Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

CAC : les conditions du rebond

le - - Entreprise - Chiffre

CAC : les conditions du rebond
@AP - « Vous, les CAC, étiez dans une situation confortable et avez pris un sacré uppercut avec la loi Pacte », a lancé le con

En proie à une réforme mettant leur activité en péril, plus de 550 commissaires aux comptes (CAC) ont participé à la traditionnelle journée de formation organisée par la Compagnie régionale de Paris, le 9 juillet dernier à la Maison de la Chimie. Intitulé “Audit : les clés de la reconquête”, l'événement a su rassembler et rassurer les professionnels inquiets.

Si la première partie de cette journée était consacrée aux dispositions phares de la loi Pacte concernant les CAC, notamment la norme ALPE (audit légal des petites entreprises), le reste était un condensé de préconisations pour aider les professionnels à faire « face à cette tempête ».

Développement de nouvelles missions

« Nous venons d'être pris par une avalanche, mais nous devons respirer, retrouver la bonne orientation et creuser pour sortir la tête de la neige », a scandé Olivier Salustro, président de la CRCC de Paris, en introduction de cette formation en rappelant que depuis 18 mois, la CRCC s'est battue contre la loi Pacte.

Depuis le vote du texte, les institutions représentantes des CAC mènent désormais un combat contre l'impact brutal que la loi aura sur eux. Proposant des méthodes de conduite du changement, la CRCC insiste sur les différentes opportunités de rebond de la profession.

« Le métier n'est pas mort, et n'a pas pour vocation de disparaître », a souligné Olivier Salustro sur une note optimiste.

Dans son dispositif d'accompagnement, la CRCC de Paris propose aux CAC de développer une nouvelle offre de missions grâce à des fiches SACC (Services autres que la certification des comptes). Parmi ces nouvelles missions d'audit, on trouve la cartographie des risques fiscaux, la cartographie des risques sociaux, le diagnostic performance et croissance ainsi que l'audit informatique. Chaque mission est détaillée dans des fiches pratiques accessibles gratuitement sur le site crcc-paris.fr.

L'exemple québécois à suivre

Restant sur un point de vue optimiste, la CRCC de Paris s'est intéressée à l'exercice du métier d'auditeur au Canada pour évaluer dans quelle mesure les CAC pourraient s'en inspirer, et élargir leur champ des possibles. Sophie Caudiu et Audrey Mercier, CPA auditrices au Canada du cabinet Richter, ont partagé leur expérience dans une vidéo spécialement réalisée pour l'événement.

Si les CPA canadiens correspondent à peu près aux CAC français, ils bénéficient d'une meilleure situation professionnelle. Ils sont d'abord beaucoup plus nombreux. Il y a 212 000 CPA pour 37 millions d'habitants au Canada, entre 3 et 5 fois plus qu'en France. Rien qu'au Québec, il y a 35 000 CPA pour seulement 7 millions d'habitants. Ils ont aussi davantage de clients et font un chiffre d'affaires plus important. « C'est un cadre très différent avec une reconnaissance des métiers du chiffre très importante », a souligné Serge Yablonsky, co-président du groupe de travail Audit Informatique de la CRCC.

Audrey Mercier met en avant les procédures ciblées, les audits indépendants, les missions de compilations et les procédures convenues : « une évolution professionnelle pour élargir nos types de missions, plus contractuelles que légales, sans changer notre cœur de métier », résume Frédéric Burband, vice-président de la CRCC de Paris. La Québécoise présente aussi quelles seront les nouvelles missions des CPA dans le futur. Ces derniers travaillent beaucoup sur l'automatisation des processus comptables et d'audit. « L'IA, la Blockchain et les cryptomonnaies viennent nous aider à faire plus avec moins », témoigne-t-elle.

Cette présentation des nouvelles missions d'attestation développées par les cabinets québécois est « un benchmark très intéressant et plein d'espoir », selon Serge Yablonsky. « Je crois qu'on ne peut pas passer du noir au blanc brutalement, il faut une phase de transition pour que tout se mette en place, il faut être raisonnable », a toutefois souligné Olivier Salustro.

« Sommes-nous dans une situation canadienne ou plutôt dans une zone hybride ? », interroge ce dernier. « Ce nouveau territoire qui a l'air fantastique recèle beaucoup de dangers », a-t-il fait remarquer en mettant en garde quant à la déontologie et aux risques de scandales financiers, mal vécut chez les Anglo-Saxons.
« Toutes ces missions d'attestation ne remplaceront pas la montagne de mandats perdus », selon lui d'où la nécessité de se faire indemniser.


Olivier Salustro, président de la CRCC de Paris et Nathalie Lutz, vice-présidente, ont convié les représentants des jeunes CAC Pierrick Chaucin, vice-président du CJEC IDF, et Wahib Dahmani, président de l'ANECS IDF, à venir partager leur visions de l'avenir de la profession.

Conquérir les clients... ou périr

Le « vendeur d'élite » Michaël Aguilar a motivé l'auditoire en leur expliquant comment se lancer dans une démarche de prospection : « un jeu comprenant un haut risque d'échec ce qui en fait son attrait ». Ce conférencier expert en vente et motivation a vivement encouragé les commissaires aux comptes à adopter une posture commerciale afin de vendre à leurs clients de nouvelles missions d'audit.

« Vous, les CAC, étiez dans une situation confortable et avez pris un sacré uppercut avec la loi Pacte qui va vous forcer à vous vendre », a-t-il lancé avec humour. Sa succession de sketchs visant à banaliser l'échec et prôner l'importance de la prospection sur le terrain a semblé ravir l'assemblée.

Cap sur les formations pratiques

« Il faut se bouger comme le dit si bien Michaël Aguilar, et ça passe par la formation », a expliqué Frédéric Burband, vice-président de la CRCC de Paris.

à travers son dispositif d'accompagnement, la CRCC de Paris a élaboré un nouveau parcours de formation de cinq jours non consécutifs, en présentiel, intitulé “Performance Academy CAC – Loi Pacte, je m'adapte”. Celui-ci sera disponible à partir d'octobre auprès de l'Asforef et la CRCC a déjà prévu une prise en charge partielle de son coût. Deux membres du groupe de travail Formation de la CRCC ont présenté en détail ces nouveaux modules développés en lien avec l'institut de formation. « On s'est appuyé sur le partenariat qu'on avait avec l'Asforef intitulé Performance Academy CAC. L'urgence était de s'adapter, donc changer de mentalité et de maîtriser les nouvelles missions », a témoigné Sophie Darde Pavard.

Commerce, management, RH, gestion de projet, conduite du changement et développement commercial sont désormais dans le catalogue de formations pour les professionnels du chiffre. Catherine Bergès invite ses confrères « à la curiosité et à sortir des classiques ». Pour elle, les nouveaux maîtres mots sont « diagnostic et plan B ». « Il faut petit à petit accepter de parler client dans nos missions », a admis Sophie Darde Pavard.
« Il faudra leur vendre le remède au cancer des entreprises », a plaisanté cette dernière. Le gros travail se fera au niveau des collaborateurs, de leur démarche et de leurs compétences. Pour cela, plusieurs parcours de formation “E-Coll” ont été créés en fonction du quotidien, des profils et de leurs besoins. Pour les dirigeants d'entreprise, ce sont les parcours “E-Expert” qui sont faits pour eux avec des formations plus longues comme celle spécialisante sur la transmission d'entreprise.

De son côté, le Lab50 a mis en place le “Campus du Lab” qui proposera dès septembre des formations en soft skills et en data (lire encadré) afin d'aider les professionnels du chiffre à rebondir.

Nouveau parcours formation du Lab50

Pour répondre à la nécessité de se former aux évolutions technologiques qui bouleversent tous les secteurs, le Lab50 a mis en place le “Campus du Lab”.

L'observatoire de l'intelligence artificielle qui explore le futur des métiers du chiffre s'est donc associé à l'Asforef pour concevoir un parcours de formation inédit composé de deux modules à double objectif : la maîtrise de la Data d'une part, et le développement des Soft skills de l'autre. « Nous travaillons pour vous préparer à ce que sera notre métier dans cinq ans », témoigne Serge Yablonsky, co-président du groupe de travail Audit Informatique de la CRCC de Paris, très engagé auprès du Lab50.

L'objectif de ce nouveau parcours de formation est de faire monter en compétences les experts-comptables, commissaires aux comptes et collaborateurs haut niveau sur le traitement de la donnée afin de développer de nouvelles missions d'accompagnement des dirigeants d'entreprises. « Le but n'est pas de vous transformer en expert informatique mais que vous puissiez échanger avec eux car ils sont indispensables dans un mode projet innovant », précise Frédéric Burband, vice-président de la CRCC de Paris.

Ce programme d'une durée de six jours a aussi pour vocation de développer les compétences relationnelles pour transformer leur management vers un mode plus collaboratif ; favoriser l'innovation dans les services pour mieux répondre aux besoins des clients et faire émerger la créativité des collaborateurs, également moteurs de recherche des cabinets. Il comprend quatre formations sur les BI (business intelligence : analyse des données et data visualisation), la datascience et le machine learning, le développement des talents et de l'innovation au sein des cabinets.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer