AccueilEntrepriseDestruction d'emplois sans fin dans les TPE

Destruction d'emplois sans fin dans les TPE

La 58e édition du Baromètre des TPE, établi par l'Ifop pour Fiducial, « va à l'encontre de l'euphorie gouvernementale engendrée par l'annonce inattendue d'une croissance de 0,6 % au premier trimestre 2015 ». Loin de l'embellie, les TPE font face à un climat économique et social particulièrement complexe.
Destruction d'emplois sans fin dans les TPE

Entreprise Publié le ,

Les Très petites entreprises affrontent une situation financière tendue et de nombreuses destructions d’emplois. S’ajoute à ce sombre tableau, « une défiance généralisée envers les élus, les institutions et les syndicats patronaux ». Selon l’Observatoire, le premier trimestre de cette année laissait espérer un regain d’optimisme chez les patrons de TPE. Pourtant, aucune dynamique tangible n’est à l’ordre du jour : « 71 % des chefs d’entreprise sont pessimistes sur le climat général des affaires en France (-2 points contre -15 points au 4e trimestre 2014). Le secteur du BTP (78 %) et les artisans (76 %) sont particulièrement moroses. Plus confiants dans leur entreprise, les dirigeants sont 54 % à être pessimistes pour leur propre activité (résultat stable). A 62 %, les patrons du secteur du commerce le sont beaucoup plus encore ».
Sur les trois premiers mois de l’année, la baisse de création nette d’emplois est de 1,5 point, « sachant qu’elle n’a été positive qu’une seule fois depuis le deuxième trimestre 2012 ». Les TPE exerçant leur activité dans le secteur des services aux entreprises déclarent une destruction d’emplois sensiblement plus importante (-6 points). Comme le souligne l’étude, « ce n’est pas le niveau d’embauches qui est préoccupant, mais le niveau de suppression de postes qui reste élevé (7 % des TPE ont supprimé au moins un poste au cours du premier trimestre 2015) ». A l’approche de la saison estivale, les patrons de TPE anticipent une faible reprise (+1) de l’emploi au second trimestre.
De son côté, l’indicateur de situation financière demeure fortement négatif (à -21) au premier trimestre 2015. C’est désormais le 11e trimestre consécutif dans le rouge pour les TPE. Seules 28 % des entreprises déclarent une trésorerie positive et trois patrons sur dix jugent leur situation financière préoccupante. Dans ce contexte, l’accès au financement est encore plus difficile. D’ailleurs, la demande globale de crédits ne redémarre pas : « avec 15 % des TPE qui ont déposé un dossier de financement (niveau stable depuis un an), nous atteignons à peine la moitié du nombre de demandes exprimées avant 2009 ».

Crise ouverte envers les institutions

L’étude de l’Ifop montre parallèlement que « la confiance accordée par les chefs d’entreprise au gouvernement (22 %) est de nouveau en léger recul (-2 points) ». Pour les analystes, ce résultat cache une crise bien plus profonde de défiance envers les institutions politiques et patronales. Le jugement est sans appel : « 85 % des patrons estiment que le nombre d’élus est trop important de manière générale (à 77 % pour les parlementaires et à 71 % pour les conseillers régionaux et généraux). Deux patrons sur trois estiment que la fusion des deux assemblées locales leur permettrait de conserver la même efficacité. Le système démocratique français est jugé sévèrement. 31 % des dirigeants seulement déclarent qu’il permet une représentation suffisante de la population, 43 % que les débats parlementaires permettent d’améliorer les lois et uniquement 26 % que le fonctionnement du Parlement permet une application rapide des lois dont le pays a besoin ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?