Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Didier Barbet "L'engouement pour l'entrepreneuriat reste intact"

le - - Actualité - Interview

Didier Barbet "L'engouement pour l'entrepreneuriat reste intact"
@ AP

Le Startup Contest est un concours national destiné à encourager et valoriser les micro-entreprises Françaises. Les lauréats, sélectionnés par un jury d'experts seront récompensés par des prix dans différentes catégories : étudiant, féminin, numérique ou encore le prix coup de cœur. C'est également l'occasion pour les entrepreneurs en herbe d'être mis en lumière devant pléthore d'investisseurs.

A quelque jours de la finale qui aura lieu le 17 avril prochain, nous avons rencontré le fondateur du Startup Contest, Didier Barbet, pour dresser un premier bilan et obtenir son sentiment sur la situation entrepreneuriale Française.

C.V : M.Barbet, à quelques jours de la finale du Startup Contest, quel est le premier bilan ?

Un bilan déjà très positif ! Une forte participation, qui ne se dément pas depuis 2010. Le succès de notre concours de business plan, nous le partageons avec les lauréats et partenaires du Startup Contest. Chaque année, nous avons la chance de rencontrer de nouvelles personnes enthousiastes, motivées et totalement déterminées à réussir !

C.V : Combien de candidats se sont manifestés cette année ?

Près de 4 000 personnes ont pris connaissance des modalités du concours du Startup Contest. Nous avons ensuite retenus 40 business plans soumis au jury, chargé de sélectionner 9 finalistes. Nous récompenserons enfin, lors de la finale, deux à trois lauréats dans les locaux d’une prestigieuse école de commerce, l’ESSEC.

C.V : Avez-vous reçu des candidatures hors de l’Hexagone, provenant des pays membres ?

La France est pour l’instant évidemment le pays le plus fortement représenté. Notons que le Maroc, la Tunisie et la Côte d’Ivoire ont prêté une oreille attentive cette année au concours. Nous avons également reçu des projets de Belgique, de Suisse, du Royaume Uni ou encore d’Allemagne pour ce qui concerne la zone européenne.

C.V : Les entrepreneurs sont actuellement dans le collimateur du gouvernement, notamment en matière de fiscalité. Avez-vous l’impression que cela impact fortement la dynamique entrepreneuriale ?

Depuis plusieurs années, je constate que nous avançons dans un climat économique morose et propice à toutes les dérives. En ce qui me concerne, je concentre mes efforts sur l’animation de notre « accélérateur d’ambition » par la promotion de l’entrepreneuriat, des entreprises et des entrepreneurs.

Les entrepreneurs se lancent par choix et par conviction et depuis peu, grâce au statut d’auto-entrepreneur, une nouvelle catégorie de créateurs a émergé. L’engouement pour l’entrepreneuriat reste intact, même si je déplore vivement les signaux négatifs envoyés par nos représentants politiques.

C.V : M.Barbet, si vous aviez un message fort à adresser à nos dirigeants, pour porter la voix des entrepreneurs, lequel serait-il ?

Le statut d’auto-entrepreneur a permis à près d’un million d’individu encore actif à ce jour, de facturer 15 milliards de chiffre d’affaires pour 3 millions d’euros de taxes encaissées par l’Etat depuis janvier 2009, date de mise en application de ce statut.

Ces créateurs sont des Français, dynamiques, ambitieux et optimistes. Quelque soit sa taille, son âge, son sexe, sa religion, ses diplômes, son expérience, son ambition, tout le monde peut devenir entrepreneur. Ce n’est pas réservé à une élite.

Je souhaiterais que tous ceux qui portent une idée ou un projet générateur de richesse et de croissance pour notre beau pays puissent se lancer avec facilité. Je regrette que nos pouvoirs publics, ne prennent pas en considération ces entrepreneurs qui sont, pourtant, l’avenir de la France et les sauveurs de notre économie !


 






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer