AccueilEntrepriseCongrès de la Fédération française du bâtiment à Versailles

Congrès de la Fédération française du bâtiment à Versailles

Pour la première fois, le département des Yvelines et, plus spécialement Versailles, ont été choisis pour accueillir le congrès annuel de la Fédération française du bâtiment. Jacques Chenut, président national, Jacques Letort, président régional, et Daniel Taravella, président départemental, ont profité de l'occasion pour aborder la conjoncture économique et l'emploi de ce secteur dans le département.
Congrès de la Fédération française du bâtiment à Versailles
AP - Daniel Taravella entouré de Jacques Letort et Jacques Chanut

Entreprise Publié le ,

Les trois présidents sont unanimes : le climat économique est particulièrement dégradé. Au niveau du département, le niveau des procédures collectives auprès du tribunal de commerce de Versailles est particulièrement soutenu. Le secteur du bâtiment dépasse largement 30 % de ces procédures collectives engagées, alors qu'il ne pèse que 8 à 10 % de l’activité économique générale. Autre motif d’inquiétude pour Daniel Taravella, ce sont à présent des entreprises de plusieurs années d’existence et même de deuxième ou troisième génération qui sont directement menacées par les redressements ou les liquidations judiciaires. Une trésorerie de plus en plus tendue constitue aujourd’hui le problème majeur des entreprises qui déplorent, par ailleurs, de très maigres carnets de commandes (68 % à moins de deux mois, selon les statistiques du 1er trimestre 2015) et des prix de vente encore mal orientés. Pas étonnant, dans ces circonstances, que le moral des artisans et des entrepreneurs poursuive sa dégradation, dans les Yvelines comme dans beaucoup d’autres départements.

Le gris et le noir

Les trois présidents dénoncent par ailleurs la concurrence déloyale de plus en plus féroce des entreprises étrangères européennes et des salariés étrangers européens. Pour illustrer cette criante distorsion, Daniel Taravella précise que « Des sociétés d’intérim proposent ces salariés à 12 euros de l’heure chargée, alors qu’un compagnon français revient à plus du triple, sans compter la marge et l’aléa ! » Le franchissement psychologique du seuil de 20 % de TVA semble avoir relancé le travail au noir et incite les clients à avoir de plus en plus souvent recours à des personnes aux marges de la loi.

Passation de pouvoir

Lors de l’assemblée générale de la FFB Yvelines, le président Daniel Taravella a accueilli son successeur, Pierre Cojean, entrepreneur de maçonnerie à Jouars-Ponchartrain. Ce dernier a confirmé qu’il continuerait dans la voie de son prédécesseur pour « trouver les solutions à apporter à la sortie de crise économique et de société qu’affrontent actuellement, et depuis trop longtemps, les artisans du bâtiment ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?