AccueilDroitDes avocats dénoncent des remises en liberté trop rares

Des avocats dénoncent des remises en liberté trop rares

Une centaine d'avocats dénoncent dans une pétition "des dysfonctionnements" de la chambre de l'instruction de Paris, constatant que "la quasi-totalité" des décisions vont dans le sens du maintien en détention provisoire de leurs clients.
Des avocats dénoncent des remises en liberté trop rares

Droit Publié le ,

"Nous, avocats qui fréquentons régulièrement la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, sommes dans l'obligation de dénoncer publiquement les dysfonctionnements de cette juridiction en laquelle nous n'avons plus confiance depuis des années", déclarent les signataires de cette pétition, majoritairement inscrits au barreau de Paris. Ces avocats constatent "que la quasi-totalité des ordonnances de rejet de demande de mise en liberté, des ordonnances de placement en détention provisoire, et des ordonnances de prolongation de la détention provisoire sont confirmées par la chambre de l'instruction". Censée être une instance de réexamen objectif d'une situation, la chambre d'instruction parisienne "n'est qu'une chambre de validation, que nous décidons aujourd'hui publiquement de mettre en accusation", poursuivent les avocats. Parmi les signataires figurent notamment de grands pénalistes comme Louis Balling, Françoise Cotta, Eric Dupond-Moretti, Pierre Haïk, Jacqueline Laffont, Jean-Yves Liénard et Pierre-Olivier Sur.

©A.P

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?