AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisCentre Aquatique Olympique : la Métropole du Grand Paris obtient gain de cause

Centre Aquatique Olympique : la Métropole du Grand Paris obtient gain de cause

Le tribunal administratif de Montreuil a rendu une ordonnance le 15 juillet dernier rejetant la requête de la Société d'architecte MVRDV-BV en annulation de l'attribution du Centre aquatique olympique (CAO) au groupe Bouygues, projet mené par la Métropole du Grand Paris.
 La Société d'architectes MVRDV-BV, membre du groupe Vinci contestait l'attribution du chantier du CAO dont la construction débutera en 2021 au coeur de Saint-Denis.
DR - La Société d'architectes MVRDV-BV, membre du groupe Vinci contestait l'attribution du chantier du CAO dont la construction débutera en 2021 au coeur de Saint-Denis.

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Dans un communiqué, la Métropole du Grand Paris (MGP) s'est réjouie de l'ordonnance rendue le 15 juillet dernier par le tribunal administratif de Montreuil, saisi par la Société d'architectes MVRDV-BV, membre du groupement Vinci, qui lui avait formulé une demande d'annulation de la procédure d'attribution de la concession du CAO au groupement conduit par Bouygues, dont la construction débutera en 2021 au cœur de la Seine-Saint-Denis.

« Dès le démarrage du projet, la Métropole du Grand Paris a travaillé en totale transparence en respectant scrupuleusement les règles des marchés publiques. Je me réjouis de la décision du tribunal administratif de Montreuil qui va permettre à la Métropole d'avancer dans la phase opérationnelle du CAO », souligne Patrick Ollier, président de la MGP.

La requête a été rejetée dans sa totalité et la société MRVDV-BV a été condamnée à verser 60 00 euros répartis entre la MGP et Bouygues.

Le tribunal a confirmé que l'offre du groupement conduit par Bouygues, qui comporte deux bassins de tailles modulables, était régulière et pouvait être retenue par la MGP et que la procédure suivie par cette dernière, comme le choix de relancer un tour de négociation en décembre 2019, n'était pas critiquable.

Enfin, le tribunal a rejeté la critique formulée à l'encontre de la nature du contrat de concession passé par la Métropole du Grand Paris.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 septembre 2022

Journal du30 septembre 2022

Journal du 23 septembre 2022

Journal du23 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?