd'hui.

Avec ces deux nouveaux outils, le processus de prototypage va pouvoir passer de 14 jours à 24 heures. Un gain de temps considérable pour Cobham mais également pour les fournisseurs. Si l'entreprise a réussi à se fournir ces équipements coûteux, c'est en grande partie grâce aux subventions obtenus via le plan France Relance mis en place en septembre 2020 par le Gouvernement.

Des aides spécifiques pour l'aéronautique

Le plan France Relance vise plusieurs secteurs particulièrement : l'automobile, le nucléaire, l'agro-alimentaire, la santé, l'électronique et les intrants essentiels de l'industrie et enfin l'aéronautique. Au niveau national, 100 milliards d'euros ont été mis sur la table par l'État entre 2020 et 2022 et la création de 160 000 emplois est prévue. Il repose sur trois grands axes : la transition écologique, à hauteur de 30 milliards d'euros, la compétitivité et l'innovation, avec 35 milliards d'euros et la cohésion sociale et territoriale pour 35 milliards d'euros.

Concernant la filière aéronautique, 27 millions d'euros ont été débloqués pour soutenir 171 projets à travers la France. Les entreprises des secteurs concernés peuvent déposer des dossiers de présentation de projets auprès de la Direction des relations internationales, européennes et transfrontalières (Driet). Cette dernière est chargée d'étudier les projets et de rendre un avis à la préfecture qui a le dernier mot sur l'octroi des aides. Les critères d'admission sont le fait que le projet permette un retour à l'innovation, que l'entreprise maintienne son activité en France et également que le projet fasse partie des secteurs stratégiques et symboliques de l'industrie française. Pour les projets retenus, le plan France Relance accorde une aide à hauteur de 50 % du coût total de l'opération. L'Île de France, comme toutes les régions, a participé au Plan de relance.

On compte 30 lauréats pour la région. Parmi eux, le projet d'achat d'imprimante 3D et d'un laser CO2 pour l'entreprise Cobham. L'entreprise a bénéficié d'une aide de 196 664 euros. « Sans cette aide, nous n'aurions pas pu nous permettre un tel investissement. Ça envoie un signal positif fort à toutes nos équipes car cela montre une volonté d'aller de l'avant malgré une période difficile », a souligné Vincent Poulin. Il a reçu dernièrement la visite de Magali Charbonneau, préfète de la région Île-de-France. Cette dernière a visité l'ensemble des services de l'entreprise basée en plein cœur de Paris et a pu découvrir l'ensemble des étapes de fabrication des pièces aéronautiques. Elle s'est dite surprise de voir une telle entreprise en centre-ville : « C'est fou de se dire qu'ici, en plein centre de Paris, on a des ateliers où l'on fabrique des pièces pour les avions du monde entier. Le côté industriel de la capitale n'est pas le plus connu mais il est important de préserver cette industrie dans notre région ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?