AccueilEntrepriseVie des entreprisesCovid-19 : l'accompagnement économique des entreprises en sortie de crise

Covid-19 : l'accompagnement économique des entreprises en sortie de crise

Soucieux d' apporter un éclairage sur la crise sanitaire actuelle, le Club des juristes et LexisNexis ont organisé un rendez-vous d'experts sur le thème de l'accompagnement économique et la sortie de crise, en présence de Didier Kling, président de la CCI Paris IDF.
Covid-19 : l'accompagnement économique des entreprises en sortie de crise
@ DR

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) Paris Ile-de-France s'est exprimé sur la sortie de la crise du Covid-19 et l'accompagnement économique des entreprises.

Le Club des juristes et LexisNexis France organisent des réunions visant à offrir un éclairage de la crise du Covid-19, sous différents prismes, en faisant intervenir des acteurs de premier plan pour décrypter les questions tant économiques que juridiques soulevées par cette crise exceptionnelle.

Pour ce rendez-vous sur le thème de « L'accompagnement économique et la sortie de crise », Marc Mrozoski, directeur de rédaction chez LexisNexis, a interrogé Didier Kling, président de la CCI Paris Ile-de-France, qui a partagé son regard sur la situation actuelle. En tant que soutien et accompagnant des entreprises, tant dans la phase de confinement que dans celle de sortie de crise, la CCI, comme de nombreux autres acteurs, est le premier témoin des difficultés auxquelles les entreprises font face.

Réponse gouvernementale satisfaisante à une crise « artificielle »

Didier Kling soulève la particularité de cette crise, qui n'est, au départ, pas économique mais sanitaire. Pour éviter la propagation du virus et préserver la santé de leur population, les Etats ont donc arrêté la machine économique, du jour au lendemain, d'où le sentiment de la violence de cette crise. Cette dernière a donc été décidé par l'homme, c'est une « crise artificielle », selon le président de la CCI.

Bien que les capacités technologiques de notre pays aient permis à la majorité de continuer à travailler, à conserver les contacts entre les acteurs, l'économie s'est réellement effondrée, à hauteur de 35 %. Pour répondre à cet effondrement, la CCI Paris IDF avait immédiatement annoncé la nécessité d'un plan massif pour permettre aux entreprises de passer cette épreuve. Elle a été entendue puisque l'Etat a mis en place trois dispositifs essentiels que sont le chômage partiel, le fonds de solidarité et le fonds de garantie.

Didier Kling note, à ce titre, une grande réactivité des pouvoirs publics dans la mise en œuvre et l'adaptation des aides gouvernementales puisque les commentaires et remontées faits par les acteurs économiques ont été pris en compte. Tel fut le cas, par exemple, des problèmes de connexion à la plateforme de demande de chômage partielle, résolus une semaine après leur notification auprès des services compétents.

Coordination étroite entre les réseaux

Parce que la crise ne peut être résolue sans coordination entre les différents acteurs du système, ces derniers tiennent très régulièrement des réunions de coordination avec le Gouvernement, notamment avec le ministre de l'Economie et des Finances sur les remontées d'informations et les ajustements utiles à y apporter, avec le Préfet de Région mais également avec le Conseil régional d'Ile-de-France.

En tant qu'acteur et observateur économique, la CCI gère de nombreuses difficultés liées à ses différents activités.

Ainsi, dans le secteur de la formation, la CCI a réagi à la fermeture des campus universitaires et permis aux étudiants de se former via le e-learning. Dans celui de l'événementiel, secteur totalement à l'arrêt, les lieux accueillant les divers évènements déprogrammés en raison de la crise ont dû être exploités autrement.

En tant qu'accompagnateur des entreprises, la CCI suit de près la vie actuelle des chefs d'entreprise via son service d'appel téléphonique mais également d'enquête téléphonique, permettant ainsi d'identifier les entreprises les plus en difficultés et de faire remonter ces informations aux pouvoirs publics pour qu'ils puissent réagir rapidement.

La CCI est également engagée pour permettre aux entreprises qui peuvent encore travailler de le faire en toute sécurité, notamment par un approvisionnement suffisant en masques, en contribuant à des initiatives nationales ou régionales.

Solidarité interentreprises

La CCI a mis de nombreuses actions en place pour aider les entreprises à survivre.

La première a pour objectif d'inciter les consommateurs à se rendre chez leur commerce de proximité, dès lors qu'ils sont encore ouverts. Le dispositif « J'aime le commerce de proximité » a été inauguré récemment et déjà utilisé par 94 mairies d'Ile-de-France, qui mettent à disposition de leurs citoyens la liste des commerces de proximité ouverts sur leur territoire.

Le deuxième système, « CCI entraide », permet aux entreprises de trouver via une plateforme en ligne, les entreprises de leur filière pouvant, soit leur délivrer des fournitures, soit sous-traiter pour elles.

La solidarité interentreprises consiste aussi à gérer au mieux la trésorerie et à continuer à régler les dettes en cours. Un message largement diffusé par la CCI, qui rappelle constamment que les factures doivent être réglées et les fournisseurs payés, pour assurer la survie du système économique dans son ensemble.

Une sortie de crise qui inquiète

Le déconfinement sera une tâche délicate et la sortie de crise sera nécessairement progressive. Les entreprises ont d'ores et déjà en tête la date du 11 mai, sauf pour certains secteurs qui reprendront leurs activités ultérieurement. L'important est que les chefs d'entreprise puissent s'organiser dès maintenant, avec une échéance à laquelle se tenir.

S'agissant plus globalement de la sortie de crise, Didier Kling regrette qu'aucune réponse européenne harmonisée n'ait été trouvée, pour avancer d'un même pas. Les politiques de santé publiques, les capacités hospitalières mais également les stratégies nationales de gestion de crise sont différentes, de même que les solutions mises en œuvre pour en sortir. Preuve en est, le déconfinement n'est pas fixé à la même date dans tous les pays européens. Or, l'Europe est nécessairement concernée dans son ensemble par cette crise. « On a besoin de l'Europe », souligne Didier Kling, qui rappelle que le premier pays européen avec lequel les entreprises françaises commercent reste l'Allemagne, alors que de nombreuses marchandises sont encore bloquées à la frontière allemande.

Par ailleurs, la solidarité entre Etats a pu faire défaut, d'un point de vue financier concernant les aides financières apportées par certains Etats à d'autres, et d'un point de vue matériel, s'agissant des masques et de la volonté des pays excédentaires de conserver leurs stocks plutôt que d'en distribuer à ceux qui en manquaient.

Pour le président de la CCI, cette crise démontre surtout que les Etats ont repris le pouvoir, avec des organisations développées et efficaces pour répondre à la crise, ils ont repris de l'autorité dans la matière économique.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 septembre 2022

Journal du30 septembre 2022

Journal du 23 septembre 2022

Journal du23 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?