Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Enquête télétravail : 62 % des Français voudront en faire plus après le confinement

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Enquête télétravail : 62 % des Français voudront en faire plus après le confinement
@ DR

La crise du Covid aura-t-elle pour impact la généralisation du télétravail ? Selon une enquête menée auprès de 2 915 professionnels par Deskeo, 62 % des sondés voudraient faire davantage de télétravail après le confinement et près de la moitié redoute que leur employeur s'y oppose par culture du présentéisme (43 %) ou manque de confiance (17 %).

Sans surprise, après un mois de confinement et donc de télétravail pour une grande majorité de Français, une accoutumance et même une appréciation de ce nouveau mode d'exercice se font sentir. Cette étude Deskeo, premier opérateur de bureaux flexibles en France, en témoigne car elle dévoile des transformations importantes des mentalités et une volonté accrue de mettre en place des solutions nouvelles de télétravail et de flexibilité.

« Notre premier sondage réalisé après quelques jours de confinement nous indiquait que les trois quarts (76 %) des Français en télétravail forcé regrettaient déjà leurs bureaux. Après quatre semaines d'expérimentation nationale du home office, les Français ont non seulement pris l'habitude de travailler de chez eux, mais ils voudront le faire plus souvent après le confinement », commente Frank Zorn, co-fondateur de Deskeo.

En effet, 62 % des sondés expriment clairement l'envie de continuer de travailler à distance après l'épisode de Covid-19. Seuls 12 % ne souhaitent pas changer leurs habitudes et attendent patiemment de retrouver leur ancien rythme de travail.

Gain de temps, de productivité et d'autonomie : des avantages concrets

Qu'il s'agisse d'une plus grande autonomie avec moins de contrainte managériale ni d'horaires fixes, d'un gain de temps considérable en évitant les transports et les rush hour ou encore d'une meilleure productivité grâce au calme et à la concentration offerts par un environnement familier sécure, le télétravail a séduit de nombreux salariés.

Comme le montre ce tableau, leurs raisons principales résident d'abord dans le fait d'éviter les transports (38 %), pouvoir travailler au calme (27 %) et s'organiser plus librement (19 %). Des arguments logiques et pragmatiques qui devraient convaincre la plupart des dirigeants d'entreprise. Pourtant, près d'un Français sur deux (45 %) redoute que leur employeur s'y oppose par culture du présentéisme (43 %) ou manque de confiance (17 %).

Toutefois, cela risque de changer car nous vivons des temps de transformation, et une grande partie des RH considère aujourd'hui que s'ouvrir au télétravail est une réelle opportunité tandis que s'y opposer serait une erreur, voire une menace. La généralisation du télétravail permettant non seulement la satisfaction des salariés mais aussi aux entreprises de faire des économies en réduisant la surface de leurs espaces de travail par l'adoption de la stratégie du « flex-desk », le fameux bureau partagé.

La transition semble déjà en marche et bien accueillis par les salariés. Selon l'étude, si 43 % des sondés regrettent quand même l'émulation collective du bureau, 79 % d'entre eux sont prêts à sacrifier leur bureau attitré pour pouvoir faire plus de télétravail.

Alors, une des nombreuses conséquences de la crise du coronavirus sera-t-elle le développement considérable du télétravail ?

Le Président de la République a lui-même invité les Français à « se réinventer » dans son allocution du 13 avril dernier, et à « rebâtir notre économie plus forte afin de produire et redonner plein espoir à nos salariés ». En plus d'être un rempart efficace à la propagation du virus, le télétravail semble aussi être un vecteur d'efficacité et de félicité.

Il convient ainsi de profiter de ce temps de confinement pour repenser nos espaces de travail, et plus généralement notre façon de travailler afin de faciliter la sortie de crise.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer