Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Déplacer la Gare de l'Est, une idée complètement à l'Ouest ?

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

Déplacer la Gare de l'Est, une idée complètement à l'Ouest ?
@ DR

Le projet que portait Benjamin Griveaux de déplacer la Gare de l'Est vers la Porte de la Villette pour réaliser 30 hectares de jardin sur les emprises ferroviaires ainsi libérées avait fait couler beaucoup d'encre mais pourrait potentiellement être repris. Bonne ou mauvaise idée ? L'ex candidat LaRem disait vouloir anticiper un problème de saturation qui se posera dans 10 ans et y voir une opportunité pour donner un tour concret à la Métropole du Grand Paris en dynamisant l'Est de la capitale. La Gare est pourtant une des seules non saturées à Paris, et semble ne pas avoir à s'inquiéter à moyen terme si on en croit les chiffres récemment avancés par un récent numéro de l'émission Parigo.

L'historien Clive Lamming, récemment interrogé dans Parigo, ne partage pas du tout le point de vue du candidat démissionnaire de la majorité : « Les gares vivent en symbiose avec les villes qui leur donnent de la nourriture, les alimentent et s'alimentent elles-mêmes. » L'architecte Soline Nivet est plus nuancée : « Reculer les gares est une idée régulièrement mise au jour. Les détracteurs redonnent toujours les mêmes objections : qu'est-ce que cela veut dire pour Paris de se débarrasser de ses infrastructures sur ses communes limitrophes ? On craint aussi l'impact de pareils projets sur les prix de l'immobilier. Il n'empêche que si l'on veut toucher à de grandes échelles à Paris, les emprises ferroviaires sont des leviers d'action ».


Un train pour Moscou au départ de la Gare de l'Est.

Un lieu chargé d'Histoire

Comme le montrent les travaux d'un autre historien, Patrick Cognasson, la Gare de l'Est n'est « pas la plus fréquentée, mais sans doute la plus chargée d'Histoire ». Cinq voies avaient été inaugurées en 1850 à l'emplacement du centre commercial actuel (une plaque le rappelle aujourd'hui) pour ce que l'on nommait alors “l'embarcadère de Strasbourg” qui devient en 1854 la Gare de l'Est. Sa vocation à s'ouvrir sur l'Europe apparaît déjà en 1883 quand est inauguré l'Orient-Express, à destination de Constantinople.

Le bâtiment connaît une grande phase de travaux dans les années 1900 alors que l'on assiste à un bon de fréquentation, sous l'impulsion notamment des hygiénistes qui recommandaient des voyages à la campagne pour rester en bonne santé. La gare telle qu'on la connaît aujourd'hui, avec son bâtiment d'origine et son extension d'une architecture différente, classés monument historique en 1984 et que Benjamin Griveaux ne souhaitait pas démolir, date pour l'essentiel de 1924. Elle a été, à sa façon, l'un des théâtres de la Grande Guerre. Le 2 août 1914, nombreux sont ceux qui partent vers la frontière allemande depuis ses quais. Une fresque dans le hall le rappelle et ne montre pas tant des soldats “fleur au fusil” que le point de vue d'un père acceptant déjà la mort de son fils. C'était aussi le lieu où les poilus arrivaient et ne voulaient pas repartir de permission. Vestige de la Deuxième Guerre, un abri secret de 120 m2 existe toujours à une dizaine de mètres sous le quai 3, réalisé pour protéger les cheminots des gaz plus que des bombes. Quelque 70 téléphonistes et régulateurs pouvaient y travailler. Construit par les Français, germanisé par les nazis, il n'a in fine jamais servi.

Au sous-sol de la Gare, depuis l'après-guerre, on retrouve aussi 600 m de voies miniatures que l'Association française des amis des chemins de fer entretient. Ses membres y font rouler pour le public les petits trains électriques qu'elle possède tous les samedis après-midi.

En 1999, l'inauguration du RER E décharge la Gare d'une partie de ses passagers de banlieue. En 2007, la fréquentation augmente de nouveau de 20 % avec l'arrivée du TGV Est. Aujourd'hui, ce sont 140 trains qui partent chaque jour pour desservir jusque l'Allemagne, le Luxembourg et même Moscou – un train part tous les jeudis vers 19 h pour un trajet de 39 heures. Des trains de banlieue, ceux de la ligne P y arrivent toujours, transportant quotidiennement quelque 120 000 Seine-et-Marnais qui voient d'un mauvais œil l'idée de descendre potentiellement d'ici quelques années en périphérie de Paris. Avec le
RER E, argument avancé par Benjamin Griveaux, ils ne seraient toutefois qu'à 6 minutes de Magenta.

Déplacer des gares dans Paris, des antécédents

Eloigner les gares de Paris, l'idée n'est pas nouvelle. Dans les années 1980, les Pouvoirs publics avaient envisagé de déplacer la Gare d'Austerlitz vers le boulevard Masséna avant de recevoir une opposition ferme de la SNCF, propriétaire du foncier. Ce que la SNCF expliquait à l'époque, c'est que déplacer une gare n'est pas déplacer un quai et des guichets, c'est aussi déplacer toute une arrière-gare avec des voies de garage et des ateliers d'entretien. Finalement la couverture des voies sera décidée le long de l'avenue de France qui, pour amortir le coût des travaux, ne donnera pas lieu à la création d'un jardin mais de bureaux et de logements.

Pour la réalisation de son projet, Benjamin Griveaux promet rapidité, un coût de 1,5 milliard et des conséquences minimisées pour les usagers pendant les travaux. Qu'ont été les deniers grands chantiers sur une infrastructure déjà existante à Paris ? Sur le RER C, 10 ans ont été nécessaires pour remplacer la gare Masséna par la gare Bibliothèque François Mitterrand. Rosa Parks sur le RER E, ce fût cinq ans de travaux et 130 millions d'euros.

D'autres projets pour la Gare de l'Est

En attendant, pour la Gare de l'Est, Île-de-France Mobilités promettait pour 2024 d'améliorer sensiblement la correspondance avec la Gare du Nord. Les 500 m qui les séparent pourraient être réaménagés en piétonnisant en partie la rue d'Alsace, et en réalisant un escalier mécanique en parallèle des 52 marches à gravir aujourd'hui. Il pourrait aussi s'agir d'exploiter le tunnel qui existe déjà sous la rue Lafayette à partir du métro Château-Landon. L'aménagement de ce souterrain fait d'ailleurs partie de l'ordonnance pilotant la réalisation du CDG Express dont le terminus est prévu… Gare de l'Est. Deux projets, un déménagement et un CDG Express qui pourraient se télescoper ?




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer