AccueilVie des entreprisesComment financer son activité quand on est auto-entrepreneur ?

Comment financer son activité quand on est auto-entrepreneur ?

Jeunes actifs las du salariat ou récemment diplômés, Mark Zuckerberg en herbe... ils sont aujourd'hui nombreux à avoir poussé les portes de l'autoentrepreneuriat avec comme pour seul objectif devenir leur propre patron. Selon les chiffres, les autoentrepreneurs représentent à eux seuls près de la moitié des nouvelles immatriculations en France (chiffre Insee 2018).
Comment financer son activité quand on est auto-entrepreneur ?
@ DR

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Malheureusement, à peine 30 % d'entre eux sont encore à ce jour actifs. La principale cause de leur échec : le manque de financement. Un fléau qui transforme le rêve de bon nombre d'audacieux en cauchemar. Pour autant, même si les difficultés sont bien réelles, ce frein est loin d'être insurmontable. En effet, il existe des solutions à la portée de tous pour financer son activité d'autoentrepreneur. Voyons cela plus en détail.

Le microcrédit professionnel : une alternative aux prêts bancaires

Parmi toutes les solutions qui s'offrent aux autoentrepreneurs pour assurer la pérennité de leur activité, le microcrédit reste le moyen le plus accessible et le plus sûr pour obtenir des fonds rapidement et sans trop de prise tête. Plus particulièrement pour les autoentrepreneurs qui ne peuvent pas accéder aux circuits bancaires classiques. Concrètement, le microcrédit est une solution de financement pouvant aller jusqu'à 10 000 € remboursable en 4 ans, accordés aux créateurs d'entreprise ou aux porteurs de projet de reprise d'entreprise ou de développement d'une activité économique. Il s'agit donc d'un prêt rémunéré par un intérêt (en moyenne 5 % à 9 %) octroyé par les associations de microcrédit, notamment l'Association pour le Droit à l'Initiative Économique (ADIE), mais aussi les sociétés de microfinance. Par ailleurs, il faut savoir que le microcrédit s'adresse à tous les profils d'autoentrepreneur, quel que soit leur secteur d'activité. Toutefois pour être éligible à un microcrédit, l'autoentreprise doit répondre à un certain nombre de critères :

  • Ne pas bénéficier d'un financement bancaire classique
  • Exercer son activité en France
  • Avoir un garant pouvant se porter caution à hauteur de 50 % du montant accordé
  • L'entreprise doit être en cours de création ou ne doit pas excéder 5 années d'existence

Le financement participatif : une solution au demeurant alléchante

Crowdfunding ou crowdlending, le financement participatif est également une solution à envisager de près lorsque l'on souhaite lancer ou donner un second souffle à son activité. Il s'agit d'un système de levée de fonds faisant appel gratuitement à l'investissement privé des particuliers. Le principe est simple, l'autoentrepreneur porteur d'un projet crée un compte sur une plateforme dédiée pour présenter son projet aux internautes investisseurs. Si ces derniers souhaitent prendre part au projet, ils vont à leur tour s'inscrire et verser le montant de leur choix. Le projet sera présent sur la plateforme jusqu'à la fin de la date fixée au préalable par le demandeur. C'est cette simplicité de fonctionnement qui fait du financement participatif l'une des solutions les plus plébiscitées par les autoentrepreneurs. Pour ce qui est des fonds levés, ils peuvent prendre trois formes :

Le don

Il s'agit d'une forme de crowdfunding. Il repose sur la contribution de l'internaute sans contrepartie. En effet, les sommes perçues ne seront pas remboursées par le bénéficiaire. Dans la pratique, les internautes versent souvent une somme d'argent en échange d'une compensation à titre symbolique telle que des goodies, une carte de remerciement, une invitation à un évènement ou encore un exemplaire du produit ou un échantillon, etc.

L'injection de capitaux

Dans ce cas de figure, l'investisseur reçoit des parts de l'entreprise et devient de ce fait actionnaire de la société qu'il finance. Il peut dès lors percevoir des dividendes ou une plus-value lors de la revente de ses parts.

Le prêt d'argent ou crowdlending

Ici, la plateforme a pour mission de mettre en relation l'autoentrepreneur emprunteur avec des prêteurs privés qui seront remboursés en intégralité de l'argent qu'ils ont investi moyennant des intérêts à un taux fixé au préalable.

Outre, le financement d'un projet, les campagnes de crowdfunding et crowdlending peuvent également être de véritable moteur de publicité et de visibilité pour l'autoentreprise.

Les aides et les subventions publiques : un coup de pouce financier incontournable

Afin de promouvoir la création d'entreprises, les pouvoirs publics ont mis en place un florilège d'aides et de subventions publiques pour les autoentrepreneurs ayant besoin d'un soutien financier. Ces aides souvent cumulables constituent un vrai tremplin pour assurer la pérennité de son activité. Parmi les aides disponibles sur l'ensemble de l'Hexagone, les autoentrepreneurs peuvent prétendre à :

L'ACRE

À la base, il s'agissait d'une aide financière octroyée par le Pôle Emploi pour les chômeurs créateurs ou repreneurs d'entreprise avant d'être aménagée aux autoentrepreneurs depuis le 1er janvier 2009. Cette aide a pour but de permettre aux autoentrepreneurs qui n'ont pas la qualité de chômeur de bénéficier d'une exonération partielle et progressive de ses charges sociales. Et ce, durant 1 an à la suite de son immatriculation.

NACRE

Cette aide financière s'adresse à toutes personnes ambitionnant de devenir autoentrepreneurs. Il s'agit d'une solution qui permet non seulement aux autoentrepreneurs de bénéficier d'une aide pour monter leur projet et pour une structuration financière, mais aussi d'un accompagnement au démarrage de leurs activités.

Les aides de la Commission Européenne

L'Union européenne octroie effectivement un panel d'aides aux autoentrepreneurs via le programme Emploi, affaires sociales et inclusion dans le cadre de sa politique d'accompagnement.

Évidemment, il est important de fournir un dossier complet et de répondre à toutes les conditions d'éligibilités pour se voir octroyer une aide publique pour son autoentreprise. Pour cela, mieux vaut se renseigner auprès des organismes concernés.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?