Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Des maires et des idées

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

Des maires et des idées
© A.P. - Stéphane Beaudet, président de l'Association des maires d'Île-de-France.

À l'occasion du 23e Salon des maires d'Île-de-France, les élus ont souhaité mettre l'accent sur les questions de mobilités et d'emplois en région parisienne. Au-delà des clivages politiques, ces trois jours de débats ont permis de mettre en lumière la volonté d'une confiance réciproque entre l'État et les élus de proximité.

Avec l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, cette édition 2019 du salon a d'abord été l'occasion de rendre un hommage solennel aux sapeurs-pompiers amenés à lutter contre les flammes. Mais l'Association des maires d'Île-de-France (Amif) ne compte pas en rester là.

Elle participera à l'élan de générosité mondiale en versant prochainement une subvention de 10 000 euros.

« Soyons solidaires, participons ! Il s'agit de notre patrimoine commun qu'il faut sauver », déclare avec émotion Stéphane Beaudet, président de l'Amif.

L'élu de l'Essonne souhaite que les maires continuent à réinventer la “commune nouvelle” malgré un contexte politique et social tendu. En effet, la crise des Gilets jaunes a bousculé l'ordre établi au moment même où les élus de terrain sont au centre du jeu.

Miser sur l'emploi…

L'émergence d'une culture du travail nomade, en particulier dans le numérique, conduit les acteurs de l'emploi à modifier les schémas classiques d'embauche. Avec 250 stands professionnels et un social bar composé de start-up, le salon a vu se concrétiser des rencontres fructueuses entre les Franciliens et leurs entreprises.

En effet, l'Île-de-France est devenue la première région européenne dans le développement de l'emploi dans le numérique. À elle seule, elle concentre plus de 500 000 postes dans les domaines des TIC, du Big data et du développement informatique. De même, avec l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024, le Comité d'organisation estime que 150 000 emplois devront être créés essentiellement dans les domaines de l'organisation, de la construction et du tourisme.

… Et sur le déplacement quotidien

Même si l'Île-de-France possède un vaste réseau de transports en commun, se rendre d'une ville de la région à une autre relève parfois du parcours du combattant. Avec ses 200 km de lignes, ses 68 gares et ses 2 millions de voyageurs quotidiens, le Grand Paris Express souhaite répondre à cette problématique.

Dix ans après le lancement du Grand Paris, Valérie Pécresse tire le bilan de ce projet titanesque :

« Oui, il y a eu du retard sur plusieurs projets et notamment sur celui du Grand Paris Express. Si j'avais un message à adresser au président de la République, il serait le suivant : faites confiance aux échelons de proximité, n'ayez pas peur de leur déléguer une parcelle de votre pouvoir ! », assure la présidente de la région Île-de-France.

Valérie Pécresse était présente à l'inauguration du salon. © A.P.

Vers des mobilités durables

Les maires d'Île-de-France sont unanimes : il faut réinventer les déplacements quotidiens en région parisienne. Avec un réseau routier trop souvent congestionné, le Plan de déplacement urbain d'Île-de-France prévoit la réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2020.

La Métropole du Grand Paris, la Région et la Ville de Paris se sont engagées dans cette voie, grâce à des actions en faveur de la qualité de l'air et du lancement d'études préalables à la mise en œuvre d'une zone à basse émission métropolitaine. De même, l'évolution du stationnement sur voirie constitue un autre levier pour inciter à des motorisations plus propres (tarifications préférentielles, bornes de recharge électrique, hydrogène ou GNV dans le respect des contraintes réglementaires).

Dans le cadre de son programme d'expérimentation “Grand Paris de la mobilité”, la Société du Grand Paris lance, chaque année, un appel à projets pour tester des solutions innovantes tant dans le champ des nouvelles mobilités que dans celui de la conception des nouveaux espaces publics. Ces appels à projets sont l'occasion de repenser l'offre en mobilités actives, électriques et numériques autour du futur métro pour réaliser, dans un futur proche, des pôles d'échanges qui soient en capacité de répondre aux besoins ultérieurs.

Et si nous marchions ?

L'arrivée du Grand Paris Express entraînera un essor considérable de la marche à pied autour des gares. Aujourd'hui, plus de 80 % des déplacements en région parisienne sont intra-départementaux et 50 % intra-communaux.

Les déplacements de très longues distances (plus de 21 km) restent minoritaires (5 %) et sont effectués à part équivalente en voiture et en transport collectif. La part totale de la marche dans la mobilité francilienne est de 39 %. Placé au premier rang des modes de déplacement, la marche est également le premier mode de rabattement sur les transports collectifs (76 % des modes de rabattement en Île-de-France).

À l'heure où les maires déplorent le manque de moyens et le peu de budget disponible, ce mode de déplacement resterait, à leurs yeux, le moins coûteux…




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer