Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Droit : une filière aléatoire

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

Droit : une filière aléatoire

Les études de droit sont particulièrement prisées : 15 % des étudiants s'y inscrivent chaque année (et même 25 % en région parisienne.

Cette filière permet soit de devenir avocat, juriste, magistrat…, soit d’accéder à la fonction publique. Les universités peinent à faire face à cet engouement, le nombre d’enseignants n’augmentant que de 6,5 % entre 2005 et 2009 alors que celui des étudiants progressait de 10,5 %. D’où un taux d’encadrement médiocre : le nombre d’étudiants par enseignant dans les cursus de droit est deux à trois fois supérieur à la moyenne toutes filières confondues. De même, le droit est à la traîne en ce qui concerne le budget annuel consacré à chaque étudiant : 248 € contre 877 € en économie à Paris-Ouest-Nanterre. Le taux de réussite à ces études se situe dans la moyenne : 40 % des étudiants de première année passent en deuxième année et 35 % redoublent (contre 42 % et 26 % respectivement toutes disciplines confondues). Des dispositifs d’accompagnement ont été mis en place par plusieurs universités, ce qui a permis d’améliorer de deux à trois points le taux de réussite. Récemment, des cursus sélectifs ont été mis en place par certains instituts ou universités. Il s’agit de formations préparant spécifiquement aux besoins des entreprises et des grands cabinets d’affaires.

Plusieurs études, émanant notamment de la Cour des Comptes et du Centre d’études et de recherche sur les qualifications (Céreq), tendent à montrer que l’insertion professionnelle des diplômés en droit est inférieure à la moyenne, que ce soit après une licence ou un master. L’Insee évalue entre 100 000 et 145 000 personnes les effectifs correspondant aux métiers du droit. Il n’est donc pas évident pour les 21 000 étudiants qui quittent chaque année l’université avec en poche un master ou un doctorat, de trouver un emploi. Notons toutefois qu’un cinquième des diplômés d’un master de droit public réussissent les concours de catégorie A de la fonction publique. Louis Vogel, président de la conférence des présidents d’université, estime que les diplômés en droit s’insèrent à plus de 80 %.

Crédit Photo

photo flickr sous licence Creative Commons par Valentin.Ottone






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer