Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Enquête Avocats 2017

le - - Entreprise - Innovation

Enquête Avocats 2017

L'Observatoire national de la profession d'avocat a confié à l'Institut CSA la 5e vague de l'étude « Profession d'avocat ». Cette dernière est aujourd'hui confrontée à des défis majeurs. Néanmoins, selon Louis-Georges Barret, « elle dispose des moyens de les dépasser pour en sortir renforcée ».

Louis-Georges Barret, membre du Conseil national des barreaux (2015-2017), président de l'Observatoire national de la profession d'avocat (2015-2017)

Les résultats de l'étude montrent que la profession d'avocat est confrontée à une crise majeure qui correspond aux bouleversements qui sont en œuvre.

La révolution anthropologique

Ce que les experts appellent déjà une “révolution anthropologique” atteint évidemment la profession d'avocat, laquelle doit se digitaliser mais surtout prendre conscience de ces éléments pour se transformer en profondeur et de manière durable. La troisième révolution industrielle est en cours et les avocats doivent pouvoir y prendre toute leur part en se servant réellement des nouvelles technologies comme d'une aide à l'exercice de leur profession. Les nouveaux moyens électroniques transforment les cabinets d'avocats et exigent que ceux-ci acceptent à la fois le partage, la transparence et la confiance comme si leur cabinet, devenu entreprise, était d'abord et avant tout un espace de transactions.

L'avocat de demain doit incontestablement devenir un avocat augmenté parce qu'il saura utiliser les nouveaux moyens technologiques comme autant d'éléments permettant d'accéder à une connaissance plus rapide et de délivrer des conseils et des consultations dans des délais plus courts. Il sera aussi entrepreneur, parce qu'il aura conscience d'être à la croisée de différents chemins. Il devra être créatif quant aux propositions qu'il fera pour créer de la valeur.

Il existe des concurrences, notamment celle des legaltechs, mais la profession d'avocat a toujours été dans son histoire confrontée à des concurrences ; elles ont été différentes et ont varié avec le temps mais elles n'ont pas pour autant atteint le cœur de ce que constitue notre profession. Enfin et cela ne change rien sur son histoire, cet avocat devra être engagé. Engagé dans la société mais aussi engagé dans la défense de l'Humanité. Cet engagement nécessitera, évidemment, que l'avocat soit attentif à l'éthique, à la transparence, au respect de l'autre et notamment à la manière avec laquelle il gérera ses collaborateurs.

Se servir des nouvelles technologies

Beaucoup de confrères ont désormais compris que, non seulement il ne fallait pas éviter les nouvelles technologies et évidemment encore moins les combattre mais qu'il fallait, au contraire, s'en servir comme des moyens, non seulement pour se développer mais aussi pour travailler mieux. Cela suppose d'avoir un meilleur équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle pour que sa profession n'emporte pas l'intégralité de sa vie personnelle.

Il faut non seulement regarder les nouvelles technologies comme une chance, un défi et non une angoisse, mais aussi porter le regard plus loin, ailleurs, vers l'Europe, vers nos confrères européens qui sont tous confrontés aux mêmes difficultés, aux mêmes défis, aux mêmes angoisses, mais aussi et surtout aux mêmes chances.

Focus sur l'enquête avocat 2017

L'Observatoire du Conseil national des barreaux a mandaté l'institut d'étude CSA pour réaliser la 5e étude 2017 sur la profession d'avocat. Composée de trois volets : prospectif, qualitatif et quantitatif, l'étude a pour objectifs de dresser un état des lieux et de définir les enjeux de la profession.

Les principaux enseignements font ressortir une satisfaction générale et un optimisme en hausse sur les perspectives et l'avenir de la profession, malgré l'identification de plusieurs menaces telles que la concurrence externe, la pression sur les prix et le low cost. De même, une majorité d'avocats estime que la profession sera de plus en plus technologique et que son exercice s'effectuera à l'aide d'outils qui changeront la nature et l'organisation de l'activité. Le rapport prospectif, réalisé à partir de l'étude d'un corpus et de la conduite d'entretiens d'experts de différents horizons, a permis d'identifier les tendances émergentes qui impacteront le métier d'avocat à long terme et l'écosystème dans lequel il évolue.

De cette étude, émergent quatre profils d'avocat. Pour faire face aux bouleversements sociétaux, tous n'auront pas d'autre choix que de les affronter en étant à la fois :

• Un avocat augmenté qui affirme sa valeur ajoutée et s'entoure d'outils technologiques,

• Un avocat entrepreneur qui valorise son expertise,

• Un avocat créatif qui travaille son image de marque et sa valeur ajoutée,

• Un avocat engagé qui a appris à gérer ses équipes, et contrôle l'éthique et la transparence de son cabinet.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer