AccueilActualitéÉquilibre instable

Équilibre instable

Actualité Publié le ,

Plus la conjoncture est précaire, plus la stabilité révèle ses vertus. Malheureusement, par tradition hexagonale, tout changement de majorité porte haut les stigmates de la remise en question, des hommes, des structures, des régimes… La parfaite illustration de ce «mal français» vient d'être donné par Sylvia Pinel, la ministre déléguée chargée de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme, qui s'apprête à détricoter ce qu'Hervé Novelli, ex-secrétaire d'État chargé du Commerce, avait tricoté au bon point : le statut d'auto-entrepreneur. Lors d'une récente intervention devant l'Assemblée permanente des chambres de métiers de l'artisanat, Sylvia Pinel a en effet déclaré vouloir, après évaluation, apporter des «ajustements» à ce statut –réservé aux salariés, chômeurs, retraités et étudiants–, dénonçant –à l'instar des artisans– «des distorsions de concurrence». Reste que ce dernier faisait florès, attirant près d'un million de Français, animés par la volonté d'entreprendre et de créer de l'activité. Hervé Novelli monte au créneau, estimant que la ministre fait visiblement preuve d'une «méconnaissance» du dossier et «de la réalité économique de sa mise en œuvre». Pour lui, «Si concurrence il y a, ce n'est pas une concurrence fiscale, comme l'a montré une étude de l'Ordre des experts-comptables». Au-delà des avantages, c'est certainement la simplicité du régime qui a tenté ces auto-entrepreneurs qui, selon Hervé Novelli «ont réalisé plus de cinq milliards de chiffre d'affaires en un an». Même si les artisans s'estiment lésés, la charge de Sylvia Pinel livre un signal plutôt pesant, entérinant les lourdeurs structurelles qui handicapent sans doute cette croissance que les socialistes veulent pourtant doper…

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?