Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Digitalisation en Europe : où en sont les PME françaises ?

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Digitalisation en Europe : où en sont les PME françaises ?
@ DR

Sortlist, la plus grande place de marché du secteur marketing en Europe, vient de publier les résultats de son étude sur la perception des entreprises françaises sur leur site Internet et leur présence en ligne et dont il ressort que celles-ci sont encore à la traine par rapport à leurs voisines européennes.

La crise sanitaire a mis en exergue toute l'importance de la digitalisation pour les entreprises et qui l'est d'autant plus face à la crise économique qui s'annonce et aux mesures de distanciation sociale toujours en vigueur. Pour rester compétitives, les entreprises comptent plus que jamais sur Internet pour atteindre et retenir leurs clients.

Si, pour ce faire, elles doivent miser sur le e-commerce et mettre en place une véritable stratégie digitale, qu'en est-il réellement ? Les PME ont-elles déjà amorcé leur transition numérique et, sur le terrain, quelle relation entretiennent-elles avec leur site web ?

Pour y répondre, Sortlist a réalisé une étude auprès de 500 patrons de PME, de moins de 250 salariés et au chiffre d'affaires annuel inférieur ou égal à 50 millions d'euros, du 19 au 21 mai 2020 au niveau européen (Belgique, France, Pays-Bas, Espagne, Allemagne).

Les PME françaises ont du retard

Conscientes que leur présence sur Internet est une opportunité supplémentaire d'augmenter la taille de leur clientèle, les PME ont rapidement créé leur site web : 47 % l'ont fait avant 2019 et 15 % cette année-là. Pour autant, 34 % des PME françaises ne disposent toujours pas d'un site Internet dédié à leur activité. Un taux plus élevé plus que la moyenne européenne, de 22 %.

Il ressort également de l'étude que la taille de l'entreprise et son chiffre d'affaires sont liés à l'existence ou non d'un site internet : 90 % de celles ayant un chiffre d'affaires annuel compris entre 30 et 50 millions d'euros en ont un, contre 45 % de celles dont les revenus mensuels se situent entre 0 et 100 000 euros.

Le confinement a durement éprouvé les entreprises, notamment celles qui ont tardé à démarrer leur transition numérique et qui, ne parvenant pas à rester en relation avec leurs clients, ont vu leur chiffre d'affaires s'effondrer. Confrontées à une baisse de leur trésorerie, ces entreprises ont des capacités d'investissements, nécessaires pour rebondir et préparer l'après-crise, très limitées. De fait, 60 % des PME qui avaient prévu de créer un site internet ont fait le choix, bien que risqué, de réduire leur budget à cause de l'épidémie.

« Avec toutes les opportunités qu'il peut apporter, le développement d'un site internet ne devrait pas être vu comme un coût mais comme un investissement. », souligne Nicolas Finet, co-fondateur de Sortlist.

Les priorités pour les mois à venir des PME ayant un site web

Première priorité exprimée par les PME, rendre leur site internet plus « mobile-friendly », c'est-à-dire, adapté au format mobile. C'est le cas pour 26 % des PME. Par ailleurs, pour 28 % des PME ayant un site internet, la priorité en 2020 est la création d'un contenu de qualité, permettant de booster la confiance créée avec leurs clients, améliorer les conversions de leurs sites et générer de nouvelles opportunités d'affaire.

Autre préoccupation, qui concernent 26 % des PME, l'amélioration de la sécurité de leur site web, notamment en se conformant au RGPD, mais aussi en se penchant sur les questions de protection des données, afin de séduire les Millenials et la génération Z qui y sont très sensibles. Ils sont notamment près de 8 sur 10 à redouter la fraude en ligne et 73 % à être inquiet de l'usage qui est fait de la data.

En revanche, seuls 17 % des PME envisagent d'améliorer leur référencement naturel (SEO), un chiffre qui semble très faible à l'heure où plus de la moitié des consommateurs utilisent Google pour se renseigner sur un produit ou un service.

« Sur le long terme, il est important de combiner la production de contenu de haute qualité avec une stratégie de SEO. Les PME peuvent ainsi profiter d'un véritable avantage concurrentiel sur le long terme, puisqu'elles vont gagner en visibilité sur Google. », précise Nicolas Finet.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer