Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Devenir expert-comptable : un rêve accessible à tous les cadres financiers en entreprise !

le - - Entreprise - Chiffre

Devenir expert-comptable : un rêve accessible à tous les cadres financiers en entreprise !
@ DR

Trois voies permettent de devenir expert-comptable : obtenir le diplôme d'expertise comptable (DEC), bénéficier de la passerelle « Article 7 bis » ou suivre la procédure de validation des acquis par l'expérience (VAE) du DEC.

La voie royale

Voie royale vers les métiers comptables, le DEC est un diplôme d'état délivré par le ministère de l'Education nationale français. Son niveau d'exigence et la durée de sa formation (généralement de 8 ans) sont sans comparaison avec des certifications de qualification délivrées par les associations professionnelles de bon nombre de pays. Toutefois, la plupart de ces certifications peuvent se révéler complémentaires au DEC en apportant aux diplômés une envergure internationale ou une spécialisation.

Les candidats se présentent à l'examen en vue de l'obtention du DEC à l'issue d'un stage professionnel d'une durée de trois ans. Cette étape majeure fonde la réputation du DEC. Les travaux professionnels du stage sont réalisés dans un cabinet d'expertise comptable sous la responsabilité d'un expert-comptable inscrit au tableau de l'Ordre, qui sera le maître de stage. L'une des trois années peut être effectuée en entreprise ou à l'étranger.

Le cursus des diplômes comptables supérieurs s'inscrit dans le schéma européen Licence-Master-Doctorat (LMD). Au total, le cursus comprend 25 épreuves de comptabilité, finance et management. Il permet d'acquérir des compétences techniques, mais surtout, à terme, des compétences de gestion de cabinet.

Ce parcours est accompli par plus de mille diplômés chaque année soit un taux de réussite d'environ deux tiers. Si les plus jeunes diplômés sont âgés de 24 ans, il est fréquent que le doyen d'une promotion soit âgé de 60 ans. Conserver un mental dynamique et faire preuve de ténacité sont des leviers pour avancer dans ce cursus tout au long de sa vie professionnelle.

La passerelle

Il s'agit d'un « tour extérieur » qui permet d'exercer la profession d'expert-comptable. Destiné essentiellement aux cadres financiers en entreprise, il est réservé aux plus de 40 ans justifiant d'une expérience significative dans le domaine financier et comptable.

Depuis plusieurs années, l'Ordre des experts-comptables de Paris Ile-de-France met en avant ce dispositif lors du congrès de la DFCG, l'association des directeurs financiers et de contrôle de gestion, dans le cadre d'une conférence. ECE, l'association des diplômés d'expertise comptable en entreprise, participe à cette action. Dans le cadre de son partenariat avec l'Ordre, elle s'est engagée à échanger des informations, permettant notamment de contribuer à la promotion de la reconversion professionnelle vers l'exercice libéral de la profession d'expert-comptable, pour les diplômés d'expertise comptable et les cadres financiers en entreprise dans le cadre de l'article 7 bis.

C'est un moyen pour la profession d'attirer des talents afin d'apporter toujours plus de valeur ajoutée à ses clients. Si le dispositif existe depuis la création de l'Ordre, la loi Macron (2015) lui a donné un regain d'intérêt en confirmant le rôle des experts-comptables en tant que conseils des entreprises.

En théorie, il suffirait presque de remplir un formulaire Cerfa pour candidater. La cellule de coaching mis en place par l'Ordre des experts-comptables de Paris permet toutefois de mettre toutes les chances de son côté. Elle sera à même d'accompagner gracieusement les candidats et de leur expliquer certaines subtilités des textes. Par exemple, le candidat doit avoir une expérience comparable à celle d'un expert-comptable « particulièrement qualifié », c'est-à-dire plus importante que celle d'un expert-comptable possédant des qualifications classiques.

Les candidats avec une expérience exclusivement en cabinet auront intérêt à privilégier une voie plus adaptée à leur profil. Cette passerelle donne toutes les prérogatives de l'expert-comptable, sauf le diplôme. Aussi seuls les candidats souhaitant vraiment exercer en cabinet pourront valoriser leur projet professionnel à travers ce dispositif. Ceux qui ont l'intention de rester en entreprise perdront leur temps.

Au niveau national, une trentaine de candidats se lancent dans l'aventure chaque année. Le taux de réussite de l'ordre d'un tiers serait probablement supérieur en faisant abstraction des candidats qui font fausse route. C'est le cas notamment de ceux qui exercent illégalement la profession d'expert-comptable et pensent pouvoir régulariser leur situation par ce biais.

La réussite est aussi conditionnée par la capacité des candidats à réunir, parfois des années plus tard, des justificatifs à l'appui de leur dossier. Certains documents peuvent être difficiles à obtenir en raison de leur caractère confidentiel, ou parce qu'ils ont été archivés, voire détruits après leur délai légal de conservation. Délégations de pouvoir, pouvoirs bancaires, fiches de paie, organigrammes, contrats de travail :il faut faire feu de tout bois et prévoir près d'un an pour réunir toutes les pièces dans de bonnes conditions.

La VAE du DEC

Pour ce qui est du DEC, la VAE a fait un premier pas à la faveur d'une décision du Conseil d'Etat en 2018. Celle-ci a permis à un candidat expérimenté de présenter un dossier et a ouvert une brèche en obtenant son diplôme via cette procédure la même année.

Les dispositions relatives à l'obtention du diplôme par la voie de la validation des acquis de l'expérience font depuis l'objet d'un décret daté du 13 février 2019. Celui-ci est paru au bulletin officiel de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation du 27 juin 2019. La VAE sera applicable à partir du 1er janvier 2020.

Une année d'expérience professionnelle et des responsabilités en rapport direct avec le champ et le niveau du DEC sont pré-requises. La procédure de VAE est basée sur deux formulaires disponibles sur le site Internet du service interacadémique des examens et concours (SIEC). Le premier concerne la recevabilité du dossier, tandis que le second renseigne sur les compétences du candidat. L'étude du dossier par une commission est suivie d'un entretien avec le candidat et fait ensuite l'objet d'une décision du jury national du DEC.

Pour obtenir le DEC, le candidat devra établir dans son dossier les liens entre le programme complet des épreuves du DEC et ses expériences professionnelles. C'est un travail fastidieux qui peut nécessiter un investissement personnel équivalent à celui qui est nécessaire pour la préparation de l'examen par la voie royale. Et si le taux de réussite devait suivre les dernières tendances de la VAE du diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG), il risque d'y avoir peu d'élus.

Alors si vous êtes cadre financier et que vous souhaitez donner une nouvelle orientation à votre carrière, devenir expert-comptable, est un rêve accessible tout au long de votre vie professionnelle. Vous pourrez exercer ce métier, et même alterner entre ses deux modes d'exercice, indépendant et salarié. Car 2019, est l'année de la reconnaissance du statut de l'expert-comptable en entreprise à travers la loi Pacte !




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer