Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Cap-digital : l'innovation au service de la transition écologique

le - - Entreprise - Innovation

Cap-digital : l'innovation au service  de la transition écologique
© A.P.

Comment utiliser la technologie pour développer des solutions écologiques innovantes ? C'est le défi que se sont lancé 18 start-up et porteurs de projet, présents dans les locaux de Cap-digital, lors de son événement Futures # Villes durables.

Les portes de Cap-digital se sont ouvertes récemment pour accueillir près de trois cents personnes venues rencontrer 18 porteurs de solutions répondant aux grands défis posés par le développement urbain et les grands enjeux de société qui l'accompagnent : mieux construire, aménager le territoire, se déplacer plus intelligemment, se chauffer économiquement et gérer les déchets de manière durable.

Pour cette 6e édition, la thématique “ Ville durable“ mettait en lumière des solutions innovantes développées par des start-up. « L'objectif est d'avoir un networking très efficace entre les porteurs de projets et les start-up. Nos clients peuvent être des investisseurs ou des collectivités proposent des terrains d'expérimentation. L'événement ouvert à tous, permet une grande diversité de public », commente l'organisatrice Hélène Allain, responsable de la programmation chez Cap-digital.

« On rencontre de plus en plus de personnes qui ont envie de donner une direction à l'accélération technologique »

« L'accélération technologique, les datas, l'intelligence artificielle. C'est une bonne chose mais on rencontre de plus en plus de personnes qui ont envie de donner une direction à cette révolution. Chez Cap-digital, nous pensons que la transition écologique est un bon horizon pour progresser avec l'accélération technologique », explique Hélène Allain.

Se servir des nouvelles technologies pour développer des solutions écologiques : tel est la vocation des start-up et porteurs de projets présents. Pour Sonia, jeune femme en pleine transition professionnelle, rencontrer les porteurs de solution permet « de prendre conscience des enjeux actuels, comme l'impact du changement climatique sur la vie ». Elle est admirative que « des personnes tout juste sorties d'école inventent un produit qui puisse avoir un impact positif pour la planète ».

Cap-digital s'est montré très sélectif pour choisir les 18 porteurs de projets. Ces derniers « devaient avoir une démo suffisamment parlante et démontrable pour que l'on saisisse bien l'intérêt de l'innovation et les différents stades de maturité du projet. L'objectif était d'avoir 18 démos qui soient la convergence entre l'accélération technologique et la transition climatique ».

Pour favoriser la transition écologique, les porteurs de projet ont besoin du numérique afin d'« optimiser et déployer leurs solutions », et développer une culture de l'innovation « plus transparente et participative ». De nombreuses initiatives sont axées « sur la participation du public ». L'adoption d'un comportement « écoresponsable » ne peut qu'accélérer la transition écologique.

Energie solaire : un simulateur de rendement

La France a le cinquième potentiel d'ensoleillement en Europe. Pourtant, seulement 1,6 % de notre production électrique vient du solaire. Lors de l'événement Futurs # Villes durables, certains participants ont démontré avoir compris le potentiel du pays en la matière.

C'est le cas de la start-up In Sun We trust qui facilite le passage à l'énergie solaire en accompagnant ses utilisateurs dans leurs projets de panneaux photovoltaïques. Cette énergie transforme le rayonnement solaire en électricité grâce à des cellules photovoltaïques intégrées à des panneaux installés sur des bâtiments ou posés sur le sol.

« Le concept d'In Sun We Trust est d'aider les Français à passer à l'énergie solaire en évitant tous les pièges et toutes les arnaques », fait savoir Antoine Ebel, son responsable de développement.

« Vu que l'énergie solaire est un secteur récent, cela ouvre un boulevard aux installateurs malhonnêtes, voire délinquants, pour proposer des contrats trois fois trop chers, des crédits à la consommation frauduleux et des installations mal réalisées. Les arnaques touchent souvent les personnes vulnérables, seules, âgées ou de milieux sociaux défavorisés », ajoute-t-il.

Selon une étude réalisée par In Sun We Trust, seulement une cinquantaine d'installateurs pratique des prix justes parmi 600 installateurs reconnus garants de l'environnement, c'est-à-dire ayant reçu un label de l'Etat délivré par les autorités de certification. En d'autres termes, seulement 3 % des installateurs sont fiables.

« On a mis en place un simulateur innovant qui, à partir des données météo et géographiques, permet de savoir combien le solaire pourrait rapporter chez soi. Ce service couvre l'intégralité de la France », explique Antoine Ebel. Au-delà de l'aspect écologique, il y a aussi « un enjeu citoyen » car chaque personne peut, à son échelle, « se réapproprier une partie de cette production d'énergie pour aller vers un système énergétique décentralisé et collaboratif ».

Reforestation : une plateforme pour planter des arbres

La vocation de l'entreprise sociale Reforest'Action est de restaurer des forêts dégradées et de contribuer au développement socio-économique des populations grâce à l'arbre. L'entreprise propose de nombreux projets de reboisement en France, en Europe et partout dans le monde.

Confortablement installé sur son canapé, l'utilisateur peut choisir, via la plateforme, de planter un arbre à Madagascar ou en Indonésie, en passant par Haiti, le Pérou, la Pologne, ou encore le Maroc.

Par exemple, en ce qui concerne Haiti, l'entreprise s'est engagée de 2016 à 2018 dans la bande sud pour replanter des cacaoyers suite à l'ouragan Matthew. Fin 2018, Reforest'Action déploiera un nouveau projet de reboisement à Lavial. A ce jour, plus de 2 millions d'arbres ont été plantés, via la plateforme, partout dans le monde.

« On plante beaucoup d'arbres en France, suite à des tempêtes, des incendies, des maladies, du stress hydrique, c'est-à-dire des vagues de chaleur qui vont affecter durablement les arbres », déclare Nicolas Blain, responsable de la communication chez Reforest'Action .

« Du fait de la mondialisation, il y a un apport d'insectes exotiques et ravageurs en France, auxquels nos peuplements d'arbres ne sont pas forcément adaptés », met-il en garde. « Notre modèle économique est assez simple. Ce sont des entreprises, qui s'engagent, dans le cadre de leur stratégie RSE ou de compensation carbone, à financer ces projets de reboisement.

Ces entreprises vont avoir vocation à sensibiliser leurs collaborateurs. Sur notre site internet, on a une plateforme participative qui permet au grand public, comme aux collaborateurs et aux clients de l'entreprise, de participer à la reforestation », ajoute Nicolas Blain.

En quelques clics, tout le monde peut planter des arbres au bout du monde. L'idée de cette entreprise prouve que le numérique aide les porteurs de projets à développer des solutions innovantes de grande envergure.


Antoine Ebel, responsable
de développement chez In Sun We Trust.


Nicolas Blain, responsable de la communication
chez Reforest'action.




Philippe CHARRESSON
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer