AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisClichy : un téléphérique pour le chantier

Clichy : un téléphérique pour le chantier

La Ville de Clichy vient d'inaugurer un dispositif inédit : un téléphérique pour évacuer les terres issues des travaux de terrassement. Situé dans le quartier du Bac, ses quatre bennes devraient transporter un total de 80 tonnes de terre, permettant ainsi de réduire les nuisances pour les riverains et de préserver l'environnement.
Clichy : un téléphérique pour le chantier
© DR

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Les nombreux acteurs ont participé à l'élaboration de ce projet. Le but premier du téléphérique est de déblayer les terres issues des travaux de terrassement du terrain sur lequel prendra place l'immeuble de bureaux Black, réalisés par le promoteur Redman, développés par AXA IM Real Assets et conçus par le cabinet d'architectes Emmanuel Combarel.

Cette décision est le fruit d'une discussion entre Redman, la ville et Citallios, acteur de référence des projets d'aménagement en Ile-de-France. L'innovation provient d'un travail de groupe inédit entre Vinci Construction Terrassement, mandataire du chantier, Benedetti-Guelpa et Mécamont Hydro, entreprise ayant déjà été à l'origine du téléphérique de Brest et du funiculaire de Montmartre.

De plus, la maison de production d'art urbain Quai 36 a annoncé l'exposition mobile et aérienne de l'artiste français Blo. Les riverains et passants pourront donc voir les œuvres de ce dernier sur deux des quatre bennes du téléphérique.

Un contexte de transition écologique

Au même titre que l'exposition aérienne de Blo, tout le projet s'inscrit dans un contexte de transition écologique pour le futur éco-quartier clichois.

La ville s'est appuyée sur la capacité de Citallios à innover dans l'aménagement des quartiers tout en préservant l'environnement et la qualité de vie des riverains. Les bennes, d'une capacité de 20 tonnes chacune, effectuent donc un parcours de 400 m afin d'acheminer les matériaux jusqu'aux barges qui rejoindront les sites de retraitement via la Seine.

Deux cents tonnes seront déblayées toutes les heures, soit une réduction de 35 % des émissions de CO2 par rapport à une solution classique. Si l'on ajoute ce dernier point au trafic routier maîtrisé, ce dispositif innovant évite la pollution sonore et préserve la qualité de l'air.

Une combinaison de points positifs qui pourraient pousser de futurs chantiers à opter pour cette solution également.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 30 avril 2022

Journal du30 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?