Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Bernard Vatier, 34e Congrès de la CIB à N'Djamena

le - - Actualité - Interview

Bernard Vatier, 34e Congrès de la CIB à N'Djamena
@ DR

Bernard Vatier est le président de la Conférence internationale des barreaux (CIB). Il présente le 34e Congrès de cette dernière, organisée à N'Djamena, au Tchad, du 4 au 6 décembre prochains. Comme chaque année, la CIB associe à cet événement un concours international d'éloquence.

Affiches Parisiennes : Pouvez-vous nous présenter la CIB ?

Bernard Vatier : La CIB est l'acronyme de Conférence internationale des barreaux de tradition juridique commune. Créée en 1985 à l'initiative des bâtonniers Guy Danet et Mario Stasi, ses statuts ont été signés en présence de Robert Badinter et d'une dizaine de bâtonniers du monde entier. L'objectif de ses créateurs a été de rassembler les barreaux des pays qui partagent la même tradition juridique, et qui, pour l'essentiel, sont des barreaux francophones, dans le but notamment, de maintenir la diversité culturelle à travers le monde, d'affirmer et faire respecter l'état de droit, d'assurer la défense de la défense tout en veillant à une justice indépendante et impartiale ainsi qu'à la sécurité juridique.

La CIB rassemble aujourd'hui les barreaux de 45 pays à travers le monde, depuis le Québec au Vietnam ou encore de la Belgique à Madagascar. Elle rassemble également des avocats à titre individuel qui partagent les mêmes ambitions.

A.-P. : Quels sont les objectifs de la CIB ?

B. V. : La CIB rassemble des barreaux qui aspirent à un idéal d'indépendance. Elle est présente aux côtés des barreaux membres et de leur bâtonnier en face des Pouvoirs politiques et aux côtés des avocats lorsqu'ils sont entravés dans leur exercice ou lorsqu'ils sont persécutés. La CIB vient en aide aux barreaux dans leurs actions en vue de développer un état de droit dans leur pays tout en respectant leur autonomie. En 2019, la CIB a promu un colloque sur la liberté d'expression et le droit à l'information en Tunisie qui malheureusement n'a pu se tenir. Elle a organisé en mai, à Sofia en Bulgarie, avec le concours notamment du club des avocats francophones et des magistrats français et bulgares, un colloque sur la déontologie des juges et avocats, garante du procès équitable et, en septembre, à Erevan en Arménie, un séminaire sur le statut du jeune avocat dans les pays issus de l'ex-URSS avec des avocats francophones issus de ces pays, dans le prolongement des Etats généraux du jeune avocat dans l'espace francophone qui s'était tenu à Yaoundé en février 2018. La CIB a une grande ambition : faire respecter les droits fondamentaux en particulier les droits de la défense et les principes de la démocratie et lutter contre la corruption.

La CIB intervient également pour protéger les barreaux des menaces qui peuvent peser sur eux comme récemment où elle était aux côtés du barreau de Mauritanie qui s'oppose à une mesure législative qui met en cause leur statut.

La CIB est un espace de rencontre et de construction. Elle réunit les barreaux et les avocats de ces barreaux dans toute leur diversité pour porter ensemble les combats qui sont les siens. C'est en cela qu'elle constitue un espace unique : un espace au service des valeurs communes auxquelles l'ensemble des barreaux membres sont attachés.

C'est pour partager cet idéal que les barreaux membres de la CIB se réunissent chaque année dans le cadre d'un congrès au cours duquel, les bâtonniers et les avocats membres de la CIB échangent sur les difficultés qu'ils rencontrent. Chacun de ces congrès annuels permet de confronter les expériences et de traiter les questions particulières intéressant les droits de l'Homme, le rôle de l'avocat et les institutions judiciaires. Ces congrès rassemblent aujourd'hui plus de 1 000 avocats venant de plus de 25 pays.

A.-P. : Du 4 au 6 décembre prochains, la CIB organise son congrès annuel à N'Djamena. Pourquoi avoir choisi ce lieu ?

B. V. : Après Yaoundé en 2016, Port au Prince en 2017, Lausanne en 2018, notre assemblée annuelle a choisi N'Djamena, à l'invitation du barreau du Tchad. En choisissant ce lieu, la CIB a voulu marquer sa solidarité avec ce jeune barreau qui a vingt d'âge. N'Djamena est une ville pacifique et sécurisée, mais le pays fait face à de grandes difficultés. Dans un tel contexte, la balance du respect de l'équilibre de libertés et de sécurités est fragile. C'est donc tout naturellement que nous avons accepté l'invitation du bâtonnier du Tchad afin qu'il accueille notre 34e Congrès.

A.-P. : Quel est le programme de ce congrès ?

B. V. : Cette année, le congrès a pour thème : « Avocat-Justice et sécurité en temps de crise ». Pendant deux journées, nous aurons l'occasion d'aborder la responsabilité sociale et sociétale de l'avocat, la défense au quotidien, son rôle comme garant de la justice et de la sécurité juridique.

Notre société connaissant aujourd'hui des transformations planétaires, les thèmes les plus modernes seront évoqués, notamment la protection de l'avocat et celle de la vie privée dans le monde cybernétique ainsi que les apports de la blockchain. Mais, bien entendu, nous évoquerons également le rôle du barreau en tant que garant de la justice et du respect des droits de la défense.

à l'occasion de chaque congrès, la CIB organise également un concours international d'éloquence. De jeunes orateurs et oratrices font toujours preuve d'un grand talent avec la richesse de la diversité de leur provenance

A.-P. : Quelles sont les modalités d'inscription ?

B. V. : Il suffit de suivre les instructions de notre plateforme d'inscription en ligne : www.weezevent.com/34-eme-congres-de-la-conference-internationale-des-barreaux. Le tarif est de 150 euros pour les avocats de plus de cinq ans de barreau, et de 75 euros pour ceux ayant moins de cinq ans d'exercice (hors frais de vols, de réservation d'hôtel et de déplacement). Ces frais regroupent la participation aux trois journées du congrès ainsi que l'excursion organisée à la fin de celui-ci pour découvrir la culture et la beauté de la ville de N'Djamena.

En ce qui concerne les réservations de vol, l'hébergement et le transport à N'Djamena, il est possible de contacter l'agence Satguru Travel – https://satgurutravel.com – qui propose des tarifs avantageux pour les activités de la CIB.

A.-P. : En conclusion ?

B. V. : La CIB est jeune. Elle va fêter ses 34 ans en cette fin d'année. Elle conserve ce dynamisme et cette énergie que Mario Stasi décrivait ainsi lors de la cérémonie d'ouverture du Congrès de la CIB à Lomé en 2009 : « Et vous maintenant les jeunes avocats, c'est à vous que je m'adresse, à vous tous remplis de cet enthousiasme qui était celui de nos premiers jours, au moment où nous prêtions notre serment d'avocat, servir sans chercher le repos. Ils nous vient l'image de ces fleuves impétueux dont nous aimerions qu'ils irriguent toujours notre terre, fidèles à leur source mais forts de tous ces affluents qui leur montrent la route, permettant, qu'âge après âge, demeure l'espoir d'une terre enrichie, d'une justice pour tous où nous nous reconnaîtrons différents et semblables – et oui –, irremplaçables et uniques ».




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer