AccueilActualitéEducation : avec l’adoption de la Déclaration de Paris, plus de 40 pays s’engagent à investir davantage

Education : avec l’adoption de la Déclaration de Paris, plus de 40 pays s’engagent à investir davantage

Réunis dernièrement à l’Unesco, ces états se sont aussi engagés à renforcer l’aide internationale et l’éducation.
Education : avec l’adoption de la Déclaration de Paris, plus de 40 pays s’engagent à investir davantage
© DR

Actualité Publié le ,

« Il est impératif de donner la priorité à l'éducation en tant qu'investissement le plus puissant pour notre avenir commun. Si nous n'investissons pas dans l'éducation maintenant, le coût sera beaucoup plus élevé pour les générations à venir », a alerté la directrice générale de l’Unesco Audrey Azoulay, à l’occasion d’une réunion mondiale dédiée à l’éducation et coprésidée avec Emmanuel Macron. « En France comme à travers le monde, nous sommes engagés pour faire de l’accès à l’éducation une priorité. Car l’école est le lieu privilégié de construction d’un projet commun et d’un destin partagé pour nos sociétés », a notamment indiqué le président de la République.

Selon le dernier décompte de l’Unesco, les établissements scolaires sont toujours fermés totalement ou partiellement dans 65 pays, affectant 750 millions d'élèves. L’organisme évalue également à 11 millions le nombre de filles qui risquent de ne pas retourner à l’école après la pandémie. « Ces risques s’inscrivent dans un contexte de sous-investissement dans l’éducation », a pointé la directrice générale.

Et si les états membres de l’organisation se sont accordés pour financer l’éducation à hauteur de 4 à 6 % du PIB ou de 15 à 20 % des dépenses publiques, la majorité des pays n’atteint pas encore ce seuil. « Il apparait par ailleurs que seul 1 % du montant des plans de relance post-Covid est alloué à l’éducation dans les pays à faible revenu et seuls 2,9 % dans les pays développés. Il est impératif de donner la priorité à l'éducation en tant qu'investissement le plus puissant pour notre avenir commun. Si nous n'investissons pas dans l'éducation maintenant, le coût sera beaucoup plus élevé pour les générations à venir », a assuré Audrey Azouley, récemment réélue directrice générale de l’organisation pour quatre ans.

Aussi, la Déclaration de Paris a appelle les états membres à s’appuyer sur les financements publics ainsi qu’à la coopération public-privé et à renforcer l’aide internationale en faisant une priorité de l’objectif de 0,7 % du PNB des donateurs de l’aide publique au développement.

Finalement, pour Audrey Azoulay, « la mobilisation des Etats membres de l’Unesco et l’adoption de la "Déclaration de Paris" sont une nouvelle étape importante pour mettre l’investissement dans l’éducation au premier rang des priorités nationales et internationales ».

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?