Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Européennes 2019 : le Medef organise le grand oral des candidats

le - - Actualité - Europe

Européennes 2019 : le Medef organise le grand oral des candidats
© DR

En pleine campagne pour les élections européennes, le Medef et ses partenaires ont convié dernièrement à Paris, les principaux candidats à un grand oral de plus de trois heures. Nathalie Loiseau de La République en marche, François-Xavier Bellamy pour Les Républicains, Yannick Jadot, pour Europe écologie - Les verts, Jean-Christophe Lagarde de l'UDI, Manuel Bompard de la France Insoumise, Hervé Juvin, pour le Rassemblement National, Nicolas Dupont-Aignan de Debout la France et Jean-Marc Germain du PS pour la liste Envie d'Europe se sont tous prêtés au jeu de ce Grand oral, devant une salle comble.

En vue des élections européennes du 26 mai prochain, le Medef, engagé pour faire vivre “l'Europe des entreprises” a lancé le 5 février dernier la campagne “Merci l'Europe”, afin de donner la parole aux entrepreneurs et d'affirmer l'attachement aux acquis de l'Union européenne. Cette campagne met en valeur les bénéfices de l'Union pour les entreprises et pour l'emploi. C'est dans ce cadre qu'a été organisé un événement de grande ampleur, “le grand oral” des candidats aux élections européennes. Organisée en partenariat avec Croissance plus, le Meti, l'Institut de l'entreprise, Entreprise et progrès, Entrepreneurs et dirigeants chrétiens, le CJD, animée par Fabrice Lundy, ex-journaliste de BFM Business, cet après-midi a donné la parole aux principales têtes de liste. La salle était pleine et les propos riches d'idées.

La parole aux sept principaux candidats

En guise d'introduction et après avoir remercié les candidats et les personnes présentes, Geoffroy Roux de Bézieux est revenu rapidement sur le contexte troublé des élections, notamment sur l'inquiétude, pour les entreprises, engendrée par le Brexit, ce « feuilleton sans fin ». Il a rappelé que le Medef soutenait la position de la France et de Michel Barnier « nos entreprises pâtissent déjà de la non décision des Anglais, on ne peut pas continuer à être dans cette incertitude ».

Le principe de ce grand oral était simple : à tour de rôle, chaque candidat devait exposer sa vision de l'Europe et notamment sa vision de l'Europe des entreprises. à l'image de la règle en vigueur au Parlement européen, chaque prise de parole ne devait pas excéder les deux minutes. Au total, une vingtaine de minutes pour chacun des candidats, incluant une introduction, une conclusion et deux ou trois questions de différents chefs d'entreprise présents dans la salle. On regretta qu'ils aient tous parlé sans s'attendre ni s'écouter. Faute de temps dans un agenda bien trop serré, chaque candidat ne venait finalement que pour son grand oral à lui.

Une succession de programmes

François Xavier Bellamy, tête de liste Les Républicains, a amorcé cet événement en revenant sur le fait qu'il voulait « faire de l'Europe une chance et faire en sorte que les entreprises françaises soient les premières en ligne ». Insistant sur la nécessité d'une vraie réforme du travail, il a rappelé que la France avait le pire déficit européen. Affirmant que son groupe rejoindrait le PPE au Parlement européen, il s'est interrogé sur le fait que les candidats de LaREM ne savaient toujours pas quel groupe rejoindre.

Yannick Jadot, tête de liste pour Europe-écologie les Verts, élu depuis 2009, brigue pour sa part un 3e mandat. Il a fortement insisté sur les faibles ressources de l'Europe et sur le fait qu'il fallait mettre sur la table de nouveaux chantiers liés à l'écologie, tels que l'isolation des logements et la lutte contre le changement climatique.
« Il faut faire un grand plan de fret ferroviaire européen avec de grands acteurs qui coopèrent. »

Jean-Christophe Lagarde de l'UDI est le troisième candidat à passer son grand oral. En introduction, il a osé un trait d'humour en affirmant « j'ai failli attaquer le Medef pour plagiat quand j'ai vu le programme de Merci l'Europe ! » Il a insisté sur le partage des valeurs liées au travail et à la création d'entreprises. En Europe, il faut, selon lui, avoir une harmonisation de la fiscalité des entreprises. Regrettant de ne pas pouvoir s'associer au parti d'Emmanuel Macron, qui n'a pas assez de méthode selon lui, il a réaffirmé son attachement européen en formulant le souhait : « J'ai envie de retrouver un nouveau Jacques Delors en Europe et non pas un Barroso ou un Juncker ! »

Manuel Bompard de la France Insoumise s'est prêté au jeu du grand oral du Medef, même si, comme l'a justement rappelé Fabrice Lundy, les idées défendues par ce parti sont très loin du premier réseau d'entreprises de France. L'introduction du candidat a eu le mérite d'être claire « Je ne partage pas vos idées, car l'Europe nous pose beaucoup trop de difficultés. J'ai bien lu votre documentation mais je ne suis pas d'accord. » Pour conclure, le candidat a adouci son propos en disant que son parti n'était pas contre les entrepreneurs, mais qu'il avait une autre vision de la place de l'entreprise dans la société.

Hervé Juvin, 5e tête de liste pour le Rassemblement National, prend ensuite sa place sur scène. Peu connu du grand public, il est présenté comme « l'homme de la crédibilité économique de Marine Le Pen ». Pour lui, la révolution ne passera que par les entrepreneurs : « un ménage sur deux devrait être actionnaire dans les entreprises françaises ». En bon représentant de son parti, il évoquera la question des frontières et de l'immigration, bien plus que celle de l'entrepreneuriat.

Nathalie Loiseau de La République en Marche, favorite dans les sondages. « Nous savons tous ici ce que nous devons à l'Europe et à l'euro »,
dit-elle pour introduire sa prise de parole. à ses yeux, une France qui gagne doit rester dans l'Europe. Elle évoquera longuement les péripéties du Brexit et les questionnements des entreprises qui s'en suivent. Interrogée sur la crise de la zone euro, tout comme Jean-Christophe Lagarde, elle affirmera qu'il faut finaliser enfin l'Union économique et monétaire.

Répondant indirectement à François-Xavier Bellamy, elle affirme vouloir créer un nouveau groupe central au PE, avec comme objectif une centaine de députés. Sans révéler le nom de ce nouveau rassemblement elle déclare vouloir aller plus loin que le groupe centriste et vers des alliances avec les autres groupes.

Nicolas Dupont Aignan de Debout la France est l'avant-dernier à se prêter au jeu du grand oral. Devant une salle qui commence à s'impatienter, plus de 2h30 après le début de cet événement, il expose son programme.

Jean-Marc Germain pour la liste Envie d'Europe est finalement le dernier à prendre la parole pour clôturer cette rencontre. Economiste de formation, il expose rapidement son programme et répond aux dernières questions de la salle, pressée de s'en aller écouter les annonces du Président de la République.

Au final, le premier réseau d'entrepreneurs de France a réussi son pari : à un mois des élections, ce grand oral a eu le mérite de présenter, dans l'intimité d'une salle parisienne, une partie du programme des principaux candidats à l'échéance européenne. Certains étaient déjà bien connus du grand public, d'autres beaucoup moins, ils ont en tout cas tous pu exposer à tour de rôle leur vision pour l'Europe, en accord, ou pas, avec le Medef. On regretta cependant l'absence de dialogue entre eux et l'absence de débat tout court.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer