AccueilActualitéDéclassement des jeunes diplômés

Déclassement des jeunes diplômés

L'effet de la crise se ressent jusque sur les bancs de la faculté. Si le diplôme demeure un rempart contre le chômage, une enquête vient de révéler que nos diplômés du supérieur seraient moins bien lotis que leurs prédécesseurs.
Déclassement des jeunes diplômés
Manuel | MC - Amphithéatre d'Université - Photo Flickr

Actualité Publié le ,

Une comparaison a été faite sur les générations sorties en 1998 et 2004, puis progressivement, l’analyse s’est prolongée 3, 5 et 7 ans après.

Tous niveaux scolaires confondus, la conjoncture semble avoir retardé l'insertion dans l'emploi des jeunes « plutôt que de la mettre à mal durablement », a noté le Céreq.

Face à la crise, le rôle protecteur du diplôme semble se renforcer et perdurer au cours des premières années de la vie active mais, l'enquête démontre également que la qualité des emplois s'est dégradée avec le temps.

Nos diplômés de l'enseignement supérieur en 2004 ont été moins nombreux à occuper des emplois de cadres après sept ans de vie active : 32% contre 37% de leurs homologues de la génération 1998. Leurs salaires de départ sont sensiblement plus bas et évoluent très peu.

Il n’est point de doute que face aux difficultés rencontrées par ces pépites, la pression migratoire s’amplifie davantage, au profit des pays en développement.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?