AccueilRégion Île-de-France & Grand ParisChômage : une baisse en trompe-l'œil

Chômage : une baisse en trompe-l'œil

Le président de la République a commenté une récente baisse du nombre de chômeurs en catégorie A en indiquant que « la mobilisation pour l'emploi porte ses fruits » et permettra « une inversion durable de la courbe du chômage », à laquelle il s'est engagé.

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

La réalité des chiffres dément cet optimisme de façade. Le chef de l’Etat se focalise sur la catégorie A, dont les effectifs ont baissé de 20 000 en octobre (en espérant qu’il ne s’agit pas d’un nouveau bug informatique, comme en août). Mais il faut rappeler qu’il y a actuellement en France plus de cinq millions de demandeurs d’emploi, répartis en cinq catégories (de A à E), seuls ceux des trois premières étant tenus de rechercher effectivement un emploi. Ceux de la catégorie A n’ont exercé aucune activité au cours du dernier mois tandis que ceux des catégories B et C ont exercé une activité réduite (moins de 78h dans le mois en B, plus de 78 en C). Or le nombre de chômeurs en A,B ou C (qui atteint 4,88 millions) a augmenté de 40 000 en octobre…

Il faut également tenir compte du fait que ce mois d’octobre a vu une nette hausse des radiations administratives (+ 11 000) et des personnes en contrats aidés ou formation (+ 16 000), qui ne sont plus comptabilisées en catégorie A. Le gouvernement a fait le choix d’un traitement social du chômage en lançant divers dispositifs : emplois d’avenir (réservés aux jeunes sans qualification), contrat de génération (liant l’embauche d’un jeune au maintien dans l’emploi d’un senior), opération « 30 000 formations prioritaires pour 30 000 emplois vacants », etc. Ces emplois aidés coûtent cher – plus de deux milliards d’euros en 2013 – et n’empêchent pas la progression du chômage, avec deux grandes tendances : plus de chômeurs de longue durée (le nombre de chômeurs inscrits depuis plus d’un an à Pôle Emploi a doublé en cinq ans) et plus de seniors (le nombre de chômeurs de plus de 50 ans a également doublé en cinq ans).

Toute politique de lutte contre le chômage doit d’abord se polariser sur la relance de l’activité économique. Le financement des emplois aidés finira par s’essouffler et ne pourra en aucun cas compenser la déperdition des emplois marchands, en recul de plus de 100 000 cette année.

Partage
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?