Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Champagne : la magie des bulles

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

Champagne : la magie des bulles

Chacun connaît les propriétés euphorisantes de cet effervescent breuvage, alliées au délicat plaisir de voir des myriades de bulles s'échapper dans un doux bruissement des coupes et flûtes. Ses effets thérapeutiques, bien moins connus, n'en sont pas moins appréciables.

Le champagne a été découvert à la fin du XVIIe siècle par le moine bénédictin Dom Pierre Pérignon. À partir du XVIIIe siècle, il apparaît à la table des rois. Madame de Pompadour l’appréciait particulièrement. Cette royale favorite lui rendit un bel hommage en affirmant qu’il était le seul vin « à laisser une femme belle après boire ». Des médecins abondent dans le même sens : le champagne « produit un excellent effet de digestion (…), ramène le calme et la gaîté chez les malades hypocondres » pour le docteur allemand Loebenstein Loebel (1817), « réveille l’action de l’estomac, excite les facultés mentales, inspire l’allégresse » pour son confrère français Joseph Roques (1821). A la fin du XIXe siècle, il est parfois étiqueté comme « Champagne hygiénique », « Clos de jouvence » ou « Tisane des convalescents ». Lors de la Première Guerre mondiale, le champagne entre même dans la pharmacopée des hôpitaux civils et militaires ! Non seulement il sert à maintenir le moral des troupes et à réconforter les blessés, mais il est régulièrement administré, à dose très modérée il est vrai, aux opérés ainsi qu’aux femmes qui viennent d’accoucher.

Des études attribuent au champagne de nombreuses propriétés : il ouvrirait l’appétit, favoriserait le sommeil, préviendrait les crises de foie, réduirait la cellulite, etc. Selon une étude britannique de 2009, un à deux verres de champagne par jour favoriseraient la circulation sanguine et diminueraient le risque de subir un accident vasculaire cérébral ou cardiaque. Il reste que, comme tous les alcools, le champagne contient de l’éthanol, toxique à haute dose. A consommer donc avec modération pour ne pas voir disparaître la magie des bulles.

© Mike Gifford via Wikipédia






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer