AccueilDroitActualité du droitChroniques de Confinement : Avocats : les nouvelles tendances

Chroniques de Confinement : Avocats : les nouvelles tendances

Dans une précédente chronique, je soulignais que la « R&D » devenait une activité de plus en plus essentielle dans les organisations juridiques. La crise globale, durable et sans précédent que nous vivons ne fait que renforcer mon propos.
Chroniques de Confinement : Avocats : les nouvelles tendances
@ DR

DroitActualité du droit Publié le ,

De fait, imaginer les tendances et les besoins nouveaux et futurs doit être dans cette période de confinement une préoccupation et une priorité pour les cabinets d'avocats.

Dans la mesure où le monde d'après n'aura certainement pas les mêmes besoins, les cabinets d'avocats devront plus que jamais veiller à l'adaptation de leurs compétences et de leur offre de services à ce nouvel environnement.

A ce stade, même s'il est difficile de prévoir le futur, on peut déjà cerner les évolutions et changements à prendre en compte par les acteurs du monde juridique.

Certaines des tendances nées avant la crise vont se confirmer, s'amplifier et appeler davantage de réponses juridiques :

Le souci de préserver notre planète :
les problématiques du droit de l'environnement et du développement durable avec les questions climatiques environnementales et énergétiques seront essentielles dans les mois à venir.

Rénovation des logements, développement des énergies renouvelables, investissement dans les transports en commun…

L'accélération de la numérisation de la société avec les nouveaux usages de communication démultipliés par le confinement (télétravail, e-commerce, paiement en ligne et téléconsultation…) et la question de la régulation des infrastructures du monde de demain et de la protection des données personnelles circulant à travers elles.

Le rôle sociétal des entreprises qui vont vouloir démontrer leur utilité dans la société avec les besoins juridiques induits (RSE, loi PACTE et sociétés à missions, corporate gouvernance…).

De même la crise révèle de nouvelles tendances fortes qui nécessiteront certainement non seulement un renforcement de compétences de la part des organisations juridiques dans ces domaines ou secteurs mais également le développement de nouvelles offres de services :

> le droit public avec le retour de l'Etat ; en effet la crise va redonner à la puissance publique un rôle de premier plan avec :

- la volonté de protéger nos industries stratégiques,

- la réduction de notre dépendance,

- le renforcement significatif des services publics et en particulier dans le domaine de la santé,

- le besoin d'accélérer le virage numérique des services publics,

- la protection de nos entreprises vulnérables avec le retour prévisible des nationalisations.

> le domaine de la santé avec le rapatriement des chaines de valeur notamment dans la pharmacie et également de nouvelles règlementations françaises et européennes à prévoir pour le secteur,

> les secteurs liés à l'économie de la vie vers lesquels de nombreux investissements vont devoir se concentrer : l'alimentation, l'éducation, la distribution, la sécurité, la culture, le digital et les énergies propres.

De même, les grands classiques de toutes les crises vont nécessiter dans un contexte sans précédent une mobilisation d'expertises et de ressources importantes :

- l'accompagnement des entreprises dans leur recherche de fonds propres et celles en difficulté avec toutes les questions liées à la renégociation des dettes,

- les restructurations et consolidations d'entreprises,

- le droit du travail avec au-delà des conflits sociaux et plans sociaux dont on peut craindre la résurgence dans les mois à venir, les nouvelles questions liées à la santé et à la sécurité au travail et à la variabilisation du temps de travail,

- la résolution des litiges avec les contentieux qui résultent des faillites et des ruptures contractuelles au nom de la force majeure.

- La crise aura nécessairement un impact sur le quotidien des juridictions avec des contestations dans tous les sens et les retards déjà allongés par la grève des avocats. Dans un tel contexte où l'organisation judiciaire aura du mal à faire face, on peut penser que les modes alternatifs de résolution des litiges vont vraiment prendre leur essor.

Tous ces changements, tendances sont au fond très favorables pour les métiers du droit et pour la profession d'avocat.

Le choc du confinement passé peut ouvrir un monde d'opportunités pour les avocats qui sauront être créatifs et capables de proposer des solutions et nouvelles approches pour répondre aux nouvelles problématiques juridiques générées par ces tendances.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 juillet 2022

Journal du01 juillet 2022

Journal du 24 juin 2022

Journal du24 juin 2022

Journal du 17 juin 2022

Journal du17 juin 2022

Journal du 10 juin 2022

Journal du10 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?