AccueilActualité du droitCartographie 2021 des Directions juridiques : un rôle stratégique au sein de l’entreprise

Directions juridiques Cartographie 2021 des Directions juridiques : un rôle stratégique au sein de l’entreprise

Résultats de la 7e édition de la Cartographie des directions juridiques, réalisée par LEXqi Conseil, en partenariat avec le Cercle Montesquieu et l’AFJE.
Cartographie 2021 des Directions juridiques : un rôle stratégique au sein de l’entreprise

DroitActualité du droit Publié le ,

Les résultats de la 7e édition de la Cartographie des directions juridiques, réalisée par LEXqi Conseil, en partenariat avec le Cercle Montesquieu et l’AFJE et avec le parrainage du cabinet et de LexisNexis, ont été dévoilés le 29 septembre dernier. L'enquête apporte un éclairage sur les tendances et les évolutions, en France, de la fonction juridique dans les entreprises et permet de dessiner un portrait de la fonction juridique et de ses évolutions. Pour le Cercle Montesquieu et l’Association française des juristes d’entreprise(AFJE) c’est aussi le moyen de mettre à disposition de leurs membres un « baromètre » fiable des directions juridiques et de dessiner les nouvelles tendances de la profession. Tout comme les précédentes, cette 7e édition fournit de précieuses informations sur la structure et les coûts des directions juridiques, selon les tailles et les secteurs des entreprises.

Pour réaliser cette cartographie, un panel d’environ 830 Directeurs juridiques (DJ) membres de l’AFJE ou/et du Cercle Montesquieu a été constitué et a mobilisé 30 % d’entre eux, soit 248 DJ travaillant pour des entreprises dont le chiffre d’affaires (CA) s’élève à 1 milliard d’euros. Les Directeurs juridiques qui ont participé à la Cartographie 2021 représentent des entreprises qui comptent près de 3 000 juristes en France, soit plus de 17 % de l’effectif de la profession, et plus de 7 200 juristes au total dans le monde. Cette 7e édition, qui intervient trois ans après la précédente, s’est intéressée à la gestion par les DJ de la crise sanitaire et au rôle du directeur juridique comme gestionnaire du risque dans l’entreprise.

« Après une année de crise sans précédent, cette enquête nous permet d’en mesurer l’impact sur le fonctionnement des directions juridiques des entreprises. Ces résultats nous montrent en particulier la grande adaptabilité des Directeurs juridiques dans un monde en pleine mutation. », a déclaré Hélène Trink, fondatrice de LEXqi Conseil.

Une fonction plus centrale dans l’entreprise

Selon les tendances d’évolution de la fonction de  Directeur juridique mises en lumière par la Cartographie, il apparaît que celle-ci est de plus en plus tournée vers l’international, avec 75 % des directeurs juridiques ayant un périmètre géographique allant au-delà de la France, contre 70 % en 2018, et de  plus  en  plus  stratégique, puisque trois sur  quatre sont  impliqués  dans  les Comex ou Codir de leur entreprise (contre 2/3 en 2018). La profession a également élargi, à 77 %, son périmètre fonctionnel et rattaché à ses fonctions les domaines de la Conformité, de l’Éthique et Compliance et des Données personnelles.

« Les résultats de cette enquête nous confirment que le rôle du Directeur juridique est de plus en plus stratégique pour le fonctionnement des entreprises. C’est une tendance observée depuis plusieurs années, que la crise Covid-19 est venu renforcer. La valeur ajoutée de la direction juridique au sein d’une entreprise est désormais mieux reconnue et son périmètre augmente », a précisé Marc Mossé, Senior Director Government Affairs, Associate General Counsel chez Microsoft Europe et président de l’AFJE.

Participation à la sortie de crise

La Cartographie démontre aussi que la pandémie a eu un impact sur le périmètre de 50 % des directions juridiques, qui ont été  sollicitées sur  de  nouveaux  domaines  du  droit. Parallèlement, 27 %  ont pu recruter, 8 % ont dû mettre des juristes en chômage partiel et 14 %  d’entre eux ont dû réduire l’effectif des juristes de leur équipe.

Enfin, en  2020,  4/5  des entreprises  ont  mis  en  place  une  cellule  de gestion  de  crise  pour  affronter  la  pandémie, à laquelle les Directeurs  juridiques  ont  participé dans 2/3 d'entre elles. Pour plus de la moitié des directions juridiques, leur fonction est devenue plus visible dans le contexte de crise.

Un gestionnaire du risque en entreprise

En 2020, 85 % des entreprises du panel ont déployé un programme de conformité, un nombre qui atteint  95 % pour les entreprises de plus de 5 000 salariés. Lorsqu’un sinistre est survenu dans l’un des domaines couverts par ce programme, trois Directeurs juridiques sur quatre sont directement intervenus, preuve que la fonction juridique est au cœur des stratégies de gestion du risque. 

«La cartographie des directions juridiques, que nous propose Hélène Trink, est un moment clé pour souligner l’importance du rôle de la Direction juridique au sein de l’entreprise. Elle n’est plus seulement attendue pour son expertise technique ou son rôle de conseil, mais aussi pour sa capacité à définir une gestion des risques. », a commenté Laure Lavorel, directrice juridique de Broadcom et présidente du Cercle Montesquieu. 

La direction juridique se digitalise davantage

Avec la crise sanitaire, les directions juridiques, et les entreprises plus généralement, ont accéléré leur processus de digitalisation. Ainsi, en 2021, 92 % des sondés ont initié un projet de transformation digitale des méthodes de travail des juristes, contre 75 % en 2018. Une digitalisation de la fonction que 78 % envisagent de poursuivre d’ici 2022.

Gestion financière de la DJ en 2020

L’an dernier, les dépenses juridiques totales représentaient en moyenne 0,17 % du CA de l’entreprise, un ratio stable depuis 2013. En rapportant l’effectif des juristes au CA, il faut 10 juristes par milliard d’euros de CA, contre 7 en 213, soit une progression de 42 %. Les juristes représentent 83 % de l’effectif de la Direction juridique, contre 80 % en 2013. Enfin, les dépenses internes de la Direction juridique constituent 67 % du budget total des dépenses (contre 60 % en 2013), preuve d’une internalisation croissante des dépenses et de la volonté de réduire les coûts en période de crise.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?