Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

De la méfiance à la confiance Du « devoir travailler avec » au « plaisir de travailler ensemble »

le - - Entreprise - Chiffre

De la méfiance à la confiance Du « devoir travailler avec »  au « plaisir de travailler ensemble »

Par Ghislaine Serfaty, consultante en intelligence collaborative, coach certifiée, intervenante à l'Ordre des experts-comptables et à l'Ecole polytechnique. Diplômée d'expertise comptable, spécialiste de l'accompagnement des dirigeants depuis plus de 20 ans, et administrateur de l'institut des diplômés d'Expertise Comptable en Entreprise (ECE).

À l'occasion du 72e Congrès de l'Ordre des experts-comptables, l'experte animera la conférence « Quel leadership dans un contexte de transformation ? L'expert-comptable ‘‘porteur de sens'' » où elle explorera plusieurs facteurs clés de succès dans un contexte de transformation. Nous vous proposons d'approfondir celui de la confiance.

Prisonnier de la méfiance

- « Dans la vie, il y a les dominants et les dominés. »

- « Tu donnes une main, on te prend un bras. »

- « Si tu révèles tes idées, tu te les fais faucher. »

-…

Au nom de quelle croyance, sommes-nous prisonniers de la méfiance ? Oui, prisonnier ! Car, qui aime se lever le matin en pensant à tout ce qu'il va devoir mettre en place dans la journée pour se protéger ?

Ce n'est pas une croyance, diront certains, c'est une réalité ! Une réalité forgée au feu du vécu ?

Roland Guinchard, utilise la métaphore de la montgolfière pour expliquer le lien que nous avons à notre travail. Nous ne sommes pas le travail et pourtant nous sommes intimement liés à notre travail, tout comme l'aérostier est lié à l'aérostat. Une montgolfière abîmée, peut être réparée, mais cette zone sera à jamais fragilisée. Celui qui a eu une expérience douloureuse reste marqué, et mettra tout en place pour ne pas revivre cela. Seulement ce « tout en place » se résume souvent à de la méfiance.

Quel que soit le chemin conduisant à cette méfiance, il s'agit d'en sortir pour retrouver du sens et donc de l'efficience.

Un Serious game pour (re-)gagner la confiance

Pour passer des théories aux solutions pratiques, je vous propose le Serious game « Diapason ». Mis au point par Gilles Le Cardinal, ce jeu part de l'idée que, face à un projet, nous avons en nous des : peurs, attraits, tentations (PAT).

En approfondissant chacun de ces points, nous aboutissons à des préconisations.

En effet, qui dit peurs, dit danger. Et pour éviter le danger, nous allons mettre en place des précautions.

Qui dit attraits, dit objectifs. Et pour atteindre ces objectifs, nous allons mettre en place des moyens et stratégies.

Qui dit tentations, dit risque d'enfreindre une valeur. Et pour qu'une valeur soit respectée, nous allons mettre en place des bonnes pratiques.

L'ensemble des précautions, moyens et stratégie, et bonnes pratiques, constituent les préconisations.

Prenons l'exemple d'une entreprise qui veut fabriquer un nouveau produit. Pour cela l'équipe « qualité » doit coopérer avec l'équipe « gestion des coûts ».

Lors du Serious game, nous allons leur demander d'écrire leur PAT « possibles ». Ils devront aussi imaginer les PAT « possibles » de l'autre équipe et les écrire.

L'attrait est commun : les deux équipes ont intérêt à ce que le produit soit fabriqué.

L'équipe « gestion des coûts » aura peur que le produit fini soit trop cher, et sera tentée de bloquer la commande de matière première de qualité.

Inversement l'équipe « qualité » aura peur que le produit ne soit pas conforme aux attentes et sera tentée par la surqualité.

La première étape, qui aboutit aux PAT, est individuelle. Les étapes suivantes qui permettent d'approfondir, et d'arriver aux préconisations sont le fruit du travail commun.

Les composants de la réussite

Plusieurs leviers expliquent la réussite de ce Serious game :

• Rassembler des personnes qui ont des intérêts divergents et pour autant un objectif commun ;

• Promouvoir l'empathie en imaginant les « possibles » de l'autre ;

• Aboutir à des préconisations recueillant l'adhésion de tous. puisque élaborés par eux-mêmes.

Et surtout le plaisir, car des rires surgissent au cours de ce Serious game ! Ceux-ci témoignent du seul point sur lequel nous devons être vigilants : le « plaisir de travailler ensemble ».




Emilie BOUSQUET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer