Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Faire de la R&D une priorité de son cabinet

le - - Droit - Actualité du droit

Faire de la R&D une priorité de son cabinet
@ DR

Plusieurs tendances combinées affectent aujourd'hui le modèle économique des cabinets d'avocats. On observe tout d'abord, sur un marché d'offre où la concurrence est de plus en plus forte, une banalisation d'un nombre croissant de prestations juridiques. Parce qu'elles tendent à devenir des prestations standard proposées par un nombre croissant d'acteurs, des activités traditionnelles voient leur chiffre d'affaires diminuer de façon significative, et la part des activités à forte valeur ajoutée se réduit de façon concomitante, entraînant une évolution très rapide – bien plus rapide qu'auparavant – de la structure des portefeuilles d'activités des cabinets.

En parallèle, la demande est devenue plus exigeante car elle dispose d'un meilleur accès à l'information sur les offres disponibles sur le marché. Elle est donc plus à même de comparer les prestations et les prestataires et se trouve en position de force pour faire pression sur les prix.

Enfin, les modèles traditionnels des cabinets d'avocats sont bousculés par les évolutions technologiques qui contribuent à l'émergence de nouvelles façons de produire et de délivrer les services (en ligne via des plateformes, grâce à des solutions logicielles permettant d'optimiser certaines tâches…), de nouvelles problématiques juridiques et de nouveaux services (cybersécurité, RGPD, etc.).

Des risques actuels dont les enjeux sont stratégiques pour l'avenir

Dans ce contexte, un cabinet d'avocats encourt le risque de se retrouver noyé dans la nébuleuse des prestataires qui offrent les mêmes services, ou de se faire “ubériser” par de nouveaux entrants. Un risque qui se traduit par une stagnation ou une diminution du chiffre d'affaires induite par la perte de clients et la dégradation de la rentabilité de certaines offres, une remise en cause des associés dont les activités s'étiolent et un déclin progressif mais inéluctable de l'activité globale.

Face à de tels risques, il est impératif de faire rapidement évoluer son offre de services pour mieux répondre aux attentes du marché, éviter à tout prix la banalisation des prestations proposées et s'attacher à délivrer une qualité de service “unique”, et investir des marchés et des offres à plus forte valeur ajoutée et à plus grand potentiel.

Adopter la bonne approche de l'innovation

Pour cela, il faut mettre la Recherche et Développement, une fonction trop souvent ignorée ou insuffisamment considérée par les avocats, au centre de l'organisation du cabinet. La bonne démarche consiste à adopter une approche de l'innovation au sens large, c'est-à-dire en incluant notamment les compétences techniques, les appétences culturelles et les aptitudes comportementales des avocats, associés et collaborateurs, l'optimisation des ressources et des processus de production des services, ou encore l'implication du management dans le pilotage de l'innovation. Il convient ensuite de promouvoir et de multiplier les initiatives permettant de susciter de la créativité dans les expertises et les services délivrés. Et ce, en assurant une large veille d'informations sur les marchés dans lesquels opère le cabinet afin de nourrir cette réflexion.

Poser les jalons d'une méthodologie efficace

Voici un certain nombre de pistes d'action que nous avons pu observer et que nous recommandons pour mettre en œuvre cette démarche de façon concrète, et rapide. Pour investir et développer la culture de l'innovation au sein d'un cabinet d'avocats, il faut lui donner une place de choix dans la gouvernance, et donc en confier le pilotage à un des associés membres du management. Il faut également placer la formation à tout ce qui concourt à la créativité, l'expérimentation et la compréhension des enjeux liés à la R&D au centre du dispositif RH du cabinet. Il convient aussi d'organiser et d'animer des comités ad hoc dédiés à l'innovation afin de partager et analyser l'information sur les tendances et les problématiques émergeantes, et d'identifier les évolutions, les risques et les opportunités qui en découlent.

C'est ce travail de veille et d'analyse qui doit permettre aux associés de procéder à une revue critique de l'offre de services du cabinet. Chacun des pôles de développement du cabinet doit étudier son propre portefeuille d'offres en les catégorisant (en déclin, mature, en développement, à potentiel) et identifier les nouvelles offres sur lesquelles le cabinet devrait investir pour que le chiffre d'affaires se développe autour de services présentant un réel potentiel. Enfin, pour être pertinente et efficace, cette démarche doit impérativement faire l'objet d'un suivi : les résultats obtenus doivent être mesurés selon une périodicité à définir en fonction des moyens investis.

Pour un cabinet d'avocats, faire de la R&D une priorité implique donc de revoir en profondeur son organisation et de consacrer une partie de ses ressources à l'anticipation et à l'exploration de nouveaux territoires afin de s'y créer des espaces de marché. Une démarche que chaque cabinet devrait considérer sans plus attendre.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer