AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisEgalité femmes-hommes : l’Ile-de-France encore loin du compte

Egalité femmes-hommes : l’Ile-de-France encore loin du compte

En ce début d’année, la Région Ile-de-France a publié son rapport sur l’égalité entre les femmes et les hommes pour 2021. Qu’il s’agisse de l’égalité salariale ou de la lutte contre les violences sexistes, beaucoup de travail reste à effectuer.
Egalité femmes-hommes : l’Ile-de-France encore loin du compte
© Adobe Stock

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Comme à l’échelle nationale, les inégalités entre les femmes et les hommes sont toujours présentes au sein de la région Ile-de-France. Dans son dernier rapport, le Conseil régional pointe notamment le fait que les Franciliennes gagnent en moyenne 18,5 % de moins que leurs homologues masculins pour un travail équivalent exercé à temps plein. De plus, il est précisé que la part des femmes qui travaillent à temps partiel est trois fois plus importante que pour les hommes. En effet, là où les femmes sont 18 % à avoir un contrat à temps partiel, les hommes ne sont que 6 %. L’inégalité salariale est d’autant plus présente lorsque les salaires sont élevés, chez les cadres notamment, avec un écart salarial de 40 % en moyenne en fonction du sexe.

En plus d’être moins bien payées lorsqu’elles accèdent à un poste à responsabilité, les femmes sont également bien moins nombreuses à occuper ce type de postes. Ce dernier constat est observable dans le secteur privé mais également dans la fonction publique, où seuls 28 % des postes de direction dans la fonction publique territoriale sont occupés par des femmes, alors qu’elles représentent dans le même temps, 61 % des emplois en catégorie A.

Les violences faites aux femmes en hausse en Ile-de-France

Autre chiffre marquant de ce rapport, celui concernant les violences faites aux femmes. Il apparaît notamment que les violences conjugales sont plus élevées en Ile-de-France que dans le reste du pays, où une hausse de 67 % des violences au sein du couple a été observée sur l’ensemble du quinquennat d’Emmanuel Macron. Il s’agit de la région enregistrant la plus grande hausse devant les Hauts-de-France (55 %). A ces chiffres dramatiques viennent s’ajouter ceux du harcèlement de rue et des violences sexistes qui ne sont pas beaucoup plus réjouissants puisqu’une Francilienne sur trois déclare avoir subi du harcèlement ou des violences sexistes au sein de l’espace public durant l’année qui vient de s’écouler. Un chiffre qui est plus important chez les jeunes : 68 % des Franciliennes âgées de 20 à 25 ans déclarent avoir eu à subir au moins un fait de violence l’an dernier.

La région souhaite renforcer la sécurité dans les transports

Alors que la région a enregistré son premier féminicide à Aubervilliers le 8 janvier, Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France et désormais candidate à l’élection présidentielle, a réagi et a affirmé, dans une tribune publiée dans Le Monde, vouloir renforcer la lutte contre les violences commises à l’encontre des femmes : « Tant qu’il restera une femme, une seule victime de violences conjugales, il faudra agir pour qu’elle soit la dernière. Pour l’idée que nous nous faisons de la France, nous ne voulons plus nous contenter des mots et des indignations faciles ».

Pour lutter contre cela à l’échelle régionale, plusieurs axes de travail ont été décidés. Tout d’abord, les équipes de la Région vont tenter de favoriser l’égalité femmes-hommes. Pour cela, un volet dédié à cet objectif a été intégré pour la première fois au Plan de relance Etat-Région 2021/2027. Il permettra aux équipes de la Région de travailler en collaboration avec les équipes de l’Etat pour atteindre l’objectif d’une meilleure égalité salariale. Concernant la lutte contre les violences faites aux femmes, la région maintiendra le soutien régional aux actions de lutte contre les violences faites aux femmes en 2022.

Comme Emmanuel Macron, qui avait annoncé que ce sujet serait la grande cause de son quinquennat, Valérie Pécresse avait fait de ce même sujet la « Grande cause régionale » en 2017. C’est dans ce cadre que la Région avait accordé aux associations de défense des femmes des aides financières. En plus du maintien de ces mesures, la Région compte également renforcer la sécurité dans les transports franciliens pour lutter

De plus, le Téléphone Grave Danger qui permet aux femmes victimes de violences de la part de leur conjoint ou ex-conjoint de prévenir à tout moment les autorités sera conservé par la Région.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 29 juillet 2022

Journal du29 juillet 2022

Journal du 22 juillet 2022

Journal du22 juillet 2022

Journal du 15 juillet 2022

Journal du15 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?