AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisEnseignement supérieur et recherche : de nouvelles mesures en Île-de-France

Enseignement supérieur et recherche : de nouvelles mesures en Île-de-France

La présidente de région, Valérie Pécresse, a tenu une conférence de presse sur la rentrée 2022-2023 dans l’enseignement supérieur et la recherche. L’occasion de dévoiler et préciser de nouvelles mesures.
Conférence de presse sur la rentrée 2022-2023 dans l’enseignement supérieur et la recherche
© AP - Conférence de presse sur la rentrée 2022-2023 dans l’enseignement supérieur et la recherche

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Septembre est aussi le mois de la rentrée pour la recherche et l’enseignement supérieur. Dans ce domaine, la région Île-de-France met en place des mesures afin de protéger le pouvoir d’achat des étudiants, promouvoir l’égalité des chances ou encore renforcer l’attractivité du territoire.

Au total, la région Île-de-France compte plus de 787 000 étudiants, dont 18% sont des étudiants étrangers. 15 universités et 70 écoles sont installées sur le territoire. A côté de cela, le secteur de la recherche, privé comme public, regroupe 165 000 emplois, soit 40 % des effectifs nationaux.

La Région agit sur le pouvoir d’achat

Le pouvoir d’achat est l’une des préoccupations majeures des Français, à commencer par les étudiants. C’est pour cela que le tarif du Pass Imagine R pour les lycéens et les étudiants a été gelé pendant ces cinq années. Le tarif est donc fixé à moins d’un euro par jour (350 €/an) pour l’année scolaire 2022-2023. Le Pass donne même accès à tous les avantages du Navigo Culture : des réductions dans plus de 350 musées, cinémas, salles de spectacles, etc.

Valérie Pécresse a aussi annoncé la création de 1 000 contrats d’étudiants mentors, pour répondre au double phénomène de perte d’emplois étudiants et de lien social, à la suite des deux années de pandémie. Ces contrats d’étudiants mentors d’Île-de-France seront créés à l’université, sur des actions au service des autres : accueil et accompagnement des personnes en situation de handicap et des étudiants étrangers, tutorat pour accompagner les nouveaux bacheliers ou encore aides en bibliothèques.

Parmi les autres mesures annoncées, une revalorisation de + 4% des bourses aux étudiants en formation sanitaire et sociale, ceux du supérieur mais également aux élèves boursiers infra-bac. La région débloque aussi un fonds d’urgence de solidarité, à destination de 3 300 étudiants.

Sécurisation des logements

Ce partenariat permet de sécuriser les logements des ménages les plus précaires avec une action particulière visant les jeunes grâce à un dispositif unique en France : l’aide au paiement des loyers des jeunes en situation de précarité (Confiance Île-de-France jeunes). Le vote du bouclier social en mai dernier a doublé son ambition initiale : de 2 000 à 4 000 jeunes seront aidés pour trouver et surtout payer un logement grâce à une mobilisation totale de tous les acteurs du logement et de l’hébergement. Les jeunes de moins de 25 ans en insertion professionnelle avec moins de 950 euros de ressources pourront bénéficier d’une aide comprise entre 600 et 800 euros, soit la prise en charge d’une partie du loyer pendant 4 mois.

Promouvoir l’égalité des chances

La région Île-de-France a mis en place dès 2016 les bourses au mérite à destination des étudiants boursiers ayant obtenu leur baccalauréat avec la mention « très bien ». Cette aide d’un montant de 1 000 euros, versée durant l’année universitaire suivant l’obtention du baccalauréat, vient récompenser ces nouveaux étudiants franciliens, et leur permet de faire face aux dépenses liées à leur entrée dans les études supérieures. Durant l’année scolaire 2021-2022, près de 2 535 étudiants bacheliers ont bénéficié de cette bourse, dont 79 étudiants en formation sanitaire et sociale. Le montant total dédié pour 2021/2022 s’élève à 2,6 millions d’euros.

Afin d’offrir une deuxième chance aux non-bacheliers, la Région renouvelle également son aide au Diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU), d’un montant de 1 000 euros. Il donne, à celles et ceux qui ont quitté le système scolaire, la possibilité d’accéder aux formations supérieures ouvertes aux bacheliers et de se présenter aux concours de la fonction publique pour lesquels le baccalauréat est requis. Depuis l’instauration de cette mesure en 2016, ce sont 4 643 candidats qui ont pu bénéficier de cette aide régionale, dont 728 étudiants en 2021-2022.

Renforcer l’attractivité du territoire

L’objectif des Chaires d’excellence internationale Blaise Pascal est d’attirer les chercheurs les plus talentueux et d’accroître l’attractivité du territoire francilien. Ce dispositif régional a pour vocation d’attirer en Île-de-France des chercheurs étrangers (ou de favoriser le retour de chercheurs français partis à l’étranger) de renommée mondiale, afin d’y développer leurs projets de recherche. Le lauréat d’une Chaire d’excellence est accueilli dans un laboratoire francilien pour y développer en 12 mois son projet scientifique. En contrepartie, il s’engage à exposer, lors de conférences et séminaires, les plus récentes avancées dans sa discipline et à présenter les résultats de sa recherche au grand public. Trois des quatre lauréats de la promotion 2019 et les quatre lauréats de la promotion 2020 ont bénéficié d’un accord afin qu’ils puissent commencer leur projet courant 2021 et permettre les échanges et travaux de recherche attendus avec les laboratoires d’Île-de-France.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 décembre 2022

Journal du02 décembre 2022

Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 11 novembre 2022

Journal du11 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?