Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Entreprendre en solo : faut-il créer une SASU ?

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Entreprendre en solo : faut-il créer une SASU ?
© DR

Plébiscitée par les créateurs d'entreprises ; recommandée par les experts-comptables : la Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU) a le vent en poupe !

Pourtant, elle ne s'adapte pas à tous les profils d'entrepreneurs. Pôle Emploi, régime social, souplesse statutaire et dividende : voici les (vraies) bonnes raisons de créer une SASU.

56 % des nouvelles sociétés sont par actions simplifiée

La création d'entreprise a été largement facilitée ces dernières années, que cela soit avec l'avènement du régime auto-entrepreneur ou encore par l'ouverture de la SAS au capital à 1 euro. Résultat des courses, le nombre d'entrepreneurs augmente*, tout comme le choix qui s'offre à eux en matière de statut juridique. Aujourd'hui, créer une entreprise en solo ne se résume pas à l'EURL (Entreprise à Responsabilité Limitée Unipersonnelle). Il y a aussi la possibilité de créer une micro-entreprise (régime auto-entrepreneur) ou une Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU). Et cette dernière forme juridique rencontre un succès croissant. D'après les dernières statistiques de l'INSEE, 56 % des sociétés nouvellement créées sont des SAS ou des SASU, contre 20 % en 2014.
*Selon l'INSEE, le nombre de créations d'entreprises a augmenté de 7 % entre 2017 et 2016 et de 12 % entre 2017 et 2015.

La SASU attire pour sa souplesse statutaire

Concrètement, qu'est-ce qui rend la société par actions simplifiée unipersonnelle si attractive pour les entrepreneurs en solo ? « Sans conteste, la souplesse statutaire », explique Michael, consultant Webmarketing. En effet, le statut de SASU/SAS est régi par les actionnaires et non par le Code de commerce, comme c'est le cas de l'EURL/SARL, signifiant que le fondateur choisit ses propres règles de fonctionnement, de répartition des pouvoirs et du capital. « Avoir une SASU permettra de m'associer sans risquer de perdre la main sur ma société, renchérit Michael, même si le nouvel actionnaire apporte plus de fonds que moi. » C'est là le premier avantage de la SASU, particulièrement pour les entrepreneurs et les startupeurs en solo qui envisagent d'ouvrir leur capital à moyen terme.

Un calendrier de paiement des cotisations simplifié

Un autre avantage est le calendrier de paiement des cotisations sociales, relativement simple dans le cadre d'une SASU. En effet, le représentant légal est affilié au régime de la Sécurité sociale (caisse des cadres). Ses cotisations sont calculées et payées chaque mois sur la base de sa rémunération. Rien de compliqué. Les dirigeants d'EURL, quant à eux, sont affiliés à la Sécurité sociale des indépendants (ex RSI) et ils le savent très bien : leur calendrier de paiement est beaucoup plus complexe. Il repose sur une avance forfaitaire de cotisations, régularisée l'année suivante et obligeant à provisionner suffisamment de trésorerie. (Attention toutefois, si le calendrier de paiement est plus simple en SASU qu'en EURL, le taux de cotisations sociales est plus élevé.)

Le maintien des indemnités chômage pour les entrepreneurs à Pôle Emploi

Encore un autre avantage conféré à la SASU pour ceux qui seraient inscrits à Pôle Emploi : il existe la possibilité de conserver la totalité de ses indemnités chômage lorsque l'on devient représentant légal d'une SASU au régime de l'impôt sur les sociétés. La condition est de ne pas se rémunérer durant toute la durée de l'indemnisation (et jusqu'à la fin de l'exercice). Pour en bénéficier, il faut présenter à son conseiller Pôle Emploi une attestation de non-rémunération signée par l'expert-comptable. Le maintien total de l'indemnité n'est pas possible en micro-entreprise. Il est conditionné au choix du régime fiscal en EURL.

La taxation du dividende en SASU

Le cas de la taxation du dividende est également intéressant. Dans une SAS ou une SASU, le dividende est uniquement taxé au titre des prélèvements sociaux (environ 17 % hors flat taxe). Dans une SARL ou une EURL, il subit les mêmes prélèvements, mais la tranche supérieure à 10 % du capital social est, en plus, réintégrée à l'assiette des cotisations sociales ; avantageux si l'on désire cotiser à la retraite et à la santé, mais plus coûteux (environ 45 %).

La SASU : une question de posture

Enfin, la SASU est aussi question d'image. « Je me sens beaucoup plus forte avec une SASU qu'avec une auto-entreprise », affirme Isabelle, graphiste et créatrice de contenus. Je négocie plus facilement mes prix à la hausse, car ma posture est celle d'une société solide et lancée, pas celle d'un freelance qui se teste et accepte tout type de contrat. »

Vous l'avez compris, la Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle est plébiscitée pour sa souplesse et son image affirmée. Elle reste néanmoins plus complexe que l'auto-entreprise ou l'EURL, notamment si l'on souhaite adapter ses règles statutaires. Un comparatif complet reste nécessaire pour choisir la forme juridique la plus adaptée à ses attentes et à son modèle économique.

Sources :

https://www.insee.fr/fr/statistiques/3314444

https://www.economie.gouv.fr/entreprises/creation-entreprises-chiffres-2016




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer