Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Big data, l'or numérique des professions comptables

le - - Entreprise - Experts-comptables

Big data, l'or numérique des professions comptables
© DR

Le Big data bouleverse plus que jamais les processus des entreprises et, aujourd'hui, la tendance est à la démocratisation de la donnée et de son utilisation par les métiers, ce que les professions comptables ont bien compris.

L'utilisation de la donnée par les entreprises est bien devenue l'or du XXIe siècle, surtout pour les experts-comptables et les commissaires aux comptes (CAC), qui peuvent facilement l'exploiter et offrir un conseil de meilleure qualité.

« Aujourd'hui, la data est pour toutes les entreprises un bien essentiel », s'est exclamé Louis Dreyfus, président du directoire du groupe Le Monde dans sa keynote sur l'hégémonie de la collecte de données lors de la 7e édition du Salon Big Data Paris qui a réuni plus de 15 200 participants en mars dernier.

La présence du secrétaire d'Etat au Numérique, Mounir Mahjoubi, venu ouvrir le salon avec un discours très volontaire, témoigne de l'importance du sujet pour la croissance économique du pays. En effet, la bonne gestion numérique des données des entreprises est « un sujet d'intérêt général » selon lui.

La gestion des données est plus que rentable, c'est pourquoi toutes les entreprises doivent s'y mettre. De fait, les experts estiment à 739 milliards les revenus générés par le traitement des données à horizon 2020, c'est-à-dire trois fois plus qu'en 2015 ! Les professions du chiffre l'ont bien compris et ont pris le virage en tête.
En pleine tourmente à cause du projet de loi Pacte qui pourrait gravement impacter leur profession, les CAC n'en sont pas moins en train de développer des outils innovants. La Compagnie régionale de Paris a d'ailleurs organisé récemment une matinale dédiée aux opportunités offertes par le Big data.

Dans le cadre de la mise en place de la réglementation LME (loi du 4 août 2008 de modernisation de l'économie), les CAC sont en mesure de réaliser des audits plus précis, en ne regardant plus la comptabilité de façon uniquement comptable mais avec une visée analytique et un prisme différent. L'occasion d'utiliser des outils innovants de gestion des données. Jean-Marc Marçais, expert-comptable, CAC et auditeur financier chez Mazars, a ainsi développé un outil ad hoc (lire encadré, p.17).

Il faut donc que les professionnels du chiffre « appréhendent la meilleure façon d'exploiter ces nouveaux outils », estime Frédéric Burband, vice-président de la CRCC de Paris. Un constat partagé par la majeure partie de la profession.

« En tant qu'expert-comptable, on a ce qu'il faut pour appréhender la donnée, pour s'en servir et en tirer profit », se réjouissait Hervé Gbego, expert-comptable et commissaire aux comptes, devant ses confrères, lors des dernières universités d'été de l'Ordre des experts-comptables de Paris – Île-de-France.

Ce dernier avait ainsi animé une conférence ayant suscité la curiosité de nombreux experts-comptables, accompagné de Frédérique Lafumeux, experte en datascience, spécialisée dans l'intégration des algorithmes d'intelligence artificielle (IA) dans les outils et les plateformes digitales, et Didier Louro, expert de la conduite du changement et de la digitalisation des processus financiers et commerciaux.

Intitulé “Du Big data à la Smart data : comment transformer les données en opportunité ?“, les intervenants s'étaient attachés à montrer comment l'utilisation des données peut offrir de nouvelles perspectives aux experts-comptables pour la conquête de nouveaux clients et de nouveaux business models.

Si les intervenants participaient à la promotion du contrôle de l'économie par les données numériques et la digitalisation de nombreuses tâches, ils ont toutefois souligné qu'il faudrait toujours de l'humain pour analyser et interpréter les données.

En effet, tout l'intérêt du digital se situe dans l'utilisation des informations traitées et leur analyse. C'est ce que fait le phénomène du Smart data qui se définit comme l'action de passer du volume à l'efficacité des données.

Il se trouve que les cabinets d'expertise comptable ont toutes les ressources nécessaires pour collecter des données et les analyser afin, soit de mieux accompagner leurs clients, soit de revendre ces décryptages et ces tableaux de bord économiques.

Acteur majeur des déclarations des entreprises et des particuliers, l'Ordre des experts-comptables a d'ailleurs eu l'idée de donner une deuxième vie aux déclarations fiscales et sociales en créant l'outil Statexpert, une des plus grandes bases de données existantes sur les PME. La profession comptable produit ainsi, depuis juillet 2015, un outil d'analyse et de benchmark macroéconomique précieux pour les entreprises, éclaire les Pouvoirs publics sur la situation économique des secteurs et des territoires, et mesure en temps réel l'impact des politiques publiques sur les TPE-PME. Un exemple à suivre pour chaque cabinet.

Si elles n'ont plus de doute sur l'évolution dans l'ère du Big data, les professions comptables n'ont pourtant pas tout à fait emboîté le pas du Smart data. Seuls quelques cabinets innovants ont sauté le pas et développé des pistes d'innovation pour user à bon escient de leurs nombreuses données. Toutefois, le mouvement est lancé.

D-Clic, un outil pour les CAC

L'auditeur financier Jean-Marc Marçais a développé un outil avec l'équipe IT de Mazars, notamment pour traiter le FEC (fichiers des écritures comptables).

L'idée de base de « D-Clic » était de créer un smart-FEC avec des outils de visualisation des données pour pouvoir « se balader dans les comptes de façon simple et visuelle », précise-t-il.

Ce logiciel a deux intérêts « la visualisation des chiffres et l'association des informations qui nous intéressent », explique l'auditeur. Il offre la possibilité de suivre ses clients de près de façon simple et rapide.

« Par rapport aux outils classiques comme SmartFEC, Idea et ACL, cet outil apporte une couche en plus d'utilisations très intéressantes », ajoute Gary Barbara, auditeur IT ayant participé au développement de cet outil ad hoc.

Il permet ainsi d'analyser des milliers d'écritures comptables et de les replacer par nature, en réduisant le travail à faible valeur ajoutée des comptables.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer