AccueilEntrepriseVie des entreprisesBilan national des Entreprises : une économie au ralenti en ce début d’année

Bilan national des Entreprises : une économie au ralenti en ce début d’année

Selon le dernier bilan national des entreprises du Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce (CNGTC), avec l'institut Xerfi, 2022 s'achève sur une baisse du nombre de créations et une hausse d'ouvertures de procédures collectives.
Baisse du nombre de créations et une hausse d'ouvertures de procédures collectives.
© Adobe Stock - Baisse du nombre de créations et une hausse d'ouvertures de procédures collectives.

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Dans le contexte inflationniste actuel, et en ce début d’année, le CNGTC note une hausse massive des ouvertures de procédures collectives et des radiations, de respectivement +53% et +14%, ainsi qu’une baisse de 7 % du nombre de créations d’entreprises, sur la période de janvier à novembre 2022. Sur ces 11 mois, ce sont ainsi 34 082 entreprises en difficulté qui ont été recensées. A noter toutefois que le nombre d'entreprises en difficulté reste inférieur de 17 % aux niveaux de 2019.

Par ailleurs, 315 824 entreprises ont été radiées du registre du commerce et des sociétés (RCS), soit + 14 % par rapport à 2021. 30 % d’entre elles avaient été créées entre 2020 et 2022, notamment dans les secteurs du e-commerce et de la livraison à domicile.

Plus d’entreprises en difficulté et moins de créations partout en France

Conséquences à retardement de la pandémie, les créations d’entreprises ont diminué sur tous les territoires de la France métropolitaine (hors Corse) en 2022. Les régions les plus impactées étaient les Pays de la Loire (-10% sur 11 mois) et le Centre Val de Loire (-9,9%). A contrario, la Bretagne et l’Ile-de-France affichaient une baisse inférieure à 5 %. Tous les territoires ont également connu une hausse du nombre d’entreprises en difficultés. Les Hauts-de-France sont particulièrement touchés par ce phénomène, (+82,3%), à la différence de l’Ile-de-France qui s’en sort bien mieux (+34,8 %). En revanche, s’agissant des radiations, la situation s’inverse : leur nombre recule dans les Hauts-de-France (-13,1%) mais augmente en Ile-de-France (+3,1 %). La région Provence-Alpes-Côte d’Azur est la plus touchée (+56,6 %).

© CNGTC

Fragilité des secteurs protégés accrue en 2022

Secteur durement touché par la crise sanitaire et ayant massivement bénéficié de dispositifs de soutien, l'hébergement-restauration enregistre désormais deux fois plus d'entreprises en difficulté (+ 103 %) sur la période, à un an d'intervalle. Dans ce secteur, le nombre d’immatriculations a progressé de 8 %, un niveau supérieur à l’évolution moyenne observée en global sur l’année 2022.

Pour ce qui est des radiations d'entreprises, le secteur du transport et de l'entreposage enregistre une hausse de 37 % sur les 11 premiers mois de l’année passée, en raison de la fragilité des entreprises créées dans le e-commerce et de la livraison à domicile durant la pandémie. Selon le bilan du CNGTC, ces jeunes entreprises n’arriveront donc pas à assurer leur pérennité. En outre, 93 727 entreprises créées depuis 2020 ont disparu dès 2022, soit près d'un tiers du total des radiations d'entreprises enregistrées sur la période. Là encore, la livraison à domicile et le e-commerce sont les secteurs les plus touchés, avec 8 entreprises radiées en 2022 sur 10 créées depuis 2020.

Enfin, s’agissant des immatriculations, les secteurs des autres services et de l’enseignement-santé-action sociale ont enregistré les plus fortes croissances sur 11 mois, tout en affichant une forte hausse du nombre d’entreprises en difficultés.

« Si le "mur des faillites" n'est pas d'actualité, les dynamiques négatives observées pour l'ensemble de nos indicateurs appellent à la vigilance. 2023 s'ouvre sur un contexte perturbé pour notre tissu entrepreneurial, marqué par l'inflation, l'accumulation de difficultés de recrutements, le risque de montée des tensions sociales et un conflit géopolitique qui dure. Les entreprises ont besoin d'être toujours plus soutenues et accompagnées dans leurs démarches et la prévention de leurs défaillances. Les greffiers des tribunaux de commerce, tiers de confiance, répondront présents », a souligné Thomas Denfer, président du Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 27 janvier 2023

Journal du27 janvier 2023

Journal du 20 janvier 2023

Journal du20 janvier 2023

Journal du 13 janvier 2023

Journal du13 janvier 2023

Journal du 06 janvier 2023

Journal du06 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?