AccueilVie des entreprisesAvec l’opération « Recruter pour la relance », la CCI Paris IDF se mobilise pour l’emploi

Relance économique Avec l’opération « Recruter pour la relance », la CCI Paris IDF se mobilise pour l’emploi

La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Paris Ile-de-France a organisé une conférence d’ouverture sur la situation de l’emploi en Ile-de-France, présentée par Dominique Restino, son président.
Avec l’opération « Recruter pour la relance », la CCI Paris IDF se mobilise pour l’emploi
© DR - Dominique Restino, président de la CCI Île-de-France

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Parce que l’emploi n’est pas sorti indemne de la crise sanitaire, la CCI Paris Ile-de-France (IDF) a lancé l’opération « Recruter pour la relance » afin de faciliter les recrutements, notamment dans les secteurs en tension, et de permettre aux entreprises d’attirer de nouveaux talents. Lors de la conférence de présentation de cet évènement le 27 septembre dernier, introduite par Dominique Restino, la CCI francilienne a organisé deux tables rondes, en phygital, intitulées « L’état des lieux de l’emploi en Ile-de-France et les dispositifs et aides à l’emploi pour faciliter vos recrutements » et « Savoir innover pour attirer et fidéliser les talents ».

Photographie en temps réel de l’emploi francilien

Il est ressorti de la première table un constat positif sur la reprise économique en Ile-de-France. Bien que moins rapide que celle de la France entière, la relance en Ile-de-France est bien visible, comme le prouve l’évolution favorable des offres d’emploi, qui atteint presque le niveau de 2019, selon les chiffres de Pôle Emploi IDF. Trois départements franciliens affichent une forte hausse de ces offres : Paris, les Yvelines et la Seine-Saint-Denis. 477 000 projets de recrutement pour 2021 ont été remontés à la CCI de Paris, ainsi que près d’un million de déclarations d’embauche depuis le début de l’année.

Du côté de la demande d’emploi, 740 000 demandeurs d’emplois sont inscrits à Pôle emploi en catégorie A et les retours à l’emploi augmentent peu à peu, avec 419 500 au mois d’août, soit + 97 900 par rapport au mois précédent. Toutefois, les jeunes semblent plus défavorisés que les autres populations dans le retour à l’emploi. En effet, le nombre de demandeurs de moins de 25 ans a diminué de 8,8 % en IDF, contre -21,1 % au niveau national. La part des demandeurs d’emploi de longue durée, c’est-à-dire qui n’ont pas travaillé 12 mois sur les 15 derniers mois, a augmenté de près de 12 % depuis un an. A ce titre, le ministère du Travail fera prochainement des annonces autour d’un plan national pour ces travailleurs de longue durée, afin qu’ils bénéficient des reprises d’emploi et de la relance.

Certains secteurs sont très dynamiques, envisagent des recrutements mais comptent plus d’offres que de candidats et doivent être particulièrement surveillés. Il s’agit du commerce, de la santé, du BTP, du numérique, de l’industrie, du transport et logistique et de l’hôtellerie/commerce/restauration.

Employeurs, utilisez les aides existantes

Les intervenants se sont ensuite penchés sur les aides et solutions existantes pour les employeurs pour attirer davantage de talents, et notamment pour ceux des secteurs traditionnellement en tension. Parmi ces aides, le plan 1jeune1solution qui vise à faciliter l’entrée dans la vie professionnelle en orientant et formant 200 000 jeunes vers les secteurs et les métiers d'avenir et en accompagnant ceux les plus éloignés de l'emploi en construisant 300 000 parcours d'insertion sur mesure. Dans le cadre de ce plan, les employeurs peuvent bénéficier d’une aide à l’insertion professionnelle en cas de recrutement en contrat initiative emploi d’un jeune de moins de 26 ans ou d’un jeune travailleur en situation de handicap de moins de 30 ans, ainsi que d’une aide exceptionnelle au recrutement d’un apprenti. S’agissant d’ailleurs de l’apprentissage, 495 000 contrats ont été signés en 2020, selon les chiffres de Bpi Group, un nombre en augmentation par rapport à 2019 dans toutes les régions de France (sauf Mayotte et Martinique).

Nouvelles approches de recrutement en IDF

En cette période de relance, les entreprises qui recrutent ont de nouveaux besoins, à plus ou moins long terme. Pour répondre au besoin immédiat des entreprises qui recrutent, il est nécessaire de constituer des « viviers » de demandeurs d’emploi qui sont immédiatement opérationnels. Pour cela, l’entreprise doit savoir quels services contacter, et notamment avoir une ligne directe avec une agence Pôle Emploi francilienne, et quelles aides et mesures gouvernementales mobiliser. Les demandeurs d’emploi et les employeurs doivent être mis en contact direct, via des opérations de job dating, des salons en ligne ou autres événements digitaux. C’est pour répondre à cet enjeu que la CCI Paris IDF, en coopération avec Pôle Emploi, a mis en place le Challenge emploi : 3 temps forts organisés le temps d’une journée, 11 octobre prochain, durant lesquels des candidats et des employeurs de l’hôtellerie-restauration feront connaissance de manière différente autour de trois ateliers ludiques, avant de participer à des sessions de job dating. A la fin de cette journée, les hôteliers et restaurateurs pourront proposer aux candidats retenus une immersion professionnelle au sein de leur structure et un suivi individualisé.

Pour recruter davantage, les entreprises peuvent agir sur l’attractivité de leurs métiers et mieux les faire connaitre, en organisant des immersions en entreprise ou en communiquant dans les médias partenaires et via les réseaux sociaux. Les recruteurs doivent également définir leurs besoins en compétences afin que les demandeurs d’emploi puissent se former et s’assurer par la suite une meilleure adéquation entre ces dernières et les attentes des entreprises.

Innover pour attirer les talents

Sujet central des échanges lors de la deuxième table ronde, les innovations à prendre en compte dans le recrutement des candidats. Ces derniers ont de nouvelles attentes s’agissant de l’organisation du travail (télétravail, autonomie, vie professionnelle / vie personnelle, salaire) et du sens donné à celui-ci. Pour être attractif, l’employeur dispose de plusieurs outils comme la communication et la (bonne) utilisation des médias et des réseaux sociaux. Il peut également définir sa propre méthode : expliciter son besoin et le situer dans l’organisation de l’entreprise, définir le poste, clarifier et ouvrir les profils recherchés etc. En ajoutant à cela la possibilité de se former, le développement des soft skills et en misant sur l’intégration, le recruteur se différentie des autres et donc est plus attractif. Former les équipes au recrutement est aussi une bonne façon d’appuyer son attractivité dans toute l’entreprise.

En 2021, la tendance est aussi à l’inclusion par l’emploi, et donc d’abord dans le processus de recrutement. Un employeur qui assure une égalité de traitement à tous les candidats et donne la même chance à tous les talents, venant de tous les horizons, est davantage attractif et recrutera plus facilement.

 

 

 

 

 

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?