Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Des chênes franciliens pour la restauration de Notre-Dame de Paris

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

Des chênes franciliens pour la restauration de Notre-Dame de Paris
@ DR

Pour reconstituer la flèche de la cathédrale, détruite dans l'incendie du 15 avril 2019, 59 arbres ont été prélevés dans la forêt domaniale de Villefermoy, en Seine-et-Marne.

La restitution de la flèche de Viollet-le-Duc nécessite environ 1 000 chênes. L'Etat va en offrir 325 issus de ses forêts gérées par l'Office national des forêts (ONF). Cinq forêts franciliennes participent à cette opération et sur les 85 chênes prélevés depuis le 12 mars, 59 proviennent de la forêt domaniale de Villefermoy (2 641 hectares) située à une vingtaine de kilomètres de Melun. Identifiés en janvier, ces arbres répondent à des critères précis établis par les architectes des monuments historiques (de cinq à treize mètres de haut et 50 centimètres de diamètre minimum). Ils laisseront ensuite la place à une nouvelle génération de chênes.

Rigoureusement contrôlées, les coupes interviennent à des moments clés de la vie d'une forêt. Elles apportent la lumière et l'espace nécessaires aux arbres d'avenir pour leur croissance et aux jeunes semis pour leur prospérité. La forêt se renouvelle ainsi naturellement sans avoir à recourir aux plantations. La forêt de Villefermoy, comme toutes les autres forêts publiques, n'a jamais été un espace immuable. Sa gestion s'inscrit dans le temps long, 150 ans pour le chêne, durée nécessaire pour que celui-ci atteigne l'âge adulte. Une fois récoltés, les chênes seront numérotés. Chaque arbre choisi permettra de garantir une bonne traçabilité des grumes (tronc d'arbres coupé) et leur débardage (sortie des bois de la parcelle vers la route forestière accessible aux camions) se réalisera dans les semaines suivant la coupe.

Entreposés provisoirement le long des routes forestières, les bois rejoindront ensuite les scieries. Les opérations de sciage s'étaleront jusqu'en septembre et octobre. Les premières pièces seront soumises à la validation de la maîtrise d'œuvre et des charpentiers, afin de s'assurer de leur conformité. Leur stockage et leur séchage vont durer de 12 à 18 mois jusqu'à la fin de l'année 2022. Ils seront soigneusement entreposés à l'abri de la pluie et du soleil, afin d'atteindre un taux d'humidité inférieur à 30 %. Le transfert vers les ateliers aura lieu début 2023. La phase d'assemblage et de reconstruction commencera alors. L'achèvement du chantier de restauration de la cathédrale de Notre-Dame de Paris est prévu pour 2025.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer