Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Depuis un an, Valérie Pécresse impose sa marque malgré les critiques

le - - Actualité

Depuis un an, Valérie Pécresse impose sa marque malgré les critiques
© Conseil régional IDF

Rénovation des trains, tests salivaires dans les lycées, déménagement du siège, fin des subventions au logement social pour les communes ayant déjà un taux de 30 % : en un an, la présidente de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse, a imposé sa marque, largement critiquée par son opposition.

Après 17 ans de mandature socialiste, Valérie Pécresse (Les Républicains) a ravi le 14 décembre 2015 le siège de Jean-Paul Huchon, avec une liste LR-UDI-MoDem qui a obtenu 43,80 % des voix.

« Nous pouvons être extrêmement fiers » du bilan depuis un an, a déclaré Valérie Pécresse lors de la dernière séance plénière du Conseil régional pour 2016. « Nous avons réalisé les deux tiers de notre programme », a-t-elle martelé.

Dès le mois de janvier, elle a fait adopter quelques mesures phares de sa campagne : le déménagement du siège en banlieue, une nouvelle « éthique politique » pour les élus (déclaration de patrimoine, non-embauche de proches à la Région, contrôle de l'assiduité, etc.), et la suppression d'aides au transport pour les étrangers en situation irrégulière, une « mesure de justice » selon elle.

Critiquant allègrement l'héritage socialiste, la présidente a rapidement mis en place plusieurs marqueurs de droite : lutte contre la fraude dans les transports en commun, valorisation du mérite avec la réintroduction de bourses pour les bacheliers ‘‘mention très bien'', mise en place d'aides sociales pour les lycéens du privé, diminution des effectifs du siège, développement de la vidéo-surveillance dans les lycées, les bus et les 70 gares routières.

Jugée sur les transports

« On a tenu des engagements très concrets », a déclaré Valérie Pécresse à l'AFP. En un an, « on a adopté deux fois plus de délibérations en moyenne que chacune des cinq dernières années ».

Plusieurs mesures ont fait polémique, comme la possibilité de tests salivaires pour détecter l'usage de drogue au lycée, la suppression des aides au financement de logements sociaux pour les communes qui en ont déjà 30 %, ou la suppression du passe-contraception dans les lycées, remplacé par une plateforme d'informations sur internet.

Celle qui se targue d'avoir fait en un an 160 millions d'euros d'économie en réduisant le train de vie de la collectivité a également décidé de déménager tous les services de la Région à Saint-Ouen d'ici à 2019. Un choix dénoncé par l'opposition et les syndicats, mais assumé par la présidente. « Présider c'est décider », a-t-elle coutume de dire.

En matière de transports, sujet sur lequel Valérie Pécresse dit qu'elle « sera jugée », la hausse du passe Navigo de 3 euros a aussi fait grincer des dents.

Une augmentation qu'elle affirme nécessaire pour moderniser le réseau, avec notamment 700 rames neuves ou rénovées promises d'ici à 2021. « Les appels d'offres sont lancés progressivement », dit-elle.

Sur le plan économique, elle a supprimé les emplois-tremplins, lancé une expérimentation de budgets d'autonomie pour les lycées, créé un prêt spécial pour les TPE, simplifié les aides aux entreprises en supprimant tous les critères d'éligibilité, et développé des aides pour le secteur rural.

Du côté de l'opposition, on déplore « un manque de concertation » et de la « précipitation ». Elle pratique une « politique de mise devant le fait accompli », regrette Céline Malaisé (Front de gauche), estimant qu'elle « essaie de faire de la région un laboratoire expérimental des politiques de droite ».

Chez les écologistes, on déplore un an « d'habile communication et de slogans », mais surtout « des économies drastiques » faites « sur le dos des associations », affirme Mounir Satouri.

« Le style Valérie Pécresse, c'est ‘‘Beaucoup parler et peu agir''», ajoute Carlos da Silva (PS). Pour Wallerand de Saint Just (FN), « elle est toujours dans l'inventaire, elle ne sait pas où elle a mis pied ».

Tout en lui reconnaissant « une indiscutable énergie », Eddie Ait (Radicaux de gauche) déplore que « des polémiques stériles et des postures idéologiques ont trop souvent ponctué cette première année ».

Dans sa majorité, Franck Cecconi (UDI) salue au contraire « une année très chargée et intense », et Yann Wehrling (Modem) juge que « les promesses ont été tenues ».




Emilie BOUSQUET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer