AccueilDroitConcours de la magistrature : inquiétude de l'USM

Concours de la magistrature : inquiétude de l'USM

Avec 181 admis pour 207 postes offerts, le recrutement incomplet au dernier concours de l'Ecole nationale de la magistrature (ENM) témoigne "d'une désaffection pour les fonctions de magistrat" qui inquiète l'Union syndicale des magistrats (USM).

Droit Publié le ,

Le principal syndicat de la profession a écrit le 21 décembre à la garde des Sceaux, Christiane Taubira, pour lui demander d'engager "une réflexion en urgence" sur les motifs de ce phénomène, suggérant la mise en place "immédiatement" d'une campagne d'information auprès des étudiants."C'est la première fois que les postes offerts au premier concours (réservé aux étudiants) ne sont pas tous pourvus", faute de niveau jugé suffisant, affirme l'USM dans son courrier. Le nombre de candidats était pourtant en augmentation par rapport à l'année précédente : 1 968 contre 1 513 en 2011. Auparavant, depuis 1998, le nombre de candidats n'avait cessé de s'éroder. Le syndicat met notamment en cause, pour expliquer cette faible attractivité, "les critiques permanentes émanant des plus hautes autorités de l'Etat depuis dix ans" envers les magistrats, "la charge de travail en accroissement dramatique" et "l'absence de reconnaissance" de la profession. Il souligne également que les "fluctuations du nombre de postes ouverts aux concours depuis plusieurs années (...) n'incitent pas les candidats à se projeter dans la préparation de ces concours". Ainsi le nombre de postes offerts en 2012 était significativement plus important que les années précédentes. L'USM craint que les postes perdus pour 2012 du fait des difficultés de recrutement ne remettent en cause la volonté manifestée par la Chancellerie de renforcer les effectifs de magistrats.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?