Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Conjoncture immobilière incertaine en ces temps de crise sanitaire

le - - Immobilier

Conjoncture immobilière incertaine en ces temps de crise sanitaire
@ DR

Les Notaires de France publient leur note de conjoncture immobilière qui fait état du fonctionnement du marché immobilier en cette période de crise sanitaire et des scénarios hypothétiques en sortie de crise.

Malgré le contexte actuel de confinement, les notaires de France restent mobilisés et continuent de répondre aux interrogations des professionnels et particuliers en matière d'immobilier, d'autant plus nombreuses en ces temps de crise sanitaire et économique. Les notaires ont récemment publié leur note de conjoncture immobilière, à quelques semaines de la date de déconfinement prévue et de la reprise des activités économiques.

Continuité de l'activité notariale

Les notaires ont continué tant bien que mal à assurer leurs activités, en suivant de près les instructions données par les pouvoirs publics. La quasi-totalité des offices sont toujours en capacité de recevoir des actes et ont mis en place des procédures permettant, autant que possible, de régulariser les dossiers en l'absence physique des clients et des collaborateurs, massivement en télétravail.

Si le système continue de fonctionner, il doit toutefois faire face à la défaillance de plusieurs interlocuteurs nécessaires à la perfection d'un acte. Les notaires espèrent alors que le dispositif récemment mis en œuvre par le décret n° 2020-395 du 3 avril 2020 « autorisant l'acte notarié à distance pendant la période d'urgence sanitaire » contribuera à améliorer la situation, en rendant désormais possible la régularisation de certains actes à distance comme les ventes en l'état futur d'achèvement, les donations, les prêts hypothécaires, le consentement à adoption etc.

Un climat d'incertitudes

En raison de l'état d'urgence sanitaire, les activités immobilières sont quasiment toutes à l'arrêt, alors même que le marché immobilier affichait un dynamisme incontesté, avec des progressions à deux chiffres en fin d'année 2019 et début 2020. Le confinement généralisé a eu des conséquences immédiates sur le marché des transactions immobilières. Les perspectives de reprise sont actuellement au stade de simples hypothèses et dépendront de l'issue de la lutte contre le virus.

À court terme, la fin du confinement devrait sans doute provoquer, dans un premier temps, une mécanique de rattrapage, puisque l'ensemble des actes concernés par un report conjoncturel devront être régularisés, toutefois conditionnée à une remise en marche simultanée de tous les acteurs de la chaîne immobilière. En outre, cela nécessite que les déménagements soient de nouveau autorisés.

À moyen terme, selon les notaires de France, ce rebond ne sonne pas la fin de la crise puisqu'il n'effacera pas les séquelles de l'arrêt brutal et quasi-total de l'activité immobilière pendant de longues semaines. Par ailleurs, la situation actuelle se reproduira vraisemblablement dans les deux ou trois mois qui suivront le déconfinement, au regard de l'inertie et des délais naturels du marché immobilier et s'accentuera certainement à l'arrivé de l'été où les volumes de transactions sont mécaniquement plus faibles.

Enfin, à long terme, s'il faut s'attendre à une forte récession économique, le marché immobilier pourrait commencer à repartir en fin d'année 2020, voire au début de l'année 2021, mais pas avec le même dynamisme qu'en 2019.

Toutefois, le marché immobilier continue d'attirer des utilisateurs dont le toit représente un besoin réel, exacerbé par la situation si particulière que nous traversons. En effet, elle a multiplié les envies de jardin chez les propriétaires ou locataires d'appartement.

Scénarios possibles

Si l'immobilier reste une valeur refuge face aux autres placements, notamment les marchés boursiers, et que tant le public que les investisseurs accordent leur confiance au marché de l'immobilier, il n'est pas exclu qu'une reprise « molle » instaure un sentiment de défiance dans l'inconscient collectif. Il est également probable que des candidats à l'acquisition sortent, malgré eux, du marché immobilier, compte tenu des effets collatéraux de la crise sanitaire.

Parallèlement, les défaillances d'entreprises qui s'annoncent nombreuses risquent d'induire des pertes d'emplois, de même que certains territoires risquent de voir leur tissu socio-économique totalement bouleversé et certaines catégories professionnelles (CSP+, évènementiel, tourisme, restauration, commerces...) pourraient ne pas revenir sur le marché immobilier.

Les acquéreurs ont besoin de temps pour reprendre confiance en l'immobilier et se reconstituer des revenus pour leur projet. Un manque de confiance dans le long terme incitera plus ou moins consciemment un certain nombre d'entre eux à différer leur intention d'achat, l'investissement immobilier étant, pour beaucoup, un engagement (et un financement) de longue haleine.

Pour autant, dans une vision plus optimiste, si la France et l'Europe mettent en œuvre les moyens suffisants pour de gérer l'importante dette publique qui en résultera et si le déconfinement s'accompagne d'une réponse médicale satisfaisante à court terme, la machine pourrait reprendre un rythme de croisière assez rapidement et relativement dynamique. Les paramètres immobiliers fondamentaux demeurant stables, le marché subira vraisemblablement un effet de correction, à court terme, puis pourrait rebondir, car il demeure sain et non spéculatif.

Le recours massif au télétravail et la mise en œuvre corrélative de moyens de communication efficaces ont créé de nouveaux besoins. A ce titre, 17 % des Franciliens ont quitté leur résidence pour rejoindre des lieux de confinement plus adaptés, plus grands et dotés d'espaces verts. Certains citadins pourraient donc, à terme, opter pour un immobilier vert.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer