AccueilEntrepriseChiffreChristophe Sans « Le Congrès ECF met l’accent sur la dimension temporelle du patrimoine »

Christophe Sans « Le Congrès ECF met l’accent sur la dimension temporelle du patrimoine »

Christophe Sans présente les objectifs qu’il se donne tout au long de son mandat et aborde l’un des prochains temps forts qu’il sera amené à piloter, le Congrès national ECF.
Christophe Sans « Le Congrès ECF met l’accent sur la dimension temporelle du patrimoine »
© DR

EntrepriseChiffre Publié le , Propos recueillis par Boris Stoykov

Organisé sur deux jours, les 20 et 21 juin prochains à Biarritz, il a pour thématique la trajectoire patrimoniale du dirigeant, qui s’inscrit nécessairement sur le long terme, et le rôle de « pilote d’avion » joué par l’expert-comptable.

Affiches Parisiennes : Vous êtes le nouveau président d’ECF. Quels sont vos projets et vos objectifs pour le syndicat ?

Christophe Sans : J’ai me suis fixé cinq axes d’action pour le syndicat. D’abord, l’innovation, qu’elle soit d’ordre comptable, extra-financier, mais aussi dans la relation avec le client, toutes les actions seront conduites par la commission innovation présidée par Hubert Tondeur. Mon deuxième axe, c'est un axe fiscal, parce que le syndicat doit être présent dans ce domaine-là, il n’y est pas assez visible. On a d’ailleurs une commission fiscale menée par Laurent Benoudiz qui a mis en place le CaféFiscal, le matin durant 45 minutes, sur des sujets d'actualité pour que les consœurs et confrères puissent appréhender ceux qui les interpellent dans leurs missions. Le troisième axe est d’ordre social. On a déjà une belle appétence sur ce sujet au travers de la commission sociale que préside Emmanuel Larrieu et la délégation patronale présidée par Corinne Barrez, et pour lequel on organise aussi des CaféSocial. Il est important que nous établissions des feuilles de route pour porter, dans le cadre de la délégation patronale, les perspectives qui nous sont chères, s’agissant notamment de la formation. Le quatrième axe porte sur l’ultramarin parce qu’il faut que notre vision aille au-delà de celle métropolitaine. Là également, une commission travaille sur ces sujets. Enfin, le dernier axe est celui de la poursuite du développement de la formation qui est très importante puisque on a des problèmes de compétences, d'attractivité et d'embauches. Ce sont des axes qui s’inscrivent dans la continuité que ce qu’a réalisé Jean-Luc Flabeau.

A.- P. : Cette année, l'événement important est le Congrès national ECF sur le thème « La trajectoire patrimoniale du dirigeant. Il faut un pilote dans l’avion ». Pourquoi ce sujet ?

C. S. : Tout simplement parce qu'en 2007, ECF a créé le Club Expert Patrimoine, le CEP, et on s’est dit que ce serait y faire un clin d'œil que de revenir à Biarritz sur la thématique de la gestion de patrimoine. Les deux rapporteurs du Congrès, Gilles Bösiger et Gilles Dauriac, qui connaissent le sujet, ont travaillé sur ces thématiques pour les faire évoluer. Auparavant ces dernières étaient très techniques, alors ils ont voulu donner du sens pour faire ressortir l’aspect temporel du patrimonial. Dans chaque phase de sa vie, de son existence ou de son âge, on évolue. On a voulu accompagner toute la thématique et tous les ateliers vers un cheminement permettant de faire comprendre qu'il y a un lien entre le début d'une activité et le jour de la retraite, toute une trajectoire à mener avec des décisions qui évoluent dans le temps.

C'est un cheminement temporel qui est mis en œuvre et qui nécessite un pilote. Et c'est là où l'expert-comptable, parce qu'il a une relation durable avec son client, peut être un acteur incontournable pour l'accompagner dans ce pilotage.

A.- P. : Comme vous l'avez dit, la formation est l’une des priorités pour ECF. Quels seront les ateliers phares lors de ce congrès ?

C. S. : Ils sont nombreux et variés. Ils vont de « comprendre le quasi-usufruit pour bien le conseiller », jusqu’à « l’accompagnement patrimonial des dirigeants, de la constitution du dossier au conseil ».

On va évoquer la location meublée, la transmission d'entreprise avec les nouvelles stratégies possibles, la rémunération des dirigeants, l'organisation patrimoniale ou encore comment raisonner en termes de rémunération sur un temps long. On est vraiment dans le temporel, on va essayer de fixer des réflexions et des ateliers qui suscitent du temps. Par exemple, on abordera la gestion fiscale du patrimoine dans un contexte inflationniste, donc dans une conception conjoncturelle courtermiste, pour savoir comment réagir. L’objectif c'est de partir du patrimonial et essayer de construire une trajectoire, qui est nécessairement dans le long terme.

Nos deux co-rapporteurs ont construit un cheminement assez complet, afin que chacun puisse trouver à tout stade de sa vie et de ses préoccupations, des éléments adaptés y compris le volet retraite et prévoyance.

A.- P. : Qu’en est-il des conférences plénières ?

C. S. : Nous avons voulu rester sur des plénières purement technique pour conserver une cohérence avec les ateliers. Celle d'ouverture, le lundi matin, sera animée par les deux co-rapporteurs qui vont évoquer les différentes dimensions patrimoniales. La plénière de clôture, qui est davantage une table ronde, traitera de l'abus de droit. Effectivement, quand on évoque des conceptions, des méthodes et des mécanismes patrimoniaux, on constate parfois que l’on peut se retrouver sur la ligne jaune ou en délicatesse avec des réglementations fiscales. C'est pour cela que les rapporteurs, accompagnés du président de la commission fiscale ECF et de Jean-Pierre Cossin, conseiller maître honoraire à la Cour des comptes et membre du Comité abus de droit fiscal, ont souhaité évoquer cette notion et donner tous les outils aux consœurs et confrères.

A.- P. : C'est aussi un événement très convivial. Pouvons-nous en dire quelques mots ?

C. S. : C'est l'ADN d’ECF, tous les congrès du syndicat suivent un art de vivre, où qu'ils soient. On va évidemment s'immerger dans la vie locale basque. On a une soirée basque typique dès le dimanche soir avec un dress code blanc et rouge. Pour la soirée de gala, le casino de Biarritz nous recevra le lundi soir et enfin la soirée du mardi se déroulera au bord de l'eau. Ce sont des soirées chaleureuses et festives.

A.- P. : En tant que nouveau président, comment envisagez-vous ce congrès ? Va-t-il vous donner une nouvelle impulsion ou des idées nouvelles pour poursuivre votre mandat ?

C. S. : Ce congrès est l’exemple vivant de cette volonté d’innover et de poursuivre avec opiniâtreté nos actions. C’est aussi un beau clin d’œil à Serge Anouchian et à son investissement à ECF.

Mon objectif est de donner tous les outils et les armes nécessaires et indispensables aux consœurs et confrères pour qu’ils puissent s’adapter et anticiper l’exercice professionnel (expertise comptable et commissariat aux comptes), notamment dans l’extra-financier, la mise en place de la facture électronique. Je souhaite poursuivre l’esprit mis en œuvre par Jean Luc Flabeau, à savoir jouer collectif tant au sein du bureau qu’avec les régions.

En tant que Fédération, il est de notre devoir d’accompagner les régions dans leurs animations et leur développement pour être toujours au plus près des consœurs et confrères. C’est cette impulsion que je souhaite conduire.

Enfin, il est normal que le syndicat ECF accompagne les actions menées par le Conseil National de l’Ordre des Experts-comptables présidé par Lionel CANESI.

Pour Christophe Sans, un Congrès comme « un art de vivre »

Christophe Sans, président de l’ECF, annonce « un congrès qui est aussi un art de vivre. Avec des moments d’échanges nourris par un programme que nos rapporteurs Gilles Bösiger et Gilles Dauriac ont concocté. Autour d’ateliers et de conférences animés par des spécialistes reconnus, vous prendrez l’envol pour fixer la trajectoire patrimoniale du dirigeant, continue le président. Un congrès ECF, c’est également des moments conviviaux et festifs qui sont notre marque de fabrique. Notre commissaire générale, Mélina Bouye-Malbec, vous a tissé une trajectoire exceptionnelle à la découverte de l’authenticité Basque. »
Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 juillet 2022

Journal du01 juillet 2022

Journal du 24 juin 2022

Journal du24 juin 2022

Journal du 17 juin 2022

Journal du17 juin 2022

Journal du 10 juin 2022

Journal du10 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?